E-mail
Nouvelles
 

Mené par la copropriété, le marché immobilier résidentiel montréalais poursuit sa lancée en août

L’Île-des-Sœurs, le 7 septembre 2017 -La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d’après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 2 899 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois d’août 2017, ce qui représente une augmentation de 8 % par rapport à la même période l’an dernier. Il s’agit également du meilleur mois d’août depuis que la CIGM recense les ventes de propriétés.

« Le marché immobilier montréalais est présentement sur une lancée impressionnante. Le nombre de ventes vient d’enregistrer sa 29e hausse mensuelle des 30 derniers mois, juillet 2016 (0 %) étant le seul mois ayant fait exception », note Mathieu Cousineau, président du conseil d’administration de la CIGM. « La dernière diminution mensuelle de l’activité remonte à février 2015 », ajoute M. Cousineau.

Variation des ventes par secteurs
  • Quatre des cinq principaux secteurs de la RMR ont enregistré une croissance des ventes en août. L’île de Montréal arrive en tête avec une hausse de 12 % à ce chapitre.
  • Laval, la Rive-Nord et la Rive-Sud ont connu des performances similaires, avec des augmentations des ventes respectives de 7 %, 5 % et 7 %.
  • Seul le secteur de Vaudreuil-Soulanges a vu le nombre de transactions conclues se replier légèrement (-3 %) comparativement à août 2016.

Statistiques par catégories de propriétés
  • Dans l’ensemble de la RMR montréalaise, les ventes de maisons unifamiliales ont crû de 4 % le mois dernier, tandis que celles de plex de 2 à 5 logements sont demeurées stables.
  • La copropriété a encore une fois connu un excellent mois, alors que les ventes ont augmenté de 19 % dans ce segment. Cela fait maintenant huit mois consécutifs que la copropriété est la catégorie qui enregistre la plus forte progression des ventes.
Au chapitre des prix
  • À l’échelle de la RMR, les maisons unifamiliales se sont vendues 6 % plus cher en août 2017 qu’un an plus tôt, avec une médiane de 325 000 $.
  • La progression des prix a été plus ténue pour les deux autres catégories de propriétés, soit de 2 % pour le plex (470 250 $) et de 1 % pour la copropriété (251 500 $).


Nombre de propriétés à vendre

L’offre de propriétés résidentielles à vendre dans le système Centris® des courtiers immobiliers (24 031) était de 15 % inférieur à ce qu’elle était un an plus tôt.












Pour plus d’information, veuillez consulter le site www.indicedesprixdesproprietes.ca.

Chaud mois de juillet pour le marché immobilier résidentiel montréalais

L’Île-des-Sœurs, le 4 août 2017 - La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d’après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 3 075 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois de juillet 2017, ce qui représente une augmentation de 16 % par rapport à la même période l’an dernier. Il s’agit également du mois de juillet le plus actif depuis huit ans.

Variation des ventes par secteurs
  • Tous les principaux secteurs de la RMR ont enregistré une croissance des ventes en juillet, avec l’île de Montréal (+21 %) et Vaudreuil-Soulanges (+19 %) en tête.
  • Laval et la Rive-Nord ont connu des performances similaires. Le nombre de transactions y a crû de 14 % par rapport à juillet 2016.
  • La Rive-Sud n’est pas en reste, alors que les ventes y ont progressé de 6 %.

Statistiques par catégories de propriétés
  • Les ventes de copropriétés ont augmenté de 24 % à l’échelle de la RMR, avec 1 071 transactions conclues. Il s’agissait d’une croissance supérieure à 20 % pour un troisième mois consécutif.
  • L’unifamiliale a aussi connu une excellente performance, grâce un bond des ventes de 13 %.
  • La croissance était également au rendez-vous du côté des plex, alors que 2 % plus de ventes ont été réalisées.
Au chapitre des prix
  • À l’échelle de la RMR, le prix médian des unifamiliales a augmenté de 8 %, pour atteindre 323 000 $ en juillet.
  • La moitié des plex de 2 à 5 logements se sont transigés à un prix supérieur à 489 000 $, ce qui correspond à une progression de 7 % sur un an.
  • En ce qui a trait à la copropriété, les ventes se sont conclues à un prix médian de 256 000 $, soit 2 % de plus qu’en juillet 2016.

« Les conditions de marché pour la revente favorisent de plus en plus les vendeurs de maisons unifamiliales, ce qui explique pourquoi les hausses de prix sont plus soutenues depuis quelques mois », note Mathieu Cousineau, président du conseil d’administration de la CIGM. « Les conditions de marché sont aussi à l’avantage des vendeurs pour le plex, tandis qu’elles sont près de l’équilibre pour la copropriété », ajoute-t-il.

Nombre de propriétés à vendre

L’offre de propriétés résidentielles à vendre sur le système Centris® des courtiers immobiliers (24 412) a diminué de 15 % par rapport à juillet 2016.












Pour plus d’information, veuillez consulter le site www.indicedesprixdesproprietes.ca.

À propos de la Chambre immobilière du Grand Montréal

La Chambre immobilière du Grand Montréal est une association à but non lucratif qui compte plus de 9 000 membres, courtiers immobiliers. Sa mission est de promouvoir et de protéger activement les intérêts professionnels et d’affaires de ses membres afin qu’ils accomplissent avec succès leurs objectifs d’affaires.

Le marché immobilier résidentiel montréalais poursuit sur sa lancée

L’Île-des-Sœurs, le 6 juillet 2017 -La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d’après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 3 952 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois de juin 2017, ce qui représente une augmentation de 10 % par rapport à la même période l’an dernier. Le record pour cette période de l’année, établi en juin 2009, est de 4 163 transactions.

« Le marché immobilier résidentiel de la région de Montréal est vraiment sur une belle lancée, alors qu’il vient de connaître une 25e augmentation des ventes au cours des 26 derniers mois », note Mathieu Cousineau, président du conseil d’administration de la CIGM.

Variation des ventes par secteurs
  • Pour un deuxième mois de suite, les secteurs de Vaudreuil-Soulanges et de l’île de Montréal se sont nettement démarqués, avec des croissances des ventes de 29 % et 17 % en juin.
  • Laval a également très bien fait, avec une hausse d’activité de 13 % par rapport à juin 2016.
  • La Rive-Sud n’est pas en reste, alors que les ventes y ont progressé de 6 %.
  • Seule la Rive-Nord a connu un recul du nombre de transactions, alors qu’on y a recensé 5 % moins de ventes qu’en juin 2016.

Statistiques par catégories de propriétés
  • Pour un second mois consécutif, la copropriété a mené le bal, affichant une croissance des ventes de 20 % à l’échelle de la RMR en juin. En mai, la hausse avait été de 23 %.
  • Le plex a aussi connu une excellente performance, grâce à un bond des ventes de 12 %.
  • La maison unifamiliale a pour sa part enregistré une augmentation plus ténue des ventes, soit de 4 %, mais elle demeure néanmoins la catégorie de propriété la plus transigée, avec 2 248 transactions conclues.
Au chapitre des prix
  • À l’échelle de la RMR, le prix médian des plex a atteint 478 250 $ en juin, soit une progression de 4 % comparativement au même mois en 2016.
  • En ce qui a trait à la copropriété, la moitié des unités se sont transigées à un prix supérieur à 257 500 $, c’est-à-dire un prix médian 5 % plus élevé qu’un an plus tôt.
  • Finalement, la maison unifamiliale a enregistré un gain de 9 % de son prix médian, qui s’est établi à 328 000 $ pour l’ensemble de la RMR.


« Les hausses de prix s’accélèrent depuis quelques mois dans la région montréalaise. La croissance du prix médian des unifamiliales vient d’atteindre en juin son rythme le plus élevé depuis décembre 2010 », ajoute M. Cousineau.


Nombre de propriétés à vendre


Le nombre de propriétés résidentielles inscrites sur le système Centris® des courtiers immobiliers (25 763) a diminué de 14 % par rapport à juin 2016.










Indice des prix des propriétés

Voici les données pour juin 2017 :



Pour plus d’information, veuillez consulter le site www.indicedesprixdesproprietes.ca.

Record de ventes en mai sur le marché immobilier résidentiel de la région de Montréal

L’Île-des-Sœurs, le 6 juin 2017 -La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d’après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 5 057 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois de mai 2017, ce qui représente une augmentation de 15 % par rapport à la même période l’an dernier et un nouveau record pour cette période de l’année.

« Le marché immobilier résidentiel montréalais a connu un mois de mai exceptionnel », souligne Mathieu Cousineau, président du conseil d’administration de la CIGM. « L’activité a surpassé le précédent sommet pour cette période de l’année, qui datait de 2007 », ajoute M. Cousineau.

Variation des ventes par secteurs
  • Tous les principaux secteurs géographiques de la RMR de Montréal ont enregistré une augmentation du nombre de transactions en mai. Les secteurs de Vaudreuil-Soulanges et de l’île de Montréal se sont toutefois nettement démarqués, avec des croissances des ventes de 25 % et 22 % respectivement.
  • La Rive-Nord et Laval ne sont pas en reste, avec des hausses respectives de 14 % et 11 % à ce chapitre.
  • Finalement, la Rive-Sud a connu une progression des ventes plus modérée, soit de 4 % par rapport à mai 2016.

Statistiques par catégories de propriétés
  • Les ventes de copropriétés ont connu une croissance impressionnante de 24 % en mai à l’échelle de la RMR, avec 1 637 transactions.
  • Le plex (467 transactions) a également enregistré une excellente performance, grâce à un bond des ventes de 19 %.
  • La maison unifamiliale, dont les ventes ont crû de 10 %, demeure néanmoins la catégorie de propriété la plus en demande, alors que 2 950 ventes ont été conclues.
Au chapitre des prix
  • Le prix médian des unifamiliales a atteint 319 000 $ en mai dans la région métropolitaine. Il s’agit d’une croissance de 6 % comparativement au même mois en 2016.
  • La copropriété a enregistré une croissance de prix beaucoup plus ténue, soit de 1 %, avec un prix médian de 243 000 $.
  • En ce qui a trait au plex, la moitié se sont transigés à un prix supérieur à 480 000 $, c’est-à-dire 5 % de plus qu’il y a un an.



Nombre de propriétés à vendre


Le nombre de propriétés résidentielles inscrites sur le système Centris® des courtiers immobiliers (28 137) a reculé pour un 20e mois consécutif, à hauteur de 15 % par rapport à mai 2016.










Indice des prix des propriétés

Voici les données pour mai 2017 :



Pour plus d’information, veuillez consulter le site www.indicedesprixdesproprietes.ca.

La Chambre immobilière du Grand Montréal invite les élus montréalais à considérer certains éléments avant d'imposer une taxe de 15 % aux acheteurs étrangers

L’Île-des-Sœurs, le 15 mai 2017 - La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) invite les élus montréalais à prendre en considération certains éléments avant d’envisager l’imposition d’une taxe de 15 % aux acheteurs étrangers. La proportion d'acheteurs étrangers est bien différente à Montréal comparativement à Toronto et à Vancouver et le marché immobilier montréalais n’est pas en situation de surchauffe.

« Si l’on observe le taux d’inoccupation des logements, le rythme de croissance des prix, le nombre de mois d’inventaire ainsi que les données disponibles sur le pourcentage d’acheteurs étrangers, rien ne laisse croire qu’il existe à Montréal une situation qui demanderait une action précipitée », indique Mathieu Cousineau, président du conseil d’administration de la CIGM. « Nous croyons par contre qu’il est urgent de mettre en place des moyens qui nous permettront de recenser efficacement les achats de propriétés par des étrangers, ce qui nous permettra de suivre l’évolution de la situation et de prendre des décisions éclairées », d’ajouter monsieur Cousineau.

Le nombre d’acheteurs étrangers dans le marché

La proportion d’acheteurs étrangers, pour toutes les catégories de propriétés, est estimée à seulement 1,5 % par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) pour l’ensemble de la région métropolitaine. Bien que ce chiffre soit possiblement sous-estimé, la proportion serait néanmoins faible. À titre comparatif, la proportion d’acheteurs étrangers est estimée à 9,7 % dans la région de Vancouver par le gouvernement de la Colombie-Britannique et à 4,9 % dans la région torontoise par le Toronto Real Estate Board.

Globalement, les acheteurs étrangers auraient encore peu d’impact sur le prix des propriétés dans le Grand Montréal. Selon nos courtiers sur le terrain, pour le moment, les acheteurs étrangers seraient surtout présents dans quelques marchés cossus tels que Ville Mont-Royal, Westmount et, dans une moindre mesure, l’Ouest-de-l’Île et Brossard pour l’unifamiliale, ainsi que le Centre-Ville, Griffintown et, dans une moindre mesure, L’Île-des-Sœurs pour la copropriété.

Il importe de ne pas mettre tous les acheteurs étrangers dans le même panier. Il faut faire une distinction entre les investisseurs étrangers qui achètent des propriétés en vue de spéculer et les acheteurs étrangers qui établissent leur résidence principale ici.

De plus en plus d’étrangers choisissent Montréal comme terre d'accueil, notamment en raison de la qualité de vie, des conditions économiques favorables et du faible coût de la vie. Les immigrants font partie intégrante du nouvel essor que connaît actuellement la métropole québécoise et leur apport est d’ailleurs essentiel à notre croissance démographique future. Or, alors que les dernières statistiques sur le solde migratoire montrent clairement que cette catégorie d’acheteurs étrangers est de plus en plus présente, rien n’indique que l’achat spéculatif de propriétés par des investisseurs étrangers est un phénomène répandu ici, comme c’est probablement le cas à Vancouver et à Toronto.

Urgence d’avoir un portrait fidèle de la situation des acheteurs étrangers dans le marché

Il est actuellement difficile d’avoir un portrait fidèle de la situation des acheteurs étrangers dans le marché de l’immobilier montréalais.

Rappelons aussi que lors du dernier budget fédéral, le gouvernement a proposé de combler ces lacunes en fournissant à Statistique Canada 39,9 millions de dollars sur cinq ans afin d'élaborer et de mettre en œuvre le cadre de statistiques sur le logement (CSL). Le CSL s'appuie sur l'engagement du gouvernement, pris dans le budget de 2016, d'élaborer des méthodes pour recueillir des données sur les activités des acheteurs immobiliers étrangers.

Différentes actions pourraient être envisagées pour répondre à la situation. À titre d’exemple, le gouvernement de la Colombie-Britannique recense, depuis le 10 juin 2016, les achats de propriétés par des étrangers à l’aide des « Property Transfer Tax Forms ». De la même façon, au Québec, on pourrait exiger, au moment de l’enregistrement d’une transaction au Registre foncier, de consigner si l’acheteur est citoyen canadien ou non (auquel cas il faudrait ensuite identifier s’il a le statut de résident permanent ou non).

Croissance des prix

Les hausses de prix des propriétés résidentielles se sont avérées modestes au cours des récentes années dans la région métropolitaine de Montréal. Le marché est loin de la pénurie de logements, que ce soit du côté de la revente, du neuf ou du locatif. Au cours de la période de 2012 à 2016, la croissance annuelle des prix n’a jamais dépassé les 4 %.

Ce rythme s’est légèrement accéléré cette année, alors que jusqu’ici, l’augmentation du prix médian des maisons unifamiliales et des copropriétés s’élève à 6 % et 3 %, en comparaison avec les quatre premiers mois de 2016. Le marché immobilier montréalais demeure très abordable lorsqu’on le compare avec la plupart des grandes villes en Amérique du Nord, avec un prix médian de 304 000 $ pour l’unifamiliale et de 240 000 $ pour la copropriété. Dans ce contexte, il est difficile d’envisager une flambée des prix comme celle que nous avons connue à Toronto.

Taux d’inoccupation

Selon la SCHL, le taux d’inoccupation des logements locatifs à Montréal n’est pas inquiétant puisqu’il était encore relativement élevé à 3,9 % en octobre 2016. À titre comparatif pour la même période, le taux d’inoccupation était de 1,3 % à Toronto et de 0,7 % à Vancouver.

Nombre de mois d’inventaire

Le marché de la revente à Montréal se distingue par un nombre de mois d’inventaire beaucoup plus élevé que les villes de Vancouver et Toronto, où il y a un déséquilibre prononcé entre l’offre et la demande. La situation est différente ici, alors que, globalement, les conditions du marché sont encore relativement équilibrées. Nous venons à peine de revenir dans un marché de vendeur pour l’unifamiliale, tandis que le marché de la copropriété laisse encore voir un léger surplus.

Immobilier résidentiel à Montréal : le mois d’avril le plus actif depuis 2012

L’Île-des-Sœurs, le 4 mai 2017 -La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d’après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 4 798 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois d’avril 2017, ce qui représente une augmentation de 1 % par rapport à la même période l’an dernier. Il s’agit du mois d’avril le plus actif depuis 2012.

Variation des ventes par secteurs
  • Deux des cinq principaux secteurs géographiques de la RMR de Montréal ont enregistré une augmentation du nombre de transactions en avril, soit Vaudreuil-Soulanges (+29 %) et la Rive-Sud (+3 %).
  • L’activité est demeurée stable sur l’île de Montréal, tandis que Laval (-3 %) et la Rive-Nord (-2 %) ont connu de légers replis à ce chapitre.

Statistiques par catégories de propriétés
  • La copropriété a été la seule catégorie à voir ses ventes progresser, avec une croissance de 9 % du nombre de transactions en avril.
  • L’unifamiliale (-3 %) et le plex (-1 %) ont plutôt affiché de légers reculs.
Au chapitre des prix
  • Les copropriétés et les plex ont enregistré des hausses de prix modérées. Le prix médian des plex a atteint 488 000 $, soit 4 % de plus qu’il y a un an, et celui de la copropriété s’est élevé à 240 000 $, soit 2 % de plus comparativement à avril 2016.
  • Le prix médian des maisons unifamiliales a pour sa part augmenté de 7 % depuis avril 2016, pour atteindre 309 000 $. Il s’agit du plus fort taux de croissance à ce chapitre depuis juillet 2011.

« La croissance des prix se fait plus soutenue pour l’unifamiliale puisque les conditions du marché sont de nouveau à l’avantage des vendeurs », souligne Mathieu Cousineau, président du conseil d’administration de la CIGM. « Le nombre d’inscriptions en vigueur est en forte baisse depuis un an pour cette catégorie de propriétés, ce qui a contribué à créer une certaine rareté », ajoute M. Cousineau.


Nombre de propriétés à vendre


La tendance à la baisse de l’offre de propriétés à vendre s’est poursuivie. Le nombre de propriétés résidentielles inscrites sur le système Centris® des courtiers immobiliers (29 519) a reculé de 14 % en avril.










Indice des prix des propriétés

Voici les données pour avril 2017 :



Pour plus d’information, veuillez consulter le site www.indicedesprixdesproprietes.ca.

Mathieu Cousineau à la présidence du conseil d’administration de la Chambre immobilière du Grand Montréal

L’Île-des-Sœurs, le 25 avril 2017 - La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) a le plaisir d’annoncer l’élection de M. Mathieu Cousineau à la présidence de son conseil d’administration. Directeur général du Groupe Sutton Synergie, il possède une expérience de près de 15 ans sur le terrain, 11 ans à titre de courtier immobilier et 4 ans en tant que dirigeant d’agence. Il en est à son 2e mandat au sein du conseil d’administration de la CIGM, où il a également siégé au sein de plusieurs comités et conseils d’administration de la CIGM et de ses filiales.

Mathieu Cousineau possède une bonne expérience reliée à la présidence d’un conseil. À ce titre, il est d’ailleurs le président du conseil d’administration du Collège de l’immobilier du Québec depuis 2015. Il a également occupé le titre de trésorier du conseil d'administration de la CIGM depuis 2015 et de Centris® depuis sa création.

Meilleur mois de mars en 5 ans pour le marché immobilier résidentiel dans la région de Montréal

L’Île-des-Sœurs, 6 avril 2017 -La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d’après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 5 159 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois de mars 2017, ce qui représente une augmentation de 10 % par rapport à mars 2016. Il s’agit du mois de mars le plus actif depuis 2012.

« Certains premiers acheteurs ont quelque peu devancé leur achat avant l’augmentation des primes d’assurance prêt hypothécaire le 17 mars », souligne Daniel Dagenais, président du conseil d’administration de la CIGM. « Cela peut avoir légèrement gonflé les résultats de mars, mais la hausse soutenue d’activité dans les gammes de prix supérieures montre que ce sont surtout les acheteurs expérimentés qui dictent le ton », ajoute-t-il.

Variation des ventes par secteurs
  • Tous les principaux secteurs géographiques de la RMR de Montréal ont connu une augmentation du nombre de transactions en mars. C’est dans le secteur de Vaudreuil-Soulanges (+16 %) et sur la Rive-Nord (+15 %) que les plus fortes croissances ont été enregistrées.
  • Les autres secteurs ne sont pas en reste, avec des hausses des ventes de 9 % sur l’île de Montréal, de 7 % à Laval et de 6 % sur la Rive-Sud.


Statistiques par catégories de propriétés
  • Comme ce fut le cas au cours des deux premiers mois de l’année, ce sont les ventes de copropriétés (1 651 transactions) qui ont enregistré la plus forte croissance en mars, avec un bond de 15 %.
  • Les ventes de maisons unifamiliales ont pour leur part crû de 9 % (3 080 transactions), tandis que les ventes de petits immeubles locatifs de 2 à 5 logements (plex) ont légèrement fléchi, soit de 3 % (425 transactions).
Au chapitre des prix
  • Les prix médians des unifamiliales et des copropriétés ont augmenté de manière soutenue depuis un an. Dans l’ensemble de la région métropolitaine, le prix médian des unifamiliales a atteint 305 000 $ en mars 2017, soit 6 % de plus qu’un an plus tôt. Pour la copropriété, la progression a été de 5 %, avec un prix médian de 243 232 $.
  • Les plex ont cependant connu un léger repli (-3 %) de leur prix médian, à 456 000 $.

Nombre de propriétés à vendre


Le nombre de propriétés résidentielles dans la RMR de Montréal et inscrites sur le système Centris® des courtiers immobiliers (30 285) a reculé de 14 % en mars. On observe des conditions de marché « vendeur » pour l’unifamiliale, « acheteur » pour la copropriété et « équilibrées » pour le plex.










Indice des prix des propriétés

Voici les données pour mars 2017 :



Pour plus d’information, veuillez consulter le sitewww.indicedesprixdesproprietes.ca.

Budget fédéral 2017 : la CIGM déplore l’absence de mesures concrètes en matière d’accession à la propriété et de modernisation du Régime d’accession à la propriété (RAP)

L'Île-des-Sœurs, 23 mars 2017 – La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) a pris connaissance du budget fédéral déposé hier par le ministre des Finances, Bill Morneau. La CIGM aurait souhaité y retrouver des engagements plus concrets au niveau des mesures fiscales en matière d’habitation, plus particulièrement pour améliorer le Régime d’accession à la propriété (RAP). « Nous aurions voulu y retrouver une modernisation de certains aspects du RAP », souligne Daniel Dagenais, président du conseil d’administration de la CIGM. « Il n’y a pas d’engagement clair de la part du gouvernement pour le RAP, notamment au niveau de la majoration des montants admissibles, ou encore lors des changements de vie significatifs, comme promis dans le programme du Parti libéral lors de l'élection d'octobre 2015. À noter qu'en 1992, le maximum admissible de 20 000 $ du RAP représentait plus de 13 % du prix moyen d'une propriété au Canada, alors qu'aujourd'hui le montant admissible de 25 000 $, majoré en 2009, représente à peine 5 % du prix moyen. », ajoute-t-il.

Par ailleurs, la CIGM souligne le manque de mesures pour favoriser les premiers acheteurs éprouvés par les effets du resserrement des règles hypothécaires. Selon la Fédération des chambres immobilières du Québec, ce sont environ 30 000 transactions Centris® qui sont attribuables aux premiers acheteurs chaque année au Québec. La CIGM rappelle que le Québec accuse encore un retard important par rapport aux autres provinces du Canada au chapitre du taux de propriétaires. La mise en place de mesures concrètes pourrait contribuer à rattraper cet écart.

La CIGM salue toutefois la création de la stratégie nationale inclusive sur le logement et d’une base de données nationale sur les transactions immobilières. Les investissements visant à améliorer la collecte et l’analyse de données immobilières et l’élaboration de nouvelles méthodes de recherche sur l’immobilier permettront, entre autres, de bien différencier les marchés et les réalités provinciales pour une meilleure prise de décision.

À propos de la Chambre immobilière du Grand Montréal

La Chambre immobilière du Grand Montréal est une association à but non lucratif qui compte près de 9 000 membres, courtiers immobiliers. Sa mission est de promouvoir et de protéger activement les intérêts professionnels et d’affaires de ses membres afin qu’ils accomplissent avec succès leurs objectifs d’affaires.

À propos de Centris®

Centris.ca est le site Web de l’industrie immobilière québécoise destiné aux consommateurs, où toutes les propriétés à vendre par les courtiers immobiliers au Québec – plus de 90 000 – sont réunies à la même adresse. Centris® est une division de la Chambre immobilière du Grand Montréal qui offre exclusivement aux 12 chambres immobilières québécoises et à leurs 13 000 courtiers immobiliers des ressources technologiques.

Marché immobilier résidentiel de la région de Montréal : solide performance des ventes dans le haut de gamme en février

L’Île-des-Sœurs, le 6 mars 2017 -La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d’après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 3 788 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois de février 2017, ce qui représente une hausse de 2 % par rapport à février 2016 et une 8e augmentation mensuelle consécutive.

Variation des ventes par secteurs
  • L’île de Montréal a vu son nombre de transactions croître de 7 % en février. Il s’agit de la hausse d’activité la plus importante parmi les cinq grands secteurs de la région métropolitaine. Laval a de son côté enregistré une progression de 3 %.
  • Les ventes résidentielles sur la Rive-Nord ont maintenu le statu quo en février, alors que la Rive-Sud et Vaudreuil-Soulanges ont connu des baisses de ventes respectives de 3 % et de 5 %.


« Pour l’ensemble de la région métropolitaine, le marché haut de gamme a bien performé, le nombre de transactions réalisées à plus de 500 000 $ ayant bondi de 19 % par rapport à la même période l’an dernier », souligne Daniel Dagenais, président du conseil d’administration de la CIGM. « Toutefois, une baisse d’activité de 6 % a été observée pour les gammes de prix inférieures à 300 000 $ », ajoute-t-il.

Statistiques par catégories de propriétés
  • Tout comme en janvier, ce sont les ventes de copropriétés qui ont enregistré la plus forte croissance en février dans la RMR montréalaise, avec un bond de 11 %.
Statistiques par catégories de propriétés
  • En ce qui a trait à l’évolution des prix, c’est la maison unifamiliale qui arrive en tête avec une progression de 6 % du prix médian (297 389 $) à l’échelle de la RMR.
  • Les ventes de petits immeubles locatifs de 2 à 5 logements (plex) ont quant à elles connu une progression plus modérée de 3 %.
  • L’unifamiliale, pour un deuxième mois consécutif, a dû se contenter d’une baisse des ventes, à hauteur de 3 % cette fois-ci.
Au chapitre des prix
  • Le prix médian des unifamiliales s’est élevé à 296 662 $ en février dans l’ensemble de la région métropolitaine, soit une croissance de 4 % relativement au même mois en 2016.
  • Du côté de la copropriété, le prix médian a progressé de 5 % en février, à 238 900 $. Il s’agit de la plus forte croissance à ce chapitre depuis septembre 2015.
  • Le plex a pour sa part enregistré une augmentation de 6 % de son prix médian qui a atteint 475 000 $.
Nombre de propriétés à vendre

Pour un dix-septième mois consécutif, le nombre de propriétés à vendre sur le système Centris® des courtiers immobiliers a reculé, avec 13 % moins d’inscriptions en vigueur qu’en février 2016.










Indice des prix des propriétés

Voici les données pour février 2017 :



Pour plus d’information, veuillez consulter le sitewww.indicedesprixdesproprietes.ca.

Bon départ pour le marché immobilier résidentiel montréalais en 2017

L’Île-des-Sœurs, le 6 février 2017 -La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d’après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 2 244 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois de janvier 2017, soit une augmentation de 5 % par rapport à janvier 2016. Il s’agit du mois de janvier le plus actif depuis 2012.

« C’est la copropriété qui est la grande responsable de l’augmentation des ventes en janvier, grâce à un bond de 21 % du nombre de transactions par rapport à la même période en 2016 », note Daniel Dagenais, président du conseil d’administration de la CIGM. « Qui plus est, la hausse des ventes de copropriétés touche tous les secteurs géographiques et toutes les gammes de prix », ajoute Monsieur Dagenais.

Variation des ventes par secteurs
  • Toutes catégories de propriétés confondues, les résultats de janvier laissent voir une croissance des ventes résidentielles dans les secteurs de Vaudreuil-Soulanges (+18 %), de l’île de Montréal (+10 %) et de la Rive-Nord (+2 %).
  • Les secteurs de Laval et de la Rive-Sud ont plutôt affiché une stabilité des ventes par rapport à janvier 2016.
Statistiques par catégories de propriétés
  • Outre l’excellente performance des ventes de copropriétés (+21 %), les ventes de plex de 2 à 5 logements ont augmenté de 6 % en janvier, tandis que la maison unifamiliale a vu son nombre de transactions reculer légèrement (-3 %).
Au chapitre des prix
  • En ce qui a trait à l’évolution des prix, c’est la maison unifamiliale qui arrive en tête avec une progression de 6 % du prix médian (297 389 $) à l’échelle de la RMR.
  • La hausse du prix médian des plex (460 000 $) a été de 5 %.
  • Le prix médian des copropriétés a pour sa part fait du surplace en comparaison avec janvier 2016, alors que la moitié des unités se sont vendues à un prix supérieur à 240 000 $.
Nombre de propriétés à vendre

Le nombre de propriétés à vendre (28 280 inscriptions en vigueur), toutes catégories confondues, s’est replié de 14 % en janvier dans la RMR de Montréal. Il s’agit d’une 16e diminution mensuelle consécutive.










Indice des prix des propriétés

Voici les données pour janvier 2017 :



Pour plus d’information, veuillez consulter le sitewww.indicedesprixdesproprietes.ca.

Embellie du marché immobilier résidentiel dans la région de Montréal en 2016

L'Île-des-Sœurs, le 17 janvier 2017 – La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plusrécentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d’après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 39 926 ventes résidentielles ont été réalisées au cours de 2016, soit une hausse de 5 % par rapport à 2015. Il s’agit d’une deuxième augmentation annuelle consécutive et du meilleur résultat depuis 2012 en ce qui a trait au nombre de transactionsconclues.

Cliquez ici pour consulter les principales statistiques résidentielles de la région métropolitaine de Montréal.

Voici les principaux faits saillants de 2016 :

Ventes

  • Par catégories de propriétés, les ventes de maisons unifamiliales ont progressé de 5 %, alors que celles de copropriétés et de plex ont crû de 6 % et de 7 %, respectivement.
  • Des croissances d’activité ont été observées dans cinq des six régions métropolitaines de recensement (RMR) de la province, soit celles de Gatineau (+12 %), de Sherbrooke (+9 %), de Montréal (+5 %), de TroisRivières (+3 %) et de Québec (+2 %). La RMR de Saguenay a plutôt affiché un recul de 2 % à ce chapitre.
  • Parmi les plus petits centres urbains, Rouyn-Noranda (+15 %), Victoriaville (+13 %), Rimouski (+13 %), Saint-Jean-sur-Richelieu (+12 %), Joliette (+11 %), Salaberry-de-Valleyfield (+11 %) et Sainte-Agathe-desMonts (+10 %) ont connu les hausses de ventes les plus importantes.
  • On note par ailleurs un intérêt grandissant pour les propriétés haut de gamme, les ventes s’étant accrues de 19 % dans la gamme de prix de 500 000 $ et plus.



Prix

  • Pour une quatrième année, les hausses de prix se sont avérées modestes. À l’échelle de la province, le prix médian des maisons unifamiliales a progressé de 2 % par rapport à 2015 pour atteindre 234 500 $.
  • Sur le plan géographique, la RMR de Montréal a enregistré une croissance de 2 % du prix médian des unifamiliales, alors qu’une hausse de 1 % à ce chapitre a été observée du côté de Gatineau et de Québec.
  • Les RMR de Saguenay, de Sherbrooke et de Trois-Rivières ont quant à elles vu leur prix médian des unifamiliales demeurer stable par rapport à 2015.
  • Ailleurs au Québec, les agglomérations de Val-d’Or (+14 %) et de Sainte-Adèle (+12 %) ont enregistré les croissances les plus marquées du prix médian des maisons unifamiliales depuis un an.


De janvier à décembre 2016, on comptait en moyenne, 77 733 inscriptions en vigueur sur le système Centris® des courtiers immobiliers, ce qui représente une baisse de 5 % par rapport à 2015. « Il s’agit d’une première diminution en six ans de l’offre de propriétés résidentielles à vendre », souligne Paul Cardinal, directeur du service Analyse du marché de la FCIQ. « Cela a eu pour effet de resserrer les conditions du marché dans plusieurs secteurs de la province », ajoute-t-il.

Finalement, les délais de vente à l’échelle de la province sont demeurés relativement stables comparativement à un an plus tôt : il fallait compter en moyenne 119 jours (1 jour de plus qu’en 2015) pour vendre une unifamiliale, et 135 jours (inchangé) pour une copropriété.

Une bonne fin d’année 2016
  • L’année 2016 s’est terminée sur une bonne note, alors que 16 623 transactions ont été conclues auquatrième trimestre sur le marché immobilier résidentiel québécois, soit 6 % de plus qu’à la même périodeen 2015.
  • Les RMR de Saguenay et de Sherbrooke se sont particulièrement démarquées en fin d’année, avec deshausses de ventes résidentielles à hauteur de 11 % chacune.


Statistiques de ventes résidentielles Centris® – Décembre 2016

L'Île-des-Sœurs, le 6 janvier 2017 -La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 2 476 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois de décembre 2016, soit une augmentation de 3% par rapport à décembre 2015. Il s'agit d'une 21e hausse mensuelle des ventes au cours des 22 derniers mois et du mois de décembre le plus actif depuis 2011.
«À l'instar des résultats de novembre, on remarque en décembre une forte augmentation (32%) des ventes de propriétés de 500 000 $ et plus», note Daniel Dagenais, président du conseil d'administration de la CIGM. «Par contre, il y a eu un repli des ventes de 10% dans la gamme de prix de 200 000 $ à 300 000 $, ce qui est possiblement un premier signe des effets des derniers resserrements hypothécaires», ajoute Monsieur Dagenais.

Variation des ventes par secteurs
  • Les résultats de décembre sont très disparates d'un secteur géographique à l'autre, avec des variations des ventes allant de +28% à Vaudreuil-Soulanges à -16% à Laval.
  • La Rive-Nord et l'Île de Montréal ont également enregistré des hausses du nombre de transactions conclues, à hauteur de 11% et 7% respectivement.
  • Les ventes résidentielles se sont toutefois repliées de 5% en décembre sur la Rive-Sud. Il s'agit seulement d'une troisième baisse au cours des 25 derniers mois dans ce secteur.

Statistiques par catégories de propriétés
  • Alors que l'activité est demeurée relativement stable du côté de l'unifamiliale (+1%) et de la copropriété (0%), les ventes de plex de 2 à 5 logements ont bondi de 21% en décembre.

Au chapitre des prix
  • Le prix médian des unifamiliales et des copropriétés a crû de 2% par rapport à décembre 2015 pour atteindre respectivement 300 000 $ et 245 000 $ à l'échelle de la RMR.
  • La hausse du prix médian des plex a été plus soutenue, soit de 4%, la moitié des immeubles de 2 à 5 logements ayant été transigés à un prix supérieur à 470 000 $.

Nombre de propriétés à vendre
Pour un quinzième mois consécutif, le nombre de propriétés à vendre a diminué dans la RMR de Montréal. Les 25 672 inscriptions en vigueur sur le système Centris® des courtiers immobiliers représentent une baisse de 13% par rapport à décembre 2015. «La baisse de l'inventaire signifie que nous revenons vers un marché équilibré, ce qui est un signe positif», souligne M. Dagenais.




Indice des prix des propriétés
Voici les données pour novembre 2016 :

Un mois de novembre actif sur le marché immobilier résidentiel de la région montréalaise

L'Île-des-Sœurs, le 6 décembre 2016 -La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 3 008 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois de novembre 2016, soit une augmentation de 9% par rapport à novembre 2015. Il s'agit d'une 20e hausse mensuelle des ventes au cours des 21 derniers mois et du meilleur mois de novembre en termes d'activité depuis 2011.
Variation des ventes par secteurs
  • Quatre des cinq principaux secteurs de la région métropolitaine de Montréal ont enregistré de fortes croissances des ventes en novembre, soit Laval (+19%), l'île de Montréal (+14%), Vaudreuil-Soulanges (+14%) et la Rive-Sud (+11%).
  • À l'opposé, le secteur de la Rive-Nord a connu un recul de 6% du nombre de transactions conclues par rapport à la même période en 2015.

Statistiques par catégories de propriétés 
  • La copropriété et le plex ont respectivement enregistré des hausses de ventes de 13% et de 15% en novembre.
  • La maison unifamiliale n'est pas en reste, alors qu'elle a vu son nombre de transactions augmenter de 6%.

Au chapitre des prix
  • À l'échelle de la RMR, le prix médian des unifamiliales a cru de 6% en novembre, par rapport à la même période en 2015, pour s'établir à 308 250$. Ce résultat est en grande partie attribuable au secteur de l'île de Montréal, où le prix médian des unifamiliales a bondi de 15%.
  • La moitié des copropriétés se sont transigées à un prix supérieur à 248 000$, ce qui correspond à une augmentation de 4% sur un an du prix médian.
  • Finalement, le prix médian des plex de 2 à 5 logements a progressé de 1%, pour se fixer à 460 000$.

«Les bons résultats de novembre, tant au chapitre de la hausse des ventes que de la croissance des prix, s'expliquent par une forte présence des acheteurs expérimentés sur le marché immobilier. Ces derniers, généralement plus nombreux sur le marché à l'automne, sont en bonne posture pour transiger, malgré les resserrements hypothécaires annoncés en octobre», fait remarquer Daniel Dagenais, président du conseil d'administration de la CIGM. «En particulier, on note une augmentation de 35% des ventes de maisons unifamiliales de 500 000$ ou plus en novembre dans l'ensemble de la région montréalaise. Nous suivrons assurément de très près l'impact des nouvelles mesures hypothécaires sur le marché dans les prochains mois», ajoute Monsieur Dagenais.
Nombre de propriétés à vendre
Pour un quatorzième mois consécutif, l'offre de propriétés à vendre s'est raréfiée dans la RMR de Montréal, avec 28 720 inscriptions résidentielles sur le système Centris® des courtiers immobiliers.





Indice des prix des propriétés
Voici les données pour novembre 2016 :

Marché immobilier résidentiel de Montréal : meilleur mois d'octobre en sept ans

L'Île-des-Sœurs, le 4 novembre 2016 -La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 3  083 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois d'octobre 2016, soit une augmentation de 8% par rapport à octobre 2015. Il s'agit d'une 19e hausse mensuelle des ventes au cours des 20 derniers mois et du meilleur mois d'octobre en termes d'activité depuis 2009.
Variation des ventes par secteurs
  • Chacun des cinq principaux secteurs de la région métropolitaine de Montréal a participé à la croissance des ventes en octobre.
  • Vaudreuil-Soulanges a affiché la plus forte progression d'activité, alors que le nombre de transactions y a bondi de 45%.
  • La Rive-Sud (+10%), l'île de Montréal (+6%), la Rive-Nord (+6%) et Laval (+6%) ont également vu leur nombre de transactions augmenter par rapport à un an plus tôt.

Statistiques par catégories de propriétés 
  • La copropriété et le plex ont enregistré des hausses de ventes de 13% et de 12%, respectivement, tandis que l'unifamiliale a vu son nombre de transactions croître plus modestement, soit de 5%.

Au chapitre des prix
  • À l'échelle de la RMR, le prix médian des unifamiliales a affiché une légère hausse de 1% par rapport à octobre 2015, pour s'établir à 302 500$.
  • La moitié des copropriétés se sont transigées à un prix supérieur à 245 000$, ce qui correspond à une augmentation du prix médian de 2% sur un an.
  • Finalement, après avoir augmenté de 7% au cours du mois précédent, le prix médian des plex de 2 à 5 logements (460 000) a progressé de seulement 1%.

«Les résultats d'octobre suivent la tendance observée depuis le début de l'année», note Daniel Dagenais, président du conseil d'administration de la CIGM. «Il est trop tôt pour voir une quelconque incidence des nouvelles règles hypothécaires qui sont entrées en vigueur au milieu du mois. D'une part, il faut savoir que les ventes enregistrées portent sur des promesses d'achat qui ont habituellement été effectuées quelques jours auparavant. D'autre part, le délai entre l'annonce des nouvelles règles (3 octobre) et leur mise en application (17 octobre) ne donnait pas suffisamment de temps aux acheteurs pour devancer leur achat afin d'éviter d'être soumis aux nouvelles modalités», ajoute Monsieur Dagenais.
Nombre de propriétés à vendre
Avec 28 736 inscriptions sur le système Centris® des courtiers immobiliers, l'offre de propriétés à vendre s'est raréfiée pour un treizième mois consécutif. Ce résultat représente un recul de 13% depuis un an et la plus importante diminution à ce chapitre depuis que la tendance baissière a débuté l'automne dernier.





Indice des prix des propriétés
Voici les données pour octobre 2016 :

La croissance des ventes se poursuit sur le marché immobilier résidentiel de Montréal en septembre

L'Île-des-Sœurs, le 6 octobre 2016 - La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 2 757 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois de septembre 2016, soit une augmentation de 4% par rapport à septembre 2015. Il s'agit d'une 18e hausse mensuelle des ventes au cours des 19 derniers mois.
Variation des ventes par secteurs
  • L'île de Montréal a affiché la croissance d'activité la plus importante en septembre, alors que le nombre de transactions y a bondi de 8%.
  • La Rive-Nord et la Rive-Sud ont également enregistré des augmentations des ventes, à hauteur de 4% et de 3%, respectivement.
  • Les transactions se sont toutefois repliées à Laval (-7%) pour un quatrième mois consécutif, de même qu'à Vaudreuil-Soulanges (-5%).

Statistiques par catégories de propriétés 
  • L'unifamiliale et la copropriété ont participé à la croissance des ventes en septembre, avec des augmentations respectives de 4% et de 9%, tandis que le plex a vu son nombre de transactions diminuer de 9% par rapport à un an plus tôt.

Au chapitre des prix
  • À l'échelle de la RMR, le prix médian des unifamiliales a progressé de 4% par rapport à septembre 2015, pour s'établir à 304 000$.
  • La moitié des copropriétés se sont transigées à un prix supérieur à 250 000$, ce qui correspond à une légère augmentation de 1% du prix médian.
  • Finalement, après avoir fait du surplace au cours des deux mois précédents, le prix médian des plex de 2 à 5 logements (451 500$) s'est élevé de 7%.

«L'activité s'est intensifiée sur le marché de la revente montréalais au cours des derniers mois et, en parallèle, une tendance baissière s'est installée au chapitre des inscriptions en vigueur. Pour un douzième mois consécutif, l'offre de propriétés à vendre s'est raréfiée alors que les 28 552 inscriptions sur le système Centris® des courtiers immobiliers en septembre représentaient un recul de 12% depuis un an», fait remarquer Daniel Dagenais, président du conseil d'administration de la CIGM. «Malgré tout, les hausses de prix demeurent modérées. Au cumul de 2016, les prix médians ont progressé de 2%, de 1% et de 4%, respectivement pour l'unifamiliale, la copropriété et le plex», ajoute Monsieur Dagenais.



Fort mois d'août pour le marché immobilier résidentiel dans la région de Montréal

L'Île-des-Sœurs, le 7 septembre 2016 - La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 2 699 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois d'août 2016, soit une augmentation de 13 % par rapport à août 2015. Il s'agit d'une 17e hausse mensuelle des ventes au cours des 18 derniers mois.
Variation des ventes par secteurs
  • Des hausses musclées du nombre de transactions ont été enregistrées en août dans les secteurs de Vaudreuil-Soulanges (+24 %) et de la Rive-Sud (+18 %).
  • L'île de Montréal et la Rive-Nord ont également connu un bon mois, avec des augmentations des ventes de 13 % et 12 % respectivement.
  • Les ventes se sont toutefois légèrement repliées (-2 %) à Laval pour un troisième mois consécutif.

Statistiques par catégories de propriétés 
  • Toutes les catégories de propriétés ont participé à la croissance des ventes en août, à hauteur de 15 % pour la copropriété, de 12 % pour l'unifamiliale et de 10 % pour le plex de 2 à 5 logements.

Au chapitre des prix
  • À l'échelle de la RMR, le prix médian des unifamiliales a progressé de 6 % par rapport à août 2015, pour s'établir à 307 250 $. Il s'agit de la plus forte hausse en tout près de cinq ans.
  • La moitié des copropriétés se sont transigées à un prix supérieur à 250 000 $, ce qui correspond à une augmentation de 4 % sur un an du prix médian.
  • Finalement, pour un deuxième mois consécutif, le prix médian des plex de 2 à 5 logements (459 000 $) a fait du surplace.

Nombre de propriétés à vendre
Pour un onzième mois consécutif, l'offre de propriétés à vendre s'est raréfiée. Les 28 142 inscriptions de la RMR sur le système Centris® des courtiers immobilier en août représentent un recul de 13 % depuis un an.
«Les conditions du marché de la revente se resserrent graduellement dans la région montréalaise» souligne Daniel Dagenais, président du conseil d'administration de la CIGM. «Seul le segment de la copropriété affiche encore un surplus d'inventaire, conférant un léger avantage aux acheteurs lors des négociations» ajoute Monsieur Dagenais.



Les ventes résidentielles à Montréal augmentent de 3 % en juillet

L'Île-des-Sœurs, le 4 août 2016 -La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 2  685 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois de juillet 2016, soit une croissance de 3 % par rapport à juillet 2015.
Variation des ventes par secteurs
  • La Rive-Sud (578 transactions) et l'île de Montréal (1 161 transactions) ont connu les plus fortes augmentations, avec des hausses des ventes de 7 % et de 5 % respectivement par rapport à juillet 2015.
  • La Rive-Nord (543 transactions) a pour sa part enregistré une hausse de 1 % des ventes.
  • Par contre, les ventes se sont repliées de 5 % et de 4 % respectivement dans les secteurs de Vaudreuil-Soulanges (134 transactions) et de Laval(269 transactions). Dans ces deux cas, il s'agit d'une deuxième baisse mensuelle consécutive.

Statistiques par catégories de propriétés
  • Le plex de 2 à 5 logements et la copropriété ont fait bonne figure en juillet, grâce à des augmentations des ventes de 13 % et de 11 % respectivement dans l'ensemble de la RMR de Montréal.
  • L'unifamiliale a enregistré son tout premier recul (-3 %) du nombre de transactions (1 526 ventes) en 18 mois, soit depuis janvier 2015.

Au chapitre des prix
  • Le prix médian des unifamiliales a progressé de 3 % par rapport à juillet 2015, pour s'établir à 300 000 $ précisément dans l'ensemble de la région métropolitaine.
  • Le prix médian des copropriétés s'est élevé de 2 %, alors que la moitié des copropriétés se sont transigées à un prix supérieur à 250 000 $.
  • Finalement, le prix des plex a fait du surplace avec un prix médian de 455 000 $.

«Bien qu'il soit encore à l'avantage des acheteurs (13,4 mois d'inventaire), le marché de la revente de copropriétés voit son surplus d'inventaire se résorber progressivement», souligne Daniel Dagenais, président du conseil d'administration de la CIGM. «Les conditions du marché de l'unifamiliale et du plex sont d'ores et déjà équilibrées depuis plusieurs mois», d'ajouter Monsieur Dagenais.
Nombre de propriétés à vendre La tendance à la baisse du nombre d'inscriptions en vigueur sur le système Centris® des courtiers immobiliers s'est poursuivie pour un dixième mois consécutif, à hauteur de 11 % en juillet.


Le marché immobilier résidentiel au beau fixe en juin dans la région de Montréal

L'Île-des-Sœurs, le 7 juillet 2016 - La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 3 620 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois de juin 2016, soit un niveau d'activité stable (0%) par rapport à juin 2015. Ceci met fin à une série de 15 hausses mensuelles consécutives (mars 2015 à mai 2016) des ventes résidentielles dans la région montréalaise.

Variation des ventes par secteurs
  • Sur l'île de Montréal (-1%) et sur la Rive-Nord (0%), le nombre de transactions conclues en juin s'est avéré similaire à celui observé au cours du même mois en 2015, avec 1 457 et 821 ventes respectivement.
  • À Laval (357 transactions) et dans le secteur de Vaudreuil-Soulanges (168 transactions), le nombre de ventes a fléchi de 5% et de 15% respectivement le mois dernier comparativement à juin 2015.
  • À l'opposé, l'activité a bondi de 10% sur la Rive-Sud, où 817 propriétés ont changé de mains par l'entremise du système Centris® des courtiers immobiliers.

Statistiques par catégories de propriétés 
  • Grâce à une croissance de 1% en juin, les ventes de maisons unifamiliales ont poursuivi leur tendance haussière pour un 16e mois consécutif dans l'ensemble de la RMR de Montréal.
  • À l'inverse, le nombre de transactions de plex de 2 à 5 logements a chuté de 13% à l'échelle de la RMR.
  • Le plex a fait bonne figure, avec une augmentation des ventes de 5% à l'échelle de la RMR. Les petits immeubles locatifs de 2 à 5 logements se sont avérés particulièrement populaires sur l'île de Montréal, où la hausse à ce chapitre a atteint 7%.
  • Quant aux ventes de copropriétés, elles se sont repliées de 2%, alors que 1 073 unités ont trouvé preneur en juin dans la région montréalaise. Il s'agit d'une première diminution des ventes de copropriétés en 11 mois.

Au chapitre des prix
  • Le prix médian des unifamiliales a progressé de 2% par rapport à juin 2015, pour s'établir à 300 000$ précisément pour l'ensemble de la région métropolitaine.
  • Le prix médian des copropriétés s'est aussi élevé de 2% depuis un an, alors que la moitié des copropriétés se sont transigées à un prix supérieur à 245 000$.
  • Finalement, les plex ont enregistré la plus forte croissance de prix, soit de 5%, avec un prix médian de 457 527$.

«Signe que le marché immobilier de Montréal est très différent de ceux de Toronto et de Vancouver, les hausses de prix demeurent modestes dans la région montréalaise depuis le début de l'année», souligne Daniel Dagenais, président du conseil d'administration de la CIGM. «Jusqu'ici en 2016, le prix médian des copropriétés affiche une stabilité, tandis que le prix médian des unifamiliales n'a gagné que 1%. Par contre, les plex ressortent du lot, avec une croissance du prix médian de 4% au cours des six premiers mois de l'année.»

Nombre de propriétés à vendre

La tendance à la baisse du nombre d'inscriptions en vigueur sur le système Centris® des courtiers immobiliers s'est poursuivie pour un neuvième mois consécutif, à hauteur de 11% en juin.







Indice des prix des propriétés

Voici les données pour juin 2016:

Immobilier montréalais: hausse des ventes et diminution de l'inventaire pour les condos en mai

L'Île-des-Sœurs, le 6 juin 2016 -La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 4 416 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois de mai 2016, ce qui représente une hausse de 2% par rapport à mai 2015 et une 15e augmentation mensuelle consécutive.

Variation des ventes par secteurs
  • C'est la Rive-Sud (+9%) qui a connu la forte croissance des ventes en mai. Du côté de Laval (+4%) et de la Rive-Nord (+1%), les hausses ont été plus modestes.
  • Le niveau d'activité est resté stable (0%) dans le secteur de Vaudreuil-Soulanges.
  • Sur l'île de Montréal, on a observé une toute première diminution des ventes (-1%) au cours des 16 derniers mois.

Statistiques par catégories de propriétés 
  • La copropriété a continué d'afficher de bons résultats avec une augmentation des ventes de 10% en mai, notamment grâce à un bond de 17% sur la Rive-Sud.
  • À l'inverse, le nombre de transactions de plex de 2 à 5 logements a chuté de 13% à l'échelle de la RMR.
  • Les ventes d'unifamiliales ont quant à elles augmenté légèrement de 1%.

Au chapitre des prix
  • Le prix médian des unifamiliales a progressé de 3% par rapport à mai 2015, pour atteindre 301 250$ pour l'ensemble de la région métropolitaine.
  • Après deux mois consécutifs de hausses soutenues, le prix médian des plex (454 350$) est demeuré inchangé en mai comparativement à la même période l'année dernière.
  • Le prix médian des copropriétés n'a pas bougé (0%) lui non plus, alors que la moitié des copropriétés se sont transigées à un prix supérieur à 240 000$.

Nombre de propriétés à vendre
Le nombre d'inscriptions en vigueur sur le système Centris® des courtiers immobiliers a poursuivi sa tendance baissière amorcée il y a huit mois. La diminution de 10% en mai est d'ailleurs la plus importante des huit derniers mois.
«Avec une troisième baisse mensuelle consécutive du nombre de condos à vendre, le repli de l'offre de copropriétés sur le marché de la revente se confirme», avance Daniel Dagenais, président du conseil d'administration de la CIGM. «L'inventaire de copropriétés à vendre représente maintenant 13,6 mois de ventes, signe que les conditions du marché se resserrent», ajoute-t-il.



Marché immobilier résidentiel de Montréal: bonne performance de la copropriété en avril

L'Île-des-Sœurs, le 5 mai 2016 -La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 4 798 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois d'avril 2016, ce qui représente une hausse de 3% par rapport à avril 2015 et une 14e augmentation mensuelle consécutive.

Variation des ventes par secteurs
  • En avril, on a observé des écarts importants dans l'évolution des ventes des différents secteurs géographiques de la RMR de Montréal: Laval et l'île de Montréal ont été très dynamiques, avec des croissances de 10% et de 8% respectivement, tandis que la Rive-Nord (-1%), la Rive-Sud (-2%) et Vaudreuil-Soulanges (-9%) ont enregistré leur première baisse mensuelle d'activité depuis le début de 2016.
  • L'île de Montréal a connu son mois d'avril le plus actif en six ans.

Statistiques par catégories de propriétés 
  • La copropriété a continué d'afficher de bons résultats avec une augmentation des ventes de 7% en avril, notamment grâce à un gain de 11% à ce chapitre sur l'île de Montréal.
  • Le nombre de transactions d'unifamiliales et de plex ont pour leur part enregistré des hausses respectives de 1% et de 4%.

Au chapitre des prix
  • Le prix médian des unifamiliales s'est élevé à 290 000$ en avril dans l'ensemble de la RMR montréalaise, soit une progression de 1% relativement au même mois en 2015.
  • Pour un deuxième mois consécutif, le plex a enregistré une poussée de 6% de son prix médian qui s'est élevé à 469 000$.
  • Un rebond a été observé du côté de la copropriété, dont le prix médian (235 000$) a progressé de 2% le mois dernier, après deux baisses mensuelles consécutives en février (-2%) et en mars (-1%).

Nombre de propriétés à vendre
Pour un septième mois consécutif, le nombre de propriétés à vendre sur le système Centris® des courtiers immobiliers s'est replié, alors qu'on comptait 8% moins d'inscriptions en vigueur qu'en avril 2015.
«La progression des prix demeure modérée dans la région de Montréal, même si l'offre de propriétés à vendre diminue et les ventes augmentent de manière soutenue», souligne Daniel Dagenais, président du conseil d'administration de la CIGM. «Au cumul des quatre premiers mois de 2016, le prix médian des unifamiliales a augmenté de 1%, tandis que le prix médian des copropriétés est demeuré stable. Cela signifie que la région de Montréal demeure une destination très abordable pour les acheteurs.»







Marché immobilier résidentiel de la région de Montréal: la tendance haussière se poursuit en mars

L'Île-des-Sœurs, le 6 avril 2016 -La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 4 725 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois de mars 2016, ce qui représente une hausse de 6% par rapport à mars 2015 et une 13e augmentation mensuelle consécutive.
Variation des ventes par secteurs
  • Chacun des cinq grands secteurs de la métropole a affiché une hausse des ventes résidentielles en mars 2016.
  • Pour un deuxième mois consécutif, le secteur de Vaudreuil-Soulanges occupe le haut du pavé, avec une augmentation de 23% des ventes par rapport à mars 2015.
  • L'île de Montréal et la Rive-Nord ont toutes les deux enregistré des hausses d'activité de 6%, tandis que des augmentations plus modestes ont été observées sur la Rive-Sud (+3%) et à Laval (+2%).

Statistiques par catégories de propriétés
  • Tout comme en février, ce sont les ventes de plex qui ont enregistré la plus forte croissance en mars dans l'ensemble de la RMR montréalaise, avec un bond de 23%.
  • Les ventes de copropriétés ont aussi connu une solide progression de 10%.
  • L'unifamiliale, après plusieurs mois de fortes croissances, a affiché une hausse des ventes de 2% en mars.

Au chapitre des prix
  • Le prix médian des unifamiliales s'est élevé à 287 000$ en mars dans l'ensemble de la RMR montréalaise, soit une progression de 1% relativement au même mois en 2015.
  • Le plex a pour sa part enregistré une poussée de 5% de son prix médian qui a atteint 467 500$.
  • Le portrait est différent du côté de la copropriété, dont le prix médian (231 600$) a fléchi de 1% en mars. Il s'agit dans ce cas-ci d'une deuxième baisse mensuelle consécutive.

Nombre de propriétés à vendre
Pour un sixième mois consécutif, le nombre de propriétés à vendre sur le système Centris® des courtiers immobiliers a reculé, avec 7% moins d'inscriptions en vigueur qu'en mars 2015.
«Après que la tendance à la hausse des inscriptions en vigueur se soit inversée l'automne dernier, ce sont maintenant les délais de vente qui semblent en voie de diminuer», souligne Daniel Dagenais, président du conseil d'administration de la CIGM. En effet, le délai de vente moyen (99 jours), toutes catégories de propriétés confondues, vient d'enregistrer une troisième diminution au cours des quatre derniers mois, pour retomber tout juste sous la barre des 100 jours dans la région montréalaise.







Indice des prix des propriétés

Voici les données pour mars 2016:

Mené par la Rive-Sud, le marché immobilier montréalais poursuit sa lancée

L'Île-des-Sœurs, le 7 mars 2016 -La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 3 743 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois de février 2016, ce qui représente une hausse de 15% par rapport à février 2015.
«Les ventes augmentent de manière plus prononcée en ce début d'année, alors que les inscriptions en vigueur poursuivent leur diminution, de sorte que les conditions de marché se resserrent», souligne Daniel Dagenais, président du conseil d'administration de la CIGM. «En février, l'offre s'est le plus fortement contractée pour l'unifamiliale, avec 8% moins de maisons à vendre qu'en février 2015», ajoute-t-il.
C'est sur la Rive-Sud de Montréal que le marché est le plus actif alors que les ventes dans ce secteur ont progressé de 20% au cours des trois derniers mois.
Variation par secteur 

  • Chacun des cinq grands secteurs de la métropole a affiché une hausse des ventes résidentielles en février 2016.
  • C'est Vaudreuil-Soulanges qui a connu l'augmentation la plus marquée des ventes, avec un bond de 20% par rapport à février 2015.
  • La Rive-Sud, la Rive-Nord et Laval ont également connu un mois de février beaucoup plus actif que l'an dernier, affichant des croissances des ventes de 19%, 19% et 15%, respectivement.
  • Sur l'Île de Montréal, le nombre de transactions a augmenté de manière plus modérée par rapport à février 2015, soit de 9%.

Statistiques par catégories de propriétés 
  • Dans l'ensemble de la RMR montréalaise, le plex a enregistré la plus forte croissance des ventes en février, soit de 28%.
  • Les ventes de copropriétés ont pour leur part progressé de 16%, grâce notamment à un bond important sur la Rive-Nord (35%) et à Laval (28%).
  • L'unifamiliale a aussi connu une augmentation du nombre de transactions en février, à hauteur de 13%.

Au chapitre des prix
  • Pour l'ensemble de la RMR, le prix médian des unifamiliales s'est élevé à 285 000 $, soit une progression de 2% comparativement à février 2015.
  • Le prix médian des unifamiliales a quant à lui progressé de 3%, pour s'établir à 292 500 $. L'île de Montréal s'est démarquée avec une croissance de 9% à ce chapitre.
  • Le prix médian des copropriétés a diminué de 2% pour s'établir à 226 000 $ à l'échelle de la RMR.
  • Le prix médian des plex a cru de 4% pour atteindre 446 999 $.

Nombre de propriétés à vendre
Pour un cinquième mois consécutif, le nombre de propriétés à vendre sur le système Centris® des courtiers immobiliers a reculé, alors que le nombre d'inscriptions en vigueur a diminué de 5% en février par rapport à l'an passé.






Indice des prix des propriétés
Voici les données pour février 2016:

Importante hausse des ventes résidentielles à Montréal en janvier

L'Île-des-Sœurs, le 4 février 2016 -La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 2 153 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois de janvier 2016, ce qui représente une hausse de 12% par rapport à janvier 2015.

«Il s'agit d'une onzième augmentation mensuelle consécutive de l'activité», souligne Daniel Dagenais, président du conseil d'administration de la CIGM. «La dernière séquence du genre remonte à 2009-2010», ajoute-t-il.

Variation par secteur 

  • Chacun des cinq grands secteurs de la métropole a affiché une hausse des ventes résidentielles en janvier 2016.
  • C'est Vaudreuil-Soulanges qui a connu l'augmentation la plus marquée des ventes, avec un bond de 24% par rapport à janvier 2015.
  • La Rive-Sud et l'île de Montréal ont également connu un mois de janvier beaucoup plus actif que l'an dernier, affichant des croissances des ventes de 19% et de 16% respectivement.
  • À Laval et sur la Rive-Nord, le nombre de transactions a augmenté de manière plus modérée par rapport à janvier 2015, soit de 6% et de 1% respectivement.

Statistiques par catégories de propriétés 
  • Dans l'ensemble de la RMR montréalaise, l'unifamiliale a enregistré la plus forte croissance des ventes en janvier, soit de 14%.
  • Les ventes de copropriétés ont pour leur part progressé de 10%, grâce notamment à un bond important sur l'île de Montréal (21%).
  • Le plex a lui aussi connu une augmentation du nombre de transactions en janvier, à hauteur de 8%.

Au chapitre des prix
  • Pour l'ensemble de la RMR, le prix médian des unifamiliales s'est élevé à 280 000$, soit une progression de 1% relativement à janvier 2015. Sur l'île de Montréal, le prix médian des unifamiliales a bondi de 12% pour atteindre 412 600$.
  • Le prix médian des copropriétés a augmenté de 3% pour atteindre 238 000$ à l'échelle de la RMR.
  • Le prix médian des plex a également crû de 3% pour atteindre 441 250$.


Nombre de propriétés à vendre

Pour un quatrième mois consécutif, le nombre de propriétés à vendre sur le système Centris® des courtiers immobiliers a reculé, alors que le nombre d'inscriptions en vigueur a diminué de 3% en janvier.







Indice des prix des propriétés

Voici les données pour janvier 2016:



L'année 2015 se termine avec une hausse des ventes de 11% en décembre pour le marché immobilier résidentiel de Montréal

L'Île-des-Sœurs, le 7 janvier 2016 -La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 2 430 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois de décembre 2015, ce qui représente une hausse de 11% par rapport à décembre 2014. Il s'agit d'une dixième augmentation mensuelle consécutive et du mois de décembre le plus actif depuis quatre ans.

Variation par secteur 

  • C'est la Rive-Sud qui a connu l'augmentation la plus marquée des ventes en décembre 2015, avec un bond de 22% par rapport à la même période l'année dernière.
  • Laval et l'île de Montréal ont également connu un mois de décembre plus actif que l'an dernier, affichant des croissances des ventes de 15% et de 12% respectivement.
  • Sur la Rive-Nord, le nombre de transactions est demeuré stable par rapport à décembre 2014, tandis que le secteur de Vaudreuil-Soulanges a enregistré un recul de 12% à ce chapitre.

Statistiques par catégories de propriétés
  • Dans l'ensemble de la RMR montréalaise, la copropriété a enregistré une croissance des ventes de 14% en décembre, soit sa plus forte augmentation mensuelle en 2015.
  • Les ventes d'unifamiliales ont pour leur part progressé de 10%, grâce notamment à des bonds importants sur l'île de Montréal (20%) et sur la Rive-Sud (19%).
  • Le plex a lui aussi connu une augmentation du nombre de transactions en décembre, à hauteur de 4%.

Au chapitre des prix
  • Pour l'ensemble de la RMR, le prix médian des unifamiliales s'est élevé à 295 000$, soit une progression de 4% relativement à décembre 2014.
  • Le prix médian des copropriétés a augmenté de 2% pour atteindre 240 000$.
  • L'augmentation du prix médian des plex (450 000$) s'est pour sa part limitée à 1%.


«L'augmentation soutenue de la demande de maisons unifamiliales, conjuguée au repli de l'offre depuis quelques mois, font en sorte que les conditions du marché redeviennent à l'avantage des vendeurs dans plusieurs quartiers de l'île de Montréal», souligne Daniel Dagenais, président du conseil d'administration de la CIGM.

Nombre de propriétés à vendre

Pour un troisième mois consécutif, le nombre de propriétés à vendre sur le système Centris® des courtiers immobiliers a reculé, alors qu'une diminution de 3% a été enregistrée en décembre.







Indice des prix des propriétés

Voici les données pour décembre 2016:



Meilleur mois de novembre en quatre ans pour l'immobilier résidentiel à Montréal

L'Île-des-Sœurs, le 4 décembre 2015 - La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris®des courtiers immobiliers. Ainsi, 2 779 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois de novembre 2015, ce qui représente une hausse de 8% par rapport à novembre 2014. Il s'agit d'une neuvième augmentation mensuelle consécutive et du mois de novembre le plus actif depuis quatre ans.

«Après onze mois, le cumul de l'année laisse voir une augmentation de 6% des ventes, de sorte que nous sommes en voie de connaître en 2015 une première hausse d'activité en cinq ans sur le marché immobilier résidentiel de la région montréalaise», note Daniel Dagenais, président du conseil d'administration de la CIGM.

Variation par secteur 
  • La Rive-Nord a enregistré une hausse marquée d'activité en novembre 2015, les ventes ayant augmenté de 19% par rapport à la même période l'an dernier. Ce résultat fait suite à une augmentation des ventes dans ce secteur de 14% en octobre.
  • Tous les autres secteurs ont également connu des hausses du nombre de transactions, soit de 7% pour l'île de Montréal, de 5% pour Laval, de 3% pour Vaudreuil-Soulanges et de 1% pour la Rive-Sud.

Statistiques par catégories de propriétés 
  • La maison unifamiliale a connu un mois de novembre très actif, avec 1 607 transactions à l'échelle de la région montréalaise, soit une augmentation de 10% comparativement à novembre 2014.
  • Les ventes de copropriétés ont pour leur part augmenté de 6%, ce qui représente une quatrième hausse consécutive à ce chapitre.
  • Après s'être repliées de 3% en octobre, les ventes de plex de 2 à 5 logements ont rebondi de 5% en novembre.

Au chapitre des prix
  • Pour l'ensemble de la RMR, le prix médian des unifamiliales s'est élevé à 289 900$, soit une progression de 2% relativement à novembre 2014.
  • Les croissances de prix ont été plus soutenues pour les copropriétés et les plex. Le prix médian des copropriétés a atteint 239 000$ et celui des plex 455 000$, une augmentation de 4% dans les deux cas.

Nombre de propriétés à vendre

Pour un deuxième mois consécutif, le nombre de propriétés à vendre sur le système Centris® des courtiers immobiliers a reculé à hauteur de 2% en novembre. En octobre, la diminution enregistrée à ce chapitre mettait fin à une tendance haussière de l'offre qui perdurait depuis plus de cinq ans.







Indice des prix des propriétés

Voici les données pour novembre 2015:



Marché immobilier résidentiel à Montréal: les ventes en hausse, l'inventaire en baisse

L'Île-des-Sœurs, le 5 novembre 2015 -La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris®des courtiers immobiliers. Ainsi, 2 860 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois d'octobre 2015, ce qui représente une hausse de 9% par rapport à octobre 2014. Il s'agit d'une huitième augmentation mensuelle consécutive et du mois d'octobre le plus actif depuis quatre ans.

Variation par secteur 

  • La Rive-Nord et la Rive-Sud ont connu une croissance marquée des ventes, soit 14% chacune.
  • L'île de Montréal a continué d'afficher de bons résultats: après des hausses de 9% en août et de 8% en septembre, les ventes ont augmenté de 10% en octobre.
  • Le secteur de Laval a enregistré un léger repli d'activité de 2%, tandis que le recul a été plus prononcé (-15%) dans le secteur de Vaudreuil-Soulanges.

Statistiques par catégories de propriétés 
  • La copropriété et la maison unifamiliale ont connu un mois d'octobre faste, avec des hausses respectives des ventes de 11% et de 10%.
  • Après deux mois de forte croissance, les ventes de plex se sont contractées de 3% en octobre.

Au chapitre des prix
  • À l'échelle de la RMR, le prix médian des unifamiliales a atteint pour la toute première fois 300 000$, une progression de 5% comparativement à octobre 2014, soit le rythme le plus élevé des 22 derniers mois.
  • Les plex se sont transigés à un prix médian de 454 500$, soit 1% de plus qu'en octobre 2014.
  • Le prix médian des copropriétés (240 000$) a pour sa part enregistré un premier recul mensuel (-3%) en 2015.


Nombre de propriétés à vendre

«Il importe de souligner que les données d'octobre laissent voir une toute première baisse de l'offre de propriétés à vendre en un peu plus de cinq ans dans la région montréalaise», fait remarquer Sylvain Girard, vice-président du conseil d'administration de la CIGM. Les 33 014 propriétés inscrites sur le système Centris® en octobre représentent en effet une diminution de 1% par rapport au même mois l'an dernier et la première baisse à ce chapitre en cinq ans.







Indice des prix des propriétés

Voici les données pour octobre 2015:

Septembre 2015: septième hausse consécutive des ventes de propriétés résidentielles dans la région de Montréal

L'Île-des-Sœurs, le 6 octobre 2015 -La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris®des courtiers immobiliers. Ainsi, 2 665 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois de septembre 2015, ce qui représente une hausse de 5% par rapport à septembre 2014. Il s'agit d'une septième augmentation mensuelle consécutive et du mois de septembre le plus actif depuis quatre ans.

Variation par secteur 

  • Pour un deuxième mois consécutif, le secteur de Laval s'est démarqué, affichant une croissance du nombre de transactions de 10% par rapport à septembre 2014.
  • L'île de Montréal a également connu une hausse importante d'activité, soit 8%.
  • Les augmentations ont été plus modérées pour la Rive-Sud (+3%), la Rive-Nord (+1%) et Vaudreuil-Soulanges (+1%).

Statistiques par catégories de propriétés 

  • Pour un deuxième mois consécutif, toutes les catégories de propriétés ont participé à la croissance en septembre.
  • Les ventes de plex (2 à 5 logements) ont bondi de 23% dans l'ensemble de la région montréalaise, suivant un mois d'août où l'augmentation avait été de 20%.
  • L'unifamiliale a enregistré 4% plus de transactions qu'au cours du mois de septembre 2014, alors que les ventes de copropriétés ont augmenté de 1%.

Au chapitre des prix

  • Pour l'ensemble de la RMR montréalaise, le prix médian des copropriétés (248 000$) a progressé de 6% par rapport au mois de septembre 2014. L'île de Montréal et la Rive-Sud ont affiché une augmentation de 8%.
  • Le prix médian des unifamiliales a quant à lui progressé de 3%, pour s'établir à 292 500$. L'île de Montréal s'est démarquée avec une croissance de 9% à ce chapitre.
  • Les plex se sont transigés à un prix médian de 420 000$ en septembre 2015, soit 2% de moins qu'à la même période l'an dernier.
«L'île de Montréal a poursuivi sa lancée en septembre. Les ventes y ont d'ailleurs augmenté à tous les mois depuis février, de sorte qu'au cumul de l'année, le nombre de transactions est de 9% plus élevé qu'à pareille date l'an passé. Ceci est particulièrement attribuable à l'essor des ventes d'unifamiliales, qui affichent une hausse de 17%», explique Sylvain Girard, vice-président du conseil d'administration de la CIGM. Notons aussi que chacun des autres grands secteurs de la métropole affiche une croissance du nombre de ventes au cumul de l'année.

Nombre de propriétés à vendre

La tendance haussière qui perdurait depuis cinq ans quant au nombre d'inscriptions en vigueur a pris fin en septembre 2015. Au total, quelque 32 471 propriétés résidentielles étaient à vendre au 30 septembre, soit un nombre équivalent à celui observé en septembre 2014.







Indice des prix des propriétés

Voici les données pour septembre 2015 :

Mené par Laval, le marché immobilier résidentiel de la région de Montréal poursuit sur sa lancée en août

L'Île-des-Sœurs, 4 septembre 2015 -La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris®des courtiers immobiliers. Ainsi, 2 408 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois d'août 2015, ce qui représente une hausse de 8% par rapport à août 2014. Il s'agit d'une sixième augmentation mensuelle consécutive et du mois d'août le plus actif depuis quatre ans.

Variation par secteur 

  • Le secteur de Laval s'est démarqué, affichant une augmentation du nombre de transactions de 18% par rapport à août 2014.
  • La Rive-Nord, l'île de Montréal et la Rive-Sud ont également connu des hausses d'activité respectives de 13%, 10% et 1%.
  • Seul le secteur de Vaudreuil-Soulanges a enregistré un repli (-7%) du nombre de ventes comparativement à août 2014.

Statistiques par catégories de propriétés 

  • Toutes les catégories de propriétés ont participé à la croissance en août.
  • Les ventes de plex (2 à 5 logements) ont bondi de 20% dans l'ensemble de la région montréalaise.
  • L'unifamiliale a enregistré 8% plus de transactions qu'au cours du mois d'août 2014.
  • Après une baisse en juillet, les ventes de copropriétés ont repris le chemin de la croissance, avec un gain de 5% en août.

Au chapitre des prix

  • Pour l'ensemble de la RMR montréalaise, le prix médian des plex (456 000 $) a progressé de 5% en comparaison avec le mois d'août 2014.
  • Le prix médian des copropriétés a augmenté de 4%, pour s'établir à 240 000 $.
  • Les maisons unifamiliales se sont transigées à un prix médian de 290 000 $, soit 2% de plus qu'à la même période l'an dernier.
«La robustesse des prix des copropriétés se maintient, en dépit d'un marché légèrement à l'avantage des acheteurs», remarque François Bissonnette, président du conseil d'administration de la CIGM. «Dans l'ensemble de la région métropolitaine, au cumul des huit premiers mois de l'année, le prix médian des copropriétés est en hausse de 4% par rapport à la même période l'année dernière.»

Nombre de propriétés à vendre

La hausse du nombre de propriétés à vendre n'a été que de 1% en août, soit la plus faible augmentation du nombre d'inscriptions en vigueur en plus de quatre ans dans la région montréalaise.







Indice des prix des propriétés

Voici les données pour août 2015 :

Cinquième hausse consécutive des ventes résidentielles dans la région de Montréal en juillet

L'Île-des-Sœurs, le 6 août 2015 - La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris®des courtiers immobiliers. Ainsi, 2 624 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois de juillet 2015, ce qui représente une hausse de 2% par rapport à juillet 2014. Il s'agit d'une cinquième augmentation mensuelle consécutive.

«Il est intéressant de constater que depuis deux mois, on note une diminution des délais de vente, inversant ainsi la tendance à la hausse que l'on observait à ce chapitre depuis plus de quatre ans», souligne François Bissonnette, président du conseil d'administration de la CIGM. Le délai de vente moyen, pour l'ensemble de la RMR montréalaise, toutes catégories de propriétés confondues, se situait à exactement 100 jours en juillet 2015, soit 4 jours de moins qu'un an plus tôt.

Variation par secteur 

  • Le secteur de Vaudreuil-Soulanges s'est nettement démarqué en juillet, affichant une augmentation du nombre de transactions de 42% par rapport à juillet 2014.
  • L'île de Montréal (+3%) a été le seul autre secteur à connaître une hausse d'activité.
  • Le nombre de ventes est demeuré stable sur la Rive-Nord (0%), tandis que Laval (-1%) et la Rive-Sud (-5%) ont connu des baisses de régime comparativement à juillet 2014.

Statistiques par catégories de propriétés 

  • Comme ce fut aussi le cas en juin, ce sont les ventes de maisons unifamiliales qui ont le plus fortement augmenté en juillet, soit de 7%.
  • Les ventes de plex (2 à 5 logements) sont demeurées stables (0%) par rapport à juillet 2014.
  • Les ventes de copropriétés ont plutôt accusé un recul de 7%.

Au chapitre des prix

  • Pour l'ensemble de la RMR montréalaise, le prix médian des maisons unifamiliales (290 500 $) et des plex (455 000 $) ont tous les deux enregistré une augmentation de 1% comparativement à juillet 2014.
  • Le prix médian des copropriétés a quant lui progressé de 4%, pour s'établir à 245 000 $.
Nombre de propriétés à vendre

Pour un troisième mois consécutif, la hausse du nombre de propriétés à vendre n'a été que de 2%, ce qui correspond à la plus faible augmentation du nombre d'inscriptions en vigueur en plus de quatre ans dans la région montréalaise.







Indice des prix des propriétés

Voici les données pour juillet 2015 :

Mois de juin le plus actif en six ans pour le marché immobilier résidentiel montréalais

L'Île-des-Sœurs, le 7 juillet 2015 - La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 3 627 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du mois de juin 2015, ce qui représente une hausse de 11% par rapport à juin 2014. Il s'agit d'une quatrième hausse mensuelle consécutive des ventes et du mois de juin le plus actif depuis 2009.

«Depuis quelques mois, les ventes progressent nettement plus rapidement que le nombre d'inscriptions, ce qui implique que les conditions du marché commencent à se resserrer à nouveau», affirme François Bissonnette, président du conseil d'administration de la CIGM. «Le rapport de force lors des négociations est néanmoins, de manière générale, toujours à l'avantage des acheteurs pour la copropriété», ajoute-t-il.

Variation par secteur 

  • La Rive-Nord s'est nettement démarquée en juin 2015, enregistrant une croissance de 26% des ventes résidentielles et, plus particulièrement, une hausse de 33% des ventes de copropriétés.
  • Le secteur de Vaudreuil-Soulanges a également très bien tiré son épingle du jeu, affichant une augmentation du nombre de transactions de 13% par rapport à juin 2014.
  • Les autres secteurs ont aussi tous participé à la croissance en juin, avec des hausses de ventes de 7% (Île de Montréal et Laval) et de 5% (Rive-Sud).

Statistiques par catégories de propriétés 

  • Ce sont les ventes de maisons unifamiliales qui ont le plus fortement augmenté en juin 2015, soit de 15%.
  • Les ventes de plex (2 à 5 logements) ont progressé de 11%.
  • Les ventes de copropriétés se sont accrues de 4%, après avoir connu un léger repli (-1%) en mai.

Au chapitre des prix

  • Pour l'ensemble de la RMR montréalaise, le prix médian des maisons unifamiliales (295 000 $) et des copropriétés (240 000 $) ont tous les deux enregistré une augmentation de 2% comparativement à juin 2014.
  • Le prix médian des plex a cependant légèrement reculé, soit de 2%, pour s'établir à 438 000 $.
Nombre de propriétés à vendre

Bien que la tendance à la hausse se soit poursuivie, à hauteur de 2% en juin, le nombre d'inscriptions en vigueur a enregistré sa plus faible augmentation en plus de quatre ans dans la région montréalaise.







Indice des prix des propriétés

Voici les données pour juin 2015 :

Marché immobilier résidentiel de la région de Montréal: la relance se confirme

L'Île-des-Sœurs, le 5 juin 2015 - La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 4 332 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du mois de mai 2015, ce qui représente une hausse de 9% par rapport à mai 2014. Il s'agit d'une troisième hausse consécutive des ventes et du mois de mai le plus actif en trois ans.

«Depuis trois mois, on observe une nette relance du marché immobilier résidentiel qui se manifeste à la fois par une hausse soutenue des ventes et par un raffermissement de la croissance des prix», affirme François Bissonnette, président du conseil d'administration de la CIGM.

Variation par secteur

  • L'île de Montréal s'est démarquée pour un deuxième mois de suite avec une croissance des ventes résidentielles de 19%. «Les maisons unifamiliales sont particulièrement en demande actuellement sur l'île de Montréal, comme en témoignent les augmentations de ventes dans ce segment du marché de 32% en avril et de 26% en mai», de mentionner François Bissonnette.
  • Les secteurs de Vaudreuil-Soulanges, de la Rive-Nord et de la Rive-Sud ont connu des croissances d'activité de 8%, de 5% et de 2%, respectivement.
  • Seul le secteur de Laval a enregistré un repli du nombre de ventes (-3%).

Statistiques par catégories de propriétés 

  • Pour un deuxième mois consécutif, ce sont les ventes de plex de 2 à 5 logements qui ont le plus fortement augmenté (+36%).
  • Les ventes de maisons unifamiliales ont progressé de 10%.
  • Les ventes de copropriétés se sont légèrement repliées (-1%), une première baisse en quatre mois.

Au chapitre des prix

  • La copropriété (239 000 $) a enregistré sa plus forte augmentation du prix médian (+6%) au cours des sept derniers mois.
  • Pour l'unifamiliale, le prix médian de 292 000 $ était en hausse de 2%.
  • Le prix des plex a grimpé de 3% pour s'établir à 455 000 $.

Nombre de propriétés à vendre

Même si la tendance à la hausse s'est poursuivie, à hauteur de 2% en mai, il s'agissait de la plus faible augmentation du nombre d'inscriptions en vigueur en plus de quatre ans dans la région montréalaise.

Indice des prix des propriétés

Voici les données pour mai 2015:

Marché immobilier résidentiel de la région de Montréal: plus forte augmentation des ventes en près de trois ans

Île-des-Sœurs, le 6 mai 2015 - La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 4 680 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du mois d'avril 2015, ce qui représente une hausse de 12% par rapport à avril 2014. Il s'agit du mois d'avril le plus actif depuis 2012 et de la plus forte augmentation en 35 mois.

«Le marché immobilier profite actuellement du creux historique des coûts de financement ainsi que de la relance de l'emploi dans la métropole», affirme François Bissonnette, président du conseil d'administration de la CIGM.

Variation par secteur 

Les principaux secteurs ont tous enregistré une augmentation des ventes en avril 2015:

  • L'île de Montréal a connu une hausse des ventes de 19%;
  • La Rive-Nord, la Rive-Sud, Laval et Vaudreuil-Soulanges ont enregistré des hausses respectives de 10%, 9%, 8% et 2%.

Statistiques par catégories de propriétés

  • Les ventes de plex de 2 à 5 logements ont le plus fortement augmenté (+15%);
  • Les ventes de maisons unifamiliales ont bondi de 14%;
  • Les ventes de copropriétés ont cru de 9%.

Au chapitre des prix

Toutes les catégories de propriétés ont enregistré une croissance le mois dernier:

  • Le prix médian des unifamiliales a gagné 2% par rapport à avril 2014 pour atteindre 289 000$;
  • Le prix médian des copropriétés et des plex ont chacun cru de 3% pour se fixer à 231 950$ et à 441 750$, respectivement.

Nombre de propriétés à vendre

Bien que la tendance à la hausse se soit poursuivie à hauteur de 4% en avril, il s'agissait de la plus faible augmentation du nombre d'inscriptions en vigueur en plus de quatre ans dans la région montréalaise.

Indice des prix des propriétés

Voici les données pour avril 2015:

Marché immobilier résidentiel de la région de Montréal: mars, le mois le plus actif depuis deux ans

Île-des-Sœurs, le 8 avril 2015 - La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 4 495 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du mois de mars 2015, ce qui représente une hausse de 6% par rapport à mars 2014 et en fait le mois le plus actif depuis deux ans.

« Les baisses récentes des taux hypothécaires consentis par les prêteurs ont finalement fait sentir leurs effets sur le marché, plusieurs consommateurs étant convaincus qu'il s'agit d'un moment opportun pour acheter une propriété », affirme Patrick Juanéda, président du conseil d'administration de la CIGM.

Sur le plan géographique, les principaux secteurs ont tous enregistré une augmentation des ventes en mars 2015, à l'exception de la Rive-Nord. La Rive-Sud s'est nettement démarquée avec une croissance du nombre de transactions de 17% par rapport à mars 2014. L'île de Montréal a aussi connu un bon mois de mars 2015 avec une hausse d'activité de 7%, tandis que les secteurs de Laval et de Vaudreuil Soulanges ont enregistré des augmentations de l'ordre de 2%. Dans le cas de la Rive-Nord, le recul a été de 5%.

Par catégorie de propriétés, dans l'ensemble de la RMR, la copropriété et l'unifamiliale ont vu leurs ventes augmenter de 7% chacune en mars. Les ventes de plex ont évolué de manière contraire, avec 7% moins de transactions conclues qu'en mars l'année dernière.

Au chapitre des prix, à l'échelle de la RMR, le prix médian des unifamiliales a atteint 285 000$, soit 2% de plus qu'en mars 2014. La copropriété (235 000$) et le plex (445 000$) ont quant à eux enregistré des hausses de prix identiques de 4%.

Finalement, le nombre d'inscriptions en vigueur sur le système Centris® des courtiers immobiliers a poursuivi sa tendance à la hausse, alors qu'on dénombrait, en mars 2015, à l'échelle de la région métropolitaine, 5% plus de propriétés à vendre qu'un an plus tôt.







Indice des prix des propriétés

Voici les données pour mars 2015:

Marché immobilier résidentiel de la région de Montréal: un mois de février sous le signe de la stabilité

Île-des-Soeurs, le 9 mars 2015 - La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 3 281 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du mois de février 2015, ce qui signifie que le marché n'a enregistré aucune variation (0%) par rapport au mois de février 2014.

Sur le plan géographique, l'île de Montréal s'est démarquée avec une augmentation des ventes de 8% comparativement à février 2014. Les secteurs de Laval et de la Rive-Sud ont aussi connu des hausses d'activité, quoique plus modestes, de 3% et de 1% respectivement. À l'inverse, la Rive-Nord a enregistré un recul du nombre de transactions de 9%, tandis que le secteur de Vaudreuil-Soulanges a subi un repli de 24%. Pour Vaudreuil-Soulanges, il s'agissait d'une cinquième baisse mensuelle consécutive des ventes.

«En ce début 2015, à l'instar de ce que l'on a connu au cours des derniers mois l'an dernier, ce sont les secteurs de l'île de Montréal et de la Rive-Sud qui sont les plus dynamiques», affirme Patrick Juanéda, président du conseil d'administration de la CIGM. «Au cumul de janvier et février, l'île de Montréal (+1%) et la Rive-Sud (+2%) sont les deux secteurs qui affichent une croissance des ventes», ajoute-t-il.

Par catégorie de propriétés, dans l'ensemble de la RMR, la copropriété et l'unifamiliale ont vu leurs ventes augmenter de 3% et de 1% respectivement en février. Le plex a pour sa part affiché une première baisse d'activité en cinq mois, avec 19% moins de transactions conclues qu'en février 2014.

Au chapitre des prix, à l'échelle de la RMR, les trois catégories de propriétés ont enregistré des hausses similaires, soit de 2%, avec des prix médians de 280 000$ pour l'unifamiliale, de 230 000$ pour la copropriété et de 430 000$ pour le plex.

Finalement, le nombre d'inscriptions en vigueur sur le système Centris® des courtiers immobiliers a poursuivi sa tendance à la hausse. En février 2015, on dénombrait, à l'échelle de la région métropolitaine, 5% plus de propriétés à vendre qu'un an plus tôt.







Indice des prix des propriétés

Voici les données pour février 2015:

Les ventes résidentielles ralentissent en janvier dans la région de Montréal

Île-des-Soeurs, le 6 février 2015 - La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 1 935 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du mois de janvier 2015, ce qui représente une baisse de 5 % par rapport au mois de janvier 2014.

« Les résultats de janvier font contraste avec ceux de décembre, alors que les ventes avaient augmenté de 9 % dans la RMR de Montréal » relate Patrick Juanéda, président du conseil d'administration de la CIGM. « Heureusement, la baisse récente des taux d'intérêt pourrait donner un nouveau souffle au marché immobilier au cours des prochains mois », ajoute-t-il.

Sur le plan géographique, seule la Rive-Sud a enregistré une augmentation du nombre de transactions résidentielles en janvier, à hauteur de 4 % comparativement à la même période en 2014. Sinon, des baisses des ventes ont été observées sur l'île de Montréal (-8 %), à Laval (-8 %), sur la Rive-Nord (-5 %) et dans le secteur de Vaudreuil-Soulanges (-10 %).

Par catégorie de propriétés, dans l'ensemble de la RMR, l'unifamiliale a vu ses ventes diminuer de 5 % en janvier, tandis que la copropriété a affiché une baisse plus marquée de 9 %. Le plex a toutefois connu un bon début d'année, avec un bond des ventes de 10 % par rapport à janvier 2014.

Finalement, le nombre d'inscriptions en vigueur sur le système Centris® des courtiers immobiliers a poursuivi sa tendance à la hausse. En janvier 2015, on dénombrait à l'échelle de la région métropolitaine 7 % plus de propriétés à vendre qu'un an plus tôt.







Indice des prix des propriétés

Voici les données pour janvier 2015 :

Marché immobilier résidentiel: le mois de décembre le plus actif des trois dernières années dans la région montréalaise

Île-des-Soeurs, le 12 janvier 2015 - La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 2 203 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du mois de décembre 2014, ce qui représente une hausse de 9% par rapport au mois de décembre 2013. Il s'agit aussi du mois de décembre le plus actif des trois dernières années.

« Non seulement décembre a-t-il été le meilleur mois de l'année 2014 en termes de croissance des ventes, mais il s'agit également de la plus forte hausse mensuelle des ventes dans la région de Montréal en trente-et-un mois, soit depuis mai 2012 », souligne Patrick Juanéda, président du conseil d'administration de la CIGM.

Sur le plan géographique, la banlieue nord a connu une hausse remarquable d'activité en décembre, soit des croissances des ventes de 26% à Laval et de 19% sur la Rive-Nord par rapport à décembre 2013. La Rive-Sud et l'île de Montréal ont aussi enregistré des hausses, le nombre de transactions ayant augmenté de 8% et de 4%, respectivement. Seul le secteur de Vaudreuil-Soulanges a connu un repli des ventes, de l'ordre de 9%, comparativement à décembre 2013.

Par catégorie de propriétés, dans l'ensemble de la RMR, tant l'unifamiliale que la copropriété ont vu leurs ventes progresser de 9% en décembre, tandis que la hausse pour les plex s'est chiffrée à 10%. En ce qui a trait à l'évolution des prix, le prix médian des unifamiliales est demeuré stable, à 284 000$, tandis que le prix médian des copropriétés (235 000$) a progressé de 2% et celui des plex (444 375$) de 8% par rapport à décembre 2013.

Finalement, le nombre d'inscriptions en vigueur sur le système Centris® des courtiers immobiliers a poursuivi sa tendance à la hausse. En décembre 2014, on dénombrait, à l'échelle de la région métropolitaine, 8% plus de propriétés à vendre qu'un an plus tôt.







Indice des prix des propriétés

Voici les données pour décembre 2014:

Hausse du prix médian des unifamiliales sur l'île de Montréal

Île-des-Soeurs, le 5 décembre 2014 - La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 2 590 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du mois de novembre 2014, ce qui représente une diminution de 1% par rapport au mois de novembre 2013. Cette baisse est la deuxième consécutive, les ventes ayant également diminuées de 1% en octobre.

Par catégorie de propriétés, l'unifamiliale a connu une baisse des ventes de 4% en novembre, tandis qu'une stabilité (0%) de l'activité a été observée du côté de la copropriété. Tout comme en octobre, seul le plex a enregistré une croissance des ventes en novembre, avec une hausse de 17% par rapport à la même période en l'an dernier.

Sur le plan géographique, deux secteurs ont connu des augmentations de ventes en novembre, soit la Rive-Nord, avec une hausse de 3%, et l'île de Montréal, avec une croissance de 1%. La Rive-Sud et Laval ont enregistré des résultats contraires, soit des baisses des ventes de 1% et de 3%, respectivement. Finalement, l'activité s'est repliée de 19% dans le secteur de Vaudreuil-Soulanges.

Le prix médian des unifamiliales, dans l'ensemble de la RMR montréalaise, s'est établi à 283 500$, soit une progression de 2% par rapport à novembre 2013. «On observe en particulier un raffermissement des prix des maisons unifamiliales sur l'île de Montréal avec une hausse moyenne de 5% au cours des cinq derniers mois», souligne Patrick Juanéda, président du conseil d'administration de la CIGM. «En novembre, la progression a été de 10% à ce chapitre.»

Du côté de la copropriété, à l'échelle de la région métropolitaine de Montréal, le prix médian a légèrement fléchi (-1%) en novembre pour atteindre 230 750$. La copropriété avait pourtant enregistré en octobre sa plus forte progression mensuelle (+6%) en près de deux ans. Finalement, le prix médian des plex a reculé de 1% en novembre, pour se fixer à 439 500$.

Par ailleurs, le nombre d'inscriptions en vigueur sur le système Centris® des courtiers immobiliers a poursuivi sa tendance à la hausse. En novembre 2014, on comptait, à l'échelle de la région métropolitaine, 8% plus de propriétés à vendre qu'un an plus tôt.







Indice des prix des propriétés

Voici les données pour novembre 2014:

Le prix des condos se raffermit en octobre dans la région de Montréal

Île-des-Soeurs, le 7 novembre 2014 - La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 2 636 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du mois d'octobre 2014, ce qui représente une diminution de 1% par rapport au mois d'octobre 2013. Cette baisse survient suite à une augmentation de 7% des ventes en septembre.

L'unifamiliale a connu une légère baisse des ventes de 1% en octobre, tandis qu'une diminution de 4% a été observée pour la copropriété. Seul le plex a enregistré une croissance des ventes, de l'ordre de 5%, par rapport à octobre 2013.

Sur le plan géographique, Laval s'est démarqué avec une hausse des ventes de 15% en octobre 2014. L'île de Montréal a aussi connu une hausse d'activité, avec une augmentation des ventes de 1% par rapport à octobre 2013. Des baisses modérées des ventes de 2% et de 3% ont par ailleurs été observées du côté de la Rive-Sud et de Vaudreuil-Soulanges respectivement. Finalement, après un excellent mois de septembre (+15%), la Rive-Nord a connu un mois d'octobre plus difficile, avec une diminution de 12% du nombre de transactions.

«Le prix médian des copropriétés vendues en octobre 2014 affichait une hausse de 6% comparativement à la même période l'année dernière dans l'ensemble de la région montréalaise, soit la plus forte progression mensuelle à ce chapitre depuis décembre 2012» affirme Patrick Juanéda, président du conseil d'administration de la CIGM. Le prix médian des unifamiliales a pour sa part augmenté de 1%, et celui des plex de 2 à 5 logements de 4% au cours de la période comparée.

Finalement, à l'échelle de la région métropolitaine, le nombre d'inscriptions en vigueur sur le système Centris® des courtiers immobiliers a poursuivi sa progression en octobre, à hauteur de 8% comparativement au même mois en 2013.







Indice des prix des propriétés

Voici les données pour août 2014:

Troisième hausse au cours des quatre derniers mois pour le marché immobilier montréalais

Île-des-Soeurs, le 7 octobre 2014 - La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 2 552 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du mois de septembre 2014, ce qui représente une hausse de 7% par rapport au mois de septembre 2013. Cette augmentation des ventes est la troisième au cours des quatre derniers mois.

« Nous venons de connaître le meilleur mois de septembre depuis 2011 en ce qui a trait au nombre de transactions conclues », souligne Patrick Juanéda, président du conseil d'administration de la CIGM.

L'unifamiliale a affiché de très bons résultats en septembre, avec une augmentation de 11% des ventes à l'échelle de la RMR. On note à ce chapitre l'excellente performance du secteur de Vaudreuil-Soulanges, avec une croissance de 41%. Les résultats de la Rive-Nord sont aussi dignes de mention, avec une hausse des ventes d'unifamiliales de 20%. Les ventes de copropriétés ont enregistré un gain de 4% en septembre, tandis que le nombre de transactions de plex a accusé un léger recul de 1%, et ce, pour l'ensemble de la RMR.

Sur le plan géographique, exception faite d'un repli de 4% du nombre de transactions sur la Rive-Sud, tous les principaux secteurs ont connu une hausse d'activité en septembre. Toutes catégories de propriétés confondues, le secteur de Vaudreuil-Soulanges a mené le bal avec une croissance des ventes de 41%, suivi de la Rive-Nord, de l'île de Montréal et de Laval, avec des augmentations de 15%, de 8% et de 2% respectivement.

Le prix médian des maisons unifamiliales a progressé de 2% par rapport à septembre 2013 pour s'établir à 283 750$ dans l'ensemble de la région montréalaise. Après avoir diminué de 1% en août, le prix médian des copropriétés s'est élevé de 3% en septembre pour se fixer à 234 000$. Finalement, le prix médian des plex de 2 à 5 logements a atteint 428 000$, soit 2% de plus qu'à la même période un an plus tôt.

Le nombre de propriétés inscrites sur le système Centris®des courtiers immobiliers a poursuivi sa tendance à la hausse, mais à un rythme plus modéré. L'offre de propriétés à vendre était 8% plus élevée en septembre 2014 qu'à la même période en 2013.







Indice des prix des propriétés

Voici les données pour août 2014 :

Les ventes résidentielles diminuent en août dans la région de Montréal

Île-des-Soeurs, le 8 septembre 2014 - La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 2 234 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du mois d'août 2014, ce qui représente une baisse de 6% par rapport au mois d'août 2013. Cette diminution des ventes fait suite à des hausses de 3% et de 2% enregistrées respectivement en juin et en juillet.

« Les mois se suivent et ne ressemblent pas, les résultats d'août étant très différents de ceux de juillet à plusieurs égards », note Patrick Juanéda, président du conseil d'administration de la CIGM. « La différence la plus marquée se situe du côté des ventes de copropriétés, qui ont reculé de 11% en août alors qu'elles avaient bondi de 13% en juillet », ajoute-t-il.

Les deux autres catégories de propriétés ont également connu des replis de l'activité en août, à hauteur de 3% pour l'unifamiliale et de 9% pour le plex.

Sur le plan géographique, tous les secteurs ont connu un ralentissement des ventes en août, soit des baisses de 4% sur l'île de Montréal et dans Vaudreuil-Soulanges, de 5% sur la Rive-Nord, de 8% à Laval et de 9% sur la Rive-Sud. « En juillet dernier, c'est pourtant la Rive-Sud qui avait connu la plus forte augmentation du nombre de transactions », souligne M. Juanéda.

Le prix médian des maisons unifamiliales dans l'ensemble de la région montréalaise est demeuré stable par rapport à août 2013, à 285 000 $. Le prix médian des copropriétés a pour sa part enregistré un léger recul de 1%, pour s'établir à 230 150 $. Il s'agit de la première baisse en huit mois à ce chapitre. Finalement, le prix médian des plex s'est fixé à 439 000 $ en août, soit 2% de plus qu'à la même période un an plus tôt.

Le nombre de propriétés inscrites sur le système Centris® des courtiers immobiliers a poursuivi sa tendance à la hausse. L'offre de propriétés à vendre était 9% plus élevée en août 2014 qu'à la même période en 2013.







Indice des prix des propriétés

Voici les données pour août 2014 :

Les ventes résidentielles en hausse en raison d'un rebond de la copropriété

Île-des-Soeurs, le 7 août 2014 - La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 2 593 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du mois de juillet 2014, ce qui représente une hausse de 2% par rapport au mois de juillet 2013. Il s'agit ainsi d'une deuxième hausse mensuelle consécutive. Rappelons que l'augmentation des ventes enregistrée en juin avait mis fin à une série de huit baisses mensuelles.

«Depuis deux mois, on assiste à un rebond important des ventes de copropriétés dans la région de Montréal», affirme Patrick Juanéda, président du conseil d'administration de la CIGM. «Qui plus est, le prix des copropriétés s'est significativement raffermi en juillet», ajoute-t-il.

À l'échelle de la RMR, après avoir connu une croissance de 7% en juin, le nombre de ventes de copropriétés a augmenté de 13% en juillet 2014. Les ventes de plex ont pour leur part enregistré une hausse de 3%, tandis que les ventes de maisons unifamiliales ont plutôt reculé de 4%.

Sur le plan géographique, une croissance du nombre de transactions a été observée sur la Rive-Sud (+9%), sur l'île de Montréal (+8%) et à Laval (+5%). À l'inverse, les secteurs de la Rive-Nord et de Vaudreuil-Soulanges n'ont pas participé à la croissance, enregistrant plutôt des baisses respectives des ventes de 11% et de 22%.

Dans l'ensemble de la région montréalaise, le prix médian des copropriétés s'est établi à 235 000 $, soit une progression de 3% par rapport à juillet 2013. Pour l'unifamiliale, le prix médian a augmenté de 1% pour atteindre 287 500 $. Finalement, le prix médian des plex s'est fixé à 449 000 $, soit 7% de plus qu'à la même période un an auparavant.

Le nombre de propriétés inscrites sur le système Centris® des courtiers immobiliers en juillet 2014 était 10% plus élevé qu'un an plus tôt. Il s'agissait d'une 47e hausse mensuelle consécutive. C'est la copropriété qui a enregistré la plus faible augmentation à ce chapitre, avec une hausse de 7%.







Indice des prix des propriétés

Voici les données pour juillet 2014:

Hausse des ventes résidentielles dans la région de Montréal

Île-des-Soeurs, le 8 juillet 2014 – La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d'après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 3 298 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du mois de juin 2014, une hausse de 3% par rapport au mois de juin 2013. Il s'agit de la première augmentation des ventes en neuf mois.

«La croissance des ventes enregistrée en juin est en grande partie attribuable au bond de 14% du nombre de transactions de copropriétés sur l'île de Montréal», fait remarquer Patrick Juanéda, président du conseil d'administration de la CIGM. «Il s'agissait d'ailleurs du mois de juin le plus actif des trois dernières années pour la copropriété sur l'île de Montréal, ce qui augure bien pour le reste de l'année 2014.»

À l'échelle de la RMR, le nombre de ventes a augmenté de 2% pour l'unifamiliale, de 8% pour la copropriété et de 1% pour le plex. Il s'agissait de la première hausse des ventes de copropriétés depuis septembre 2013.

Sur le plan géographique, une croissance du nombre de transactions a été observée sur l'île de Montréal (+10%) et sur la Rive-Sud (+2%), tandis que les secteurs de Laval, de la Rive-Nord et de Vaudreuil-Soulanges ont connu des baisses de 2%, 4% et 1%, respectivement.

En ce qui a trait à l'évolution des prix dans l'ensemble de la région montréalaise, le prix médian des unifamiliales a augmenté de 2% en juin comparativement au même mois en 2013, pour s'établir à 291 000 $. La progression a été de 5% pour les plex (445 650 $), tandis que le prix médian des copropriétés est demeuré relativement inchangé, pour se fixer à 234 525 $.

Le nombre de propriétés inscrites sur le système Centris® des courtiers immobiliers en juin 2014 était 10% plus élevé qu'un an plus tôt. Il s'agit d'une 46e hausse mensuelle consécutive à ce chapitre. Pour un deuxième mois consécutif, c'est l'offre de maisons unifamiliales qui a le plus fortement augmentée.







Indice des prix des propriétés

Voici les données pour juin 2014 :

Marché immobilier résidentiel dans la région de Montréal : ralentissement des ventes, maintien des prix

Île-des-Soeurs, le 6 juin 2014 –La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les statistiques du marché résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d’après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 4 011 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du mois de mai 2014, ce qui représente une baisse de 6 % par rapport au mois de mai 2013. Il s’agit d’un sixième recul mensuel consécutif des ventes.

La diminution du nombre de transactions en mai a été plus prononcée pour les plex, dont les ventes se sont repliées de 20 %. L’unifamiliale et la copropriété ont pour leur part enregistré des reculs similaires des ventes, soit de 4 % et de 5 %, respectivement.

Sur le plan géographique, les secteurs de l’île de Montréal et de Vaudreuil-Soulanges ont été les plus affectés par le ralentissement de l’activité, avec des baisses des ventes de 12 % et de 10 %. La Rive-Nord a vu ses ventes reculer de 5 % et la Rive-Sud de 1 % seulement. Le secteur de Laval a quant à lui fait mentir la tendance baissière, puisqu’il a connu une hausse de 4 % du nombre de transactions. « Il s’agissait par ailleurs de la première hausse des ventes résidentielles à Laval depuis juillet 2012 », fait remarquer Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM.

À l’échelle de la RMR, le prix médian des maisons unifamiliales vendues en mai 2014 était identique à celui de mai 2013, soit de 285 000 $. Pour la copropriété, dont le prix médian s’est établi à 226 287 $, il s’agit d’une légère baisse de 1 %. Les plex de 2 à 5 logements ont quant à eux enregistré une hausse de 3 % de leur prix médian, qui a atteint 442 000 $.

Au 31 mai 2014, on dénombrait 35 866 inscriptions en vigueur dans la RMR de Montréal, une hausse de 10 % par rapport à la même période l’an dernier. Il s’agit d’une 45e hausse mensuelle consécutive à ce chapitre.

En dernier lieu, les délais de vente ont continué d’augmenter par rapport à mai 2013. Il fallait en moyenne 91 jours (+9 jours), 115 jours (+10 jours) et 85 jours (+5 jours) pour vendre une unifamiliale, une copropriété et un plex.





Indice des prix des propriétés

Voici les données pour mai 2014 :


Ventes résidentielles dans la région de Montréal : pas d’embellie en avril

Île-des-Soeurs, le 7 mai 2014 – La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les statistiques du marché résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d’après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 4 184 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du mois d’avril 2014, ce qui représente une baisse de 9 % par rapport au mois d’avril 2013. Il s’agit d’un cinquième recul mensuel consécutif des ventes.

Les trois catégories de propriétés ont connu des baisses similaires du nombre de transactions, soit de 8 %, de 9 % et de 8 % respectivement pour l’unifamiliale, la copropriété et le plex. Dans le cas de la copropriété, le recul des ventes en avril est le septième consécutif.

Sur le plan géographique, tous les secteurs ont été affectés par le ralentissement de l’activité. La diminution la plus faible (-5 %) est survenue dans Vaudreuil-Soulanges, mettant ainsi fin à six hausses consécutives des ventes dans ce secteur. Laval, la Rive-Sud et l’Île de Montréal ont enregistré des baisses de 6 %, de 8 % et de 9 % respectivement, tandis que le recul le plus prononcé appartient à la Rive-Nord, avec 10 % de ventes en moins par rapport à avril 2013.

Les prix se maintiennent

Le prix médian des propriétés, à l’échelle de la région métropolitaine, a enregistré une hausse de 1 %, tant pour l’unifamiliale (282 000 $), que pour la copropriété (225 000 $) et le plex (429 000 $). Soulignons la progression de 4 % du prix médian des unifamiliales sur la Rive-Sud.

Au 30 avril 2014, on dénombrait 35 904 inscriptions en vigueur au système Centris® , une hausse de 9 % par rapport à la même période l’an dernier. Le nombre de propriétés à vendre est en hausse depuis maintenant 44 mois consécutifs.

« Étant donné l’augmentation du nombre d’inscriptions et la baisse des ventes depuis quelques mois, les acheteurs regagnent du pouvoir de négociation, en particulier s’ils magasinent une copropriété, dont les conditions de marché sont clairement à l’avantage des acheteurs dans la majorité des secteurs », souligne Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM.

En dernier lieu, les délais de vente moyens ont augmenté de 9 jours pour l’unifamiliale (91 jours) et de 15 jours (113 jours) pour la copropriété, tandis que les plex ont trouvé preneur en 78 jours en moyenne, soit 9 jours de moins qu’en avril 2013.



Indice des prix des propriétés

Voici les données pour avril 2014 :



Stabilité des prix combinée à un léger recul des ventes résidentielles

Île-des-Soeurs, le 9 avril 2014 – La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les statistiques du marché résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d’après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 4 284 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du mois de mars 2014, représentant une baisse de 3% par rapport au mois de mars 2013. Il s’agit d’un recul des ventes pour un quatrième mois consécutif.

Les trois catégories de propriétés ont affiché des diminutions de ventes comparativement au mois de mars 2013. L’unifamiliale et les plex ont enregistré une légère baisse de ventes de 1%, tandis que les ventes de copropriétés ont reculé de manière plus marquée, soit de 7%.

Par grands secteurs, Vaudreuil-Soulanges a enregistré la plus forte augmentation de ventes résidentielles, avec une hausse de 9% par rapport à mars 2013, la sixième hausse mensuelle consécutive pour ce secteur. Les ventes ont aussi augmenté de 1% sur l’île de Montréal. À l’opposé, la Rive-Sud a enregistré le repli le plus important, soit de -8% pour la période comparée.

Le prix médian de l’unifamiliale, à l’échelle de la région métropolitaine, a connu une sixième hausse mensuelle consécutive en mars 2014, soit de 2%, pour se fixer à 280 000 $. Alors qu’on remarque une même augmentation de 2% pour l’île de Montréal et la Rive-Nord, des baisses ont été enregistrées pour les secteurs de la Rive-Sud (-1%), de Laval (-2%) et de Vaudreuil-Soulanges (-7%) en mars dernier.

Le prix médian de la copropriété affiche une augmentation de 1%, pour atteindre 225 000 $. Des hausses ont été observées sur l’île de Montréal (1%), sur la Rive-Nord (1%) et à Laval (4%), tandis qu’une baisse de 2% a été relevée du côté de la Rive-Sud.

Au 31 mars 2014, on dénombrait 35 947 inscriptions en vigueur dans le système Centris®, soit une hausse de 9% par rapport à la même période l’an dernier.

L’offre de copropriétés a augmenté de 11% en mars dernier. «Même si l’offre de copropriétés continue de progresser, l’augmentation enregistrée en mars est la plus faible depuis novembre 2010», souligne Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM.

Les conditions de marché demeurent inchangées depuis novembre 2013 pour les trois catégories de propriété, à l’échelle de la RMR. Les marchés de l’unifamiliale et des plex sont équilibrés pour chacun des grands secteurs, à l’exception de Vaudreuil-Soulanges qui continue de favoriser les acheteurs. Le marché de la copropriété continue toutefois de favoriser les acheteurs.

Les délais de vente moyens ont augmenté de 7 jours pour l’unifamiliale et de 11 jours pour la copropriété, par rapport à mars 2013. Le délai de vente moyen pour les plex, quant à lui, a diminué de 1 jour.



Indice des prix des propriétés

Voici les données pour mars 2014 :



Hausses de prix modérées pour l’unifamiliale et la copropriété

Île-des-Soeurs, le 10 mars 2014 – La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les statistiques du marché résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d’après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 3 311 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du mois de février 2014, représentant une baisse de 2% par rapport au mois de février 2013. On relève toutefois des hausses modérées des prix médians pour l’unifamiliale et la copropriété.

À l’échelle de la RMR, le prix médian de l’unifamiliale s’est élevé de 2% en février 2014, pour se fixer à 275 000 $. Vaudreuil-Soulanges et la Rive-Sud ont enregistré des hausses respectives de 4% et de 5%, alors que Laval et l’île de Montréal ont connu des baisses de 2% et de 3%. La Rive-Nord est le seul secteur où le prix médian de l’unifamiliale est resté stable, comparativement à février 2013.

Par grands secteurs, la Rive-Nord de Montréal a enregistré la plus forte augmentation des ventes résidentielles avec une hausse de 4%, suivie par l’île de Montréal et Vaudreuil-Soulanges qui ont connu des hausses de ventes de 3% et de 1%. Laval et la Rive-Sud ont vu leurs ventes résidentielles reculer respectivement de 5% et de 13% en janvier 2014 par rapport à janvier 2013.

Le prix médian de la copropriété affiche une augmentation de 3%, pour atteindre 225 000 $. Des hausses ont été observées sur l’île de Montréal (2%), à Laval (4%) et sur la Rive-Sud (5%), alors qu’on remarque une baisse de 2% du côté de la Rive-Nord.

«Il faut souligner que l’augmentation de 2% du prix médian des copropriétés sur l’île de Montréal, en février, est la plus forte des dix derniers mois», a déclaré Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. «On note également que la plus importante croissance des prix a été enregistrée dans le secteur de la Rive-Sud qui a connu une augmentation de 5% du prix médian, tant pour l’unifamiliale que pour la copropriété», ajoute-t-il.

Les ventes d’unifamiliales dans la région métropolitaine sont demeurées stables au cours de la période comparée, alors que les ventes de copropriétés ont subi un recul de 11% et que celles des plex ont fait un bond de 13%.

Par grands secteurs, l’île de Montréal et Vaudreuil-Soulanges ont affiché des hausses des ventes, soit de 1% et de 35%, respectivement. La Rive-Nord de Montréal, la Rive-Sud ainsi que Laval ont enregistré des baisses respectives de 2%, de 7% et de 17% en février 2014. Mentionnons qu’il s’agit d’une 19e baisse mensuelle consécutive pour le secteur de Laval.

Les conditions de marché sont généralement restées stables depuis 2013 pour les trois catégories de propriété. Les marchés de l’unifamiliale et des plex sont équilibrés à l’échelle de la RMR, tandis que le marché de la copropriété est à l’avantage des acheteurs. Le secteur de Vaudreuil-Soulanges est le seul qui continue de favoriser les acheteurs d’unifamiliales.

Les délais de vente moyens, par rapport à février 2013, ont augmenté pour l’unifamiliale (4 jours), la copropriété (11 jours) et les plex (12 jours).

Au 28 février 2014, on dénombrait 34 620 inscriptions en vigueur dans le système Centris®, soit une hausse de 9% par rapport à la même période l’an dernier, et la 42e hausse mensuelle consécutive.



Indice des prix des propriétés

Voici les données pour février 2014 :





Stabilité des prix pour le marché immobilier résidentiel montréalais

Île-des-Soeurs, le 7 février 2014 – La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les statistiques du marché résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal établies d’après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 2 054 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du mois de janvier 2014, représentant une baisse de 2% par rapport au mois de janvier 2013.

L’unifamiliale affiche une hausse des ventes de 1% pour la période comparée, alors que la copropriété et les plex révèlent des diminutions respectives de 4% et de 8%.

Par grands secteurs, la Rive-Nord de Montréal a enregistré la plus forte augmentation des ventes résidentielles avec une hausse de 4%, suivie par l’île de Montréal et Vaudreuil-Soulanges qui ont connu des hausses de ventes de 3% et de 1%. Laval et la Rive-Sud ont vu leurs ventes résidentielles reculer respectivement de 5% et de 13% en janvier 2014 par rapport à janvier 2013.

«Il est intéressant de noter que le secteur de Vaudreuil-Soulanges a déjoué la tendance avec une quatrième hausse mensuelle des ventes résidentielles en janvier 2014», fait remarquer Paul Cardinal, directeur, Analyse du marché, à la Fédération des chambres immobilières du Québec.

Le prix médian des unifamiliales, à l’échelle de la RMR, s’est élevé de 1% en janvier 2014, pour se fixer à 272 000 $. C'est sur la Rive-Nord que la plus forte augmentation du prix médian de l'unifamiliale a été enregistrée (+9%). Il s'agit d'une cinquième hausse mensuelle consécutive pour ce secteur. Sur l’île de Montréal et à Laval, le prix médian des unifamiliales a connu des hausses de 4% et de 3%, alors que sur la Rive-Sud et à Vaudreuil-Soulanges, il a présenté des baisses de 2% et de 7%, respectivement.

Le prix médian des copropriétés, de 220 000 $, est resté stable dans la grande région métropolitaine.

Les conditions de marché sont demeurées les mêmes pour les trois catégories de propriété dans la région de Montréal. Les marchés de l’unifamiliale et des plex sont équilibrés à l’échelle de la RMR, tandis que celui de la copropriété est à l’avantage des acheteurs. Le secteur de Vaudreuil-Soulanges est le seul qui continue de favoriser les acheteurs d’unifamiliales.

«La forte croissance des inscriptions observée dans le marché de la copropriété tend à ralentir, la hausse des inscriptions en janvier étant la plus faible depuis novembre 2010. Par ailleurs, les nouvelles inscriptions enregistrées dans le système Centris® sont en baisse pour un quatrième mois consécutif dans ce segment de marché», a déclaré Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM.

Les délais de vente moyens, par rapport à janvier 2013, ont augmenté de 15 jours pour l’unifamiliale et de 12 jours pour la copropriété et les plex.

Au 31 janvier 2014, on dénombrait 31 470 inscriptions en vigueur dans le système Centris®, soit une hausse de 9% par rapport à la même période l’an dernier, et la 41e hausse mensuelle consécutive.







Marché immobilier résidentiel dans la région de Montréal : légère baisse des ventes observée en décembre 2013

Île-des-Soeurs, le 16 janvier 2014  – La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les statistiques du marché résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal établies d’après la base de données provinciale Centris ® des courtiers immobiliers. Ainsi, 2 029 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du mois de décembre 2013, représentant une baisse de 3% par rapport au mois de décembre 2012.

« Le mois de décembre s’est comporté comme la moyenne des mois précédents. Nous croyons qu’il s’agit là de l’impact de l’entrée en vigueur des nouvelles règles de l’assurance prêt hypothécaire de l’été 2012 », a déclaré Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM.

Chacune des trois catégories de propriété a affiché une diminution des ventes à l’échelle métropolitaine, la plus prononcée, de 10%, ayant été celle des plex.

Avec des hausses respectives de 1% et de 46%, l’île de Montréal et Vaudreuil-Soulanges sont les deux seuls secteurs à avoir affiché une hausse de ventes en décembre 2013.

Le prix médian des unifamiliales, à l’échelle de la RMR, s’est élevé de 5% en décembre 2013, pour se fixer à 285 000 $. À l’exception de Laval où il a connu une diminution de 2%, il s’est élevé de 2% sur la Rive-Sud et à Vaudreuil-Soulanges, de 3% sur la Rive-Nord et de 6% sur l’île de Montréal qui termine l’année 2013 en force après des baisses marquées du prix médian des unifamiliales de 8% en septembre et de 5% en novembre.

Le prix médian des copropriétés, de 230 000 $, a enregistré une diminution de 4% pour l’ensemble des secteurs.

Les conditions de marché pour l’unifamiliale demeurent équilibrées à l’échelle de la RMR. Le secteur de Vaudreuil-Soulanges est le seul où le marché de l’unifamiliale avantage les acheteurs, alors que le secteur de Laval est le seul où l’avantage se situe encore du côté des vendeurs.

Les délais de vente moyens, par rapport à décembre 2012, ont augmenté de 11 jours pour l’unifamiliale et de 15 jours pour la copropriété, alors qu’ils se sont allongés de 12 jours pour les plex.

Au 31 décembre 2013, on dénombrait 27 899 inscriptions en vigueur dans le système Centris ® , soit une hausse de 10% par rapport à la même période l’an dernier, et la 40e hausse mensuelle consécutive.



Indice des prix des propriétés

Voici les données pour décembre 2013 :

La Chambre immobilière du Grand Montréal maintient sa décision de mettre fin à son adhésion à l’Association canadienne de l’immeuble.

Île-des-Soeurs, 13 décembre 2013 – La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) a confirmé sa décision du 2 octobre dernier de mettre fin à son adhésion à l’Association canadienne de l’immeuble (ACI) à compter du 1er janvier 2014. Cette confirmation fait suite à une consultation des membres qui ont majoritairement endossé la décision du conseil d’administration.

« Les résultats de la consultation effectuée confirment le rejet du statu quo actuel. L’ACI n’a malheureusement pas été en mesure de répondre aux demandes de la CIGM et les membres ont pris une décision en fonction de cette situation », a affirmé Patrick Juanéda, président de la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM).

Rappelons qu’au cours des dernières années, l’ACI a posé des gestes qui ont modifié les règles régissant la pratique du courtage immobilier au Québec. La CIGM a communiqué ses positions à l’ACI à maintes reprises, mais plusieurs enjeux restaient aujourd’hui problématiques, au détriment à la fois des courtiers et des consommateurs québécois.

Parmi ceux-ci, mentionnons notamment l’imposition d’un double code de déontologie pour les courtiers québécois, courtiers qui travaillent pourtant dans la province où le courtage immobilier est le plus réglementé au pays, et cela au plus grand bénéfice de leurs clients. Le code de déontologie national imposé par l’ACI, lequel se juxtapose au code de déontologie déjà en vigueur, est ingérable et crée de la confusion.

Mentionnons également que le dédoublement de services, une nouvelle méthode de distribution des données, ainsi que la promotion de propriétés par des courtiers hors province, non régis par la loi sur le courtage immobilier du Québec, mettant à risque les consommateurs, ont été quelques-uns des facteurs déterminants dans la décision de la CIGM.

Il est à noter que la Chambre immobilière de Québec, à l’instar d’autres chambres l’an dernier, a également confirmé son retrait de l’ACI cette semaine.

Centris.ca: Un guichet unique et performant

Centris.ca est le site Web de l’industrie immobilière québécoise destiné aux consommateurs, où toutes les propriétés à vendre par les courtiers immobiliers au Québec sont réunies à la même adresse. Avec la décision prise par la CIGM, Centris.ca continuera d’être un accès de choix pour les consommateurs à la recherche d’une propriété.

« Centris.ca offre aujourd’hui une excellente visibilité pour tous les types de propriétés. Nos analyses démontrent d’ailleurs que les propriétés situées à Montréal sont facilement retrouvées par les internautes un peu partout à travers le monde », a conclu Patrick Juanéda.

Le réseau de collaboration des courtiers

La décision annoncée aujourd’hui n’aura aucun impact sur la visibilité des propriétés à vendre dans la grande région de Montréal. Le système de collaboration entre courtiers, qui permet à tous les courtiers du Québec de partager leurs inscriptions et leur rémunération, reste inchangé. Cette plateforme, communément appelée « système MLS », ne change pas et continuera de permettre la collaboration entre les quelque 14 000 courtiers de la province. Ce système unique au Québec et exclusif aux courtiers assure la meilleure visibilité possible aux consommateurs.

À propos de la Chambre immobilière du Grand Montréal

La Chambre immobilière du Grand Montréal est une association à but non lucratif qui compte près de 10 000 membres, courtiers immobiliers. Sa mission est de promouvoir et de protéger activement les intérêts professionnels et d’affaires de ses membres afin qu’ils accomplissent avec succès leurs objectifs d’affaires.







Marché immobilier résidentiel dans la région de Montréal : l’activité est demeurée stable en novembre

Île-des-Soeurs, le 9 décembre 2013 – La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) a publié aujourd’hui les statistiques de ventes résidentielles de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal. Selon la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers, 2 629 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du mois de novembre 2013, représentant une hausse de 1% par rapport au mois de novembre 2012.

«Le segment de l’unifamiliale a obtenu de bons résultats au chapitre des ventes en novembre, grâce à des augmentations en banlieue, en particulier du côté de la Rive-Sud et de Vaudreuil-Soulanges qui ont connu des hausses de ventes respectives de 14% et de 21%», a déclaré Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM.

La copropriété et les plex, pour leur part, ont tous deux enregistré des baisses de ventes, la plus prononcée étant celle des plex, qui affichent une diminution de ventes de 10% au cours de la période comparée.

Avec des hausses respectives de 13% et de 17%, la Rive-Sud et Vaudreuil-Soulanges sont les deux seuls secteurs à avoir affiché une hausse de ventes en novembre 2013.

Le prix médian des unifamiliales, à l’échelle de la RMR, s’est élevé de 1% en novembre 2013, pour se fixer à 278 000 $. Il est resté stable sur la Rive-Sud et à Vaudreuil-Soulanges, alors qu’il a connu une augmentation de 3% à Laval et sur la Rive-Nord, et une baisse de 5% sur l’île de Montréal.

Le prix médian des copropriétés, de 233 000 $, a enregistré une diminution de 3% pour l’ensemble des secteurs.

Les conditions de marché pour l’unifamiliale demeurent équilibrées à l’échelle de la RMR. Le secteur de Vaudreuil-Soulanges est le seul où le marché de l’unifamiliale avantage les acheteurs, alors que le secteur de Laval est le seul où ce marché favorise encore les vendeurs.

Au 30 novembre 2013, on dénombrait 30 955 inscriptions en vigueur dans le système Centris®, soit une hausse de 9% par rapport à la même période l’an dernier, et la 39e hausse mensuelle consécutive.

Notons que, comme c’est le cas depuis janvier 2012, la copropriété a de nouveau enregistré les plus fortes hausses d’inscriptions en vigueur. L’augmentation de 13%, en novembre, est toutefois légèrement inférieure à celle observée le mois dernier.





Indice des prix des propriétés

Voici les données pour novembre 2013 :

La croissance des prix s'est raffermie en octobre, malgré une légère baisse du nombre de transactions résidentielles

Île-des-Soeurs, le 7 novembre 2013 – La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) a publié aujourd'hui les statistiques de ventes résidentielles de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal. Selon la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers, 2 684 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du mois d'octobre 2013, soit une baisse de 3% par rapport au mois d'octobre 2012. Malgré cette légère baisse du nombre de transactions résidentielles, la croissance des prix s'est raffermie.

«Les hausses de prix étaient plutôt soutenues en octobre 2013 par rapport à octobre 2012, et ce, pour chacune des catégories de propriété. Pour la copropriété, il s'agit de la plus forte augmentation du prix médian depuis le début de l'année 2013», a déclaré Patrick Juanéda, président du conseil d'administration de la CIGM.

Au chapitre des ventes, la baisse de 3% des transactions résidentielles, par rapport au mois d'octobre 2012, fait suite à deux mois consécutifs de hausses des ventes. Les trois catégories de propriété ont affiché des diminutions, la plus prononcée, de 4%, ayant été celle de l'unifamiliale.

Avec des hausses respectives de 1% et de 7%, l'île de Montréal et Vaudreuil-Soulanges sont les deux seuls secteurs à avoir affiché une hausse des ventes en octobre 2013.

Les conditions de marché se sont stabilisées en octobre pour toutes les catégories de propriété à l'échelle de la RMR. Globalement, le marché de l'unifamiliale et des plex a été équilibré, tandis que celui de la copropriété a avantagé les acheteurs. Soulignons que pour l'unifamiliale, le marché du secteur de Vaudreuil-Soulanges a été le seul à avantager les acheteurs, alors que les vendeurs ont été favorisés à Laval.

Au 31 octobre 2013, on dénombrait 30 676 inscriptions en vigueur dans le système Centris®, soit une hausse de 11% par rapport à la même période l'an dernier, et la 38e hausse mensuelle consécutive. Il s'agit de l'augmentation la plus faible depuis février 2013. «Bien que le nombre d'inscriptions en vigueur soit toujours en hausse, le rythme auquel il augmente s'amoindrit, notamment du côté de la copropriété, souligne Paul Cardinal, directeur du service Analyse du marché de la Fédération des chambres immobilières du Québec. Ce segment vient d'enregistrer, en octobre, sa plus faible hausse des inscriptions en 17 mois.»



Indice des prix des propriétés

Voici les données pour octobre 2013 :

Deuxième hausse consécutive des ventes résidentielles en seprembre 2013

Île-des-Soeurs, le 9 octobre 2013 – La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) a publié aujourd’hui les statistiques de ventes résidentielles de la région métropolitaine de Montréal (RMR). Selon la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers, 2 393 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du mois de septembre 2013, soit une hausse de 8% par rapport au mois de septembre 2012. Il s’agit d’une deuxième hausse consécutive après une augmentation de 3% en août dernier.

«Au niveau de la RMR, les trois catégories de propriété ont affiché une hausse des ventes, une première depuis le mois de mai 2012. Le plex est arrivé en tête, avec une hausse de transactions de 18% par rapport à septembre 2012», a déclaré Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM.

Septembre 2013 a aussi été marqué par une deuxième hausse consécutive des ventes de copropriétés (+13%). Après avoir été la seule catégorie à afficher une baisse en juillet et une stabilité en août, l’unifamiliale a enregistré une hausse de ventes de 4% par rapport au mois de septembre 2012.

Avec des hausses respectives de 12% et de 27%, l’île de Montréal et la Rive-Sud sont les deux seuls secteurs à avoir affiché une hausse des ventes en septembre 2013. Il s’agit, pour ces deux secteurs, de la deuxième hausse consécutive. «Notons que ces résultats, de prime abord impressionnants, sont à mettre en perspective avec les fortes baisses observées dans ces secteurs en septembre 2012», a fait remarquer Paul Cardinal, directeur, Analyse du marché, de la Fédération des chambres immobilières du Québec.

Malgré la hausse des ventes, les conditions de marché pour la copropriété ont poursuivi leur détente, en septembre, favorisant les acheteurs dans tous les secteurs de la RMR. Pour l’unifamiliale, les conditions de marché ont été globalement équilibrées, notons toutefois que les acheteurs sont favorisés dans le secteur de Vaudreuil-Soulanges, alors que les vendeurs le sont dans le secteur de Laval. Finalement, pour les plex, les conditions du marché sont demeurées inchangées par rapport au mois dernier, soient équilibrées à l’échelle de la région.

Au 30 septembre 2013, on dénombrait 29 790 inscriptions en vigueur dans le système Centris® , soit une hausse de 12% par rapport à la même période l’an dernier, et la 37e hausse mensuelle consécutive. L'offre de copropriétés s'est accrue de 16%, soit une hausse légèrement inférieure aux augmentations observées au cours des récents mois. Pour un deuxième mois consécutif, c'est sur l'île de Montréal que la hausse des inscriptions de copropriétés a été la moins prononcée, de 11%. À l'opposé, c'est dans la banlieue nord de Montréal (Laval et Rive-Nord) qu'elle a été la plus importante, de 33%.



Indice des prix des propriétés

Voici les données pour septembre 2013 :

Première hausse des ventes résidentielles depuis juillet 2012

Île-des-Sœurs, 9 septembre 2013  – La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) a publié aujourd’hui les statistiques de ventes résidentielles de la région métropolitaine de Montréal (RMR). Selon la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers, 2 391 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du mois d’août 2013, soit une hausse de 3% par rapport au mois d’août 2012.

«Le mois d'août 2013 est le premier mois où l'on compare les chiffres entre deux périodes ayant été affectées par le resserrement des règles de l'assurance prêt hypothécaire de juillet 2012. Rappelons que cette modification limitait l'amortissement de nouveaux prêts assurés à une période de 25 ans plutôt que de 30 ans, ce qui a eu un impact significatif sur le marché de l’immobilier», a déclaré Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. «Nous nous réjouissons donc de constater que le marché de la région de Montréal reprend de la vigueur un an après la mise en application de ces nouvelles règles», a ajouté Patrick Juanéda.

Alors qu'en juillet 2013 l'unifamiliale était la seule catégorie à avoir affiché une hausse des ventes, en août 2013, elle a vu ses ventes se stabiliser. En contrepartie, les ventes de copropriétés (+9%) et de plex (+5%) ont augmenté.

«Sur l'île de Montréal, les ventes de copropriétés ont augmenté de 17% et sur la Rive-Sud, de 10 %. Il s'agissait du meilleur mois d'août pour ces deux secteurs depuis 2009, alors qu'il y avait un regain d'activité important sur le marché immobilier résidentiel, avec la fin de la récession», a souligné Paul Cardinal, directeur, Analyse du marché, de la Fédération des chambres immobilières du Québec.

Malgré la hausse des ventes, les conditions de marché ont poursuivi leur détente en août pour la copropriété, et ce, pour chacun des grands secteurs de la RMR. Les marchés de chacun des grands secteurs favorisent actuellement les acheteurs. Pour l'unifamiliale et les plex, les conditions du marché sont demeurées similaires à celles des mois de juin et juillet, c’est-à-dire que le marché est équilibré. Le grand secteur de Vaudreuil-Soulanges est le seul dont le marché de l'unifamiliale avantage les acheteurs, alors qu'elles favorisent toujours les vendeurs à Laval.

Du côté du prix médian, celui de l'unifamiliale a crû de 2% pour l’ensemble de la RMR en août 2013. Le prix médian de la copropriété a augmenté de 3% par rapport à août 2012. En fait, depuis le début de l'année 2013, les fluctuations du prix médian des copropriétés se comportent en dents de scies, passant entre de légères augmentations à de légères diminutions. Au cumulatif de l'année, le prix médian des copropriétés est toutefois stable par rapport au cumulatif de 2012. Le prix médian des plex a pour sa part augmenté de 5% à l'échelle de la RMR en août.

Au 31 août 2013, on dénombrait 29 083 inscriptions en vigueur dans le système Centris®, soit une hausse de 16% par rapport à la même période l’an dernier, et la 36e hausse mensuelle consécutive. L’offre de copropriétés s’est notamment accrue de 23%, soit une augmentation similaire à celles observées en juin et juillet 2013 (23% et 24% respectivement). C'est sur l'île de Montréal que la hausse des inscriptions de copropriétés a été la moins prononcée, de 17%. À l'opposé, c'était à Laval qu'elle était la plus importante, de 51%.



Indice des prix des propriétés

Voici les données pour août 2013 :

Première hausse des ventes en un an pour l’unifamiliale!

Île-des-Sœurs,  7 août 2013  – La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) a dévoilé ses statistiques de ventes résidentielles pour le mois de juillet 2013. Les résultats provenant de la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers indiquent que 2 564 ventes résidentielles, incluant 1 560 unifamiliales et 751 copropriétés, ont été réalisées au cours du mois de juillet dans la région métropolitaine de Montréal (RMR). Fait important à signaler, l’unifamiliale a connu une hausse des ventes de 3% par rapport au mois de juillet 2012, soit la première hausse enregistrée depuis un an. 

«La croissance des ventes d'unifamiliales en juillet est intéressante à observer. Il ne s’agit pas encore d’un phénomène de croissance généralisée, nous remarquons que la hausse des ventes d’unifamiliales est surtout attribuable aux solides performances de la Rive-Nord (+10%) et de l'île de Montréal (+7%). D’ailleurs, les courtiers présents dans ces deux secteurs, qui continuent de connaître un niveau d’activité important, observent un engouement certain pour ce type de propriété », a souligné Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM.

Outre l’unifamiliale, les ventes de plex sont restées stables (0%) et la copropriété a enregistré une diminution des ventes de 13% par rapport au même mois l’an dernier.

Géographiquement, parmi les grands secteurs, seul celui de la Rive-Nord a enregistré une hausse globale de ventes, principalement en raison de la performance de l'unifamiliale. Il s'agit d'une première hausse en huit mois pour ce secteur.

Du côté du prix médian, on observe une augmentation de 3% pour l’unifamiliale, alors que celui de la copropriété a baissé de 2% et celui du plex, de 5%, à l’échelle de la RMR en juillet 2013.

«Les conditions de marché ont poursuivi leur détente en juillet pour la copropriété et le plex. Pour l'unifamiliale, les conditions du marché sont demeurées équilibrées et le délai de vente moyen n'était que de 78 jours dans la région métropolitaine de Montréal en juillet, ce qui est relativement court. Il s'agit même d'une légère baisse par rapport à juillet 2012, la première en plus de deux ans», a souligné Paul Cardinal, directeur, Analyse du marché, de la Fédération des chambres immobilières du Québec.

Inscriptions en vigueur

Au 31 juillet 2013, on dénombrait 28 705 inscriptions en vigueur dans le système Centris®, soit une hausse de 16% par rapport à la même période l’an dernier, ce qui représente la 35e hausse mensuelle consécutive. Alors que toutes les catégories de propriété ont connu des hausses significatives à ce chapitre, la copropriété se démarque une fois de plus avec une croissance de 24 %, tandis que l’unifamiliale et le plex ont connu des hausses respectives de 10% et de 13%.

Pour un douzième mois consécutif, les inscriptions en vigueur d'unifamiliales ont le plus fortement augmenté sur l'île de Montréal, de 20%. En contrepartie, sur la Rive-Nord de Montréal, l'offre d'unifamiliales n'a augmenté que de 3%. Pour la copropriété, c'est tout le contraire puisque c’est sur l'île de Montréal que la hausse a été la plus faible, de 18%, alors qu'elle a augmenté le plus fortement à Laval (+47%), à Vaudreuil-Soulanges (+40%) et sur la Rive-Nord (+33%).



Indice des prix des propriétés

Voici les données pour juillet 2013 :

Copropriété : augmentation du prix médian et plus faible baisse des ventes

Île-des-Sœurs, 8 juillet 2013  – Selon la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers, la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que 3 205 ventes résidentielles, incluant 993 copropriétés, ont été réalisées au cours du mois de juin dans la région métropolitaine de Montréal (RMR). Pour la copropriété, il s’agit de la première augmentation du prix médian depuis le début de l’année et de la plus faible baisse des ventes enregistrées depuis juillet 2012.

«Les ventes de copropriétés de la RMR ont enregistré une baisse de 6% en juin 2013, la plus faible baisse de ventes depuis juillet 2012, date de l’entrée en vigueur du dernier resserrement des règles de l’assurance-prêt hypothécaire qui limite la période maximale d’amortissement des prêts à 25 ans», mentionne Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. «Il faut souligner l’impressionnante hausse de 10% des ventes de copropriétés sur la Rive-Sud de Montréal, bien que tous les autres secteurs aient enregistré des diminutions de ventes en juin 2013», ajoute-t-il.

En juin 2013, les trois catégories de propriété ont affiché des diminutions. L’unifamiliale a enregistré une baisse de 9% alors que le plex et la copropriété ont enregistré des diminutions respectives de 7% et de 6% par rapport au même mois l’an dernier.

Par secteur géographique, seul Vaudreuil-Soulanges a affiché une hausse des ventes résidentielles en juin 2013, soit de 1% par rapport à juin 2012. Laval (-12%), l’île de Montréal (-9%), la Rive-Nord (-8%) et la Rive-Sud (-6%) de Montréal ont tous les quatre enregistré une baisse des ventes.

Du côté du prix médian de l’unifamiliale, on observe une augmentation de 2% à l’échelle de la RMR en juin 2013. L’île de Montréal (386 000 $), la Rive-Nord (240 000 $) et Vaudreuil-Soulanges (272 000 $) ont enregistré la même augmentation de 2%, alors que Laval (290 000 $) et la Rive-Sud (272 000 $) ont affiché de leur côté une augmentation de 1% par rapport à juin 2012.

Le prix médian des copropriétés a connu une augmentation de 4% sur la Rive-Nord (179 950 $), de 2% sur l’île de Montréal (275 000 $) et de 1% à Laval (215 000 $). La Rive-Sud de Montréal (185 000 $) a été la seule à afficher une diminution du prix médian de ses copropriétés, soit de -1% pour la période comparée.

«La hausse du prix médian des copropriétés en juin, quoique modeste, est la première depuis six mois dans la région métropolitaine de Montréal», souligne Paul Cardinal, directeur, Analyse du marché, de la Fédération des chambres immobilières du Québec. «Par ailleurs, plusieurs indicateurs, tant du côté du neuf que de la revente, laissent présager que les conditions de marché pour la copropriété sont en voie de se stabiliser», fait-il remarquer.

Au 30 juin 2013, on dénombrait 29 676 inscriptions en vigueur dans le système Centris®, soit une hausse de 15% par rapport à la même période l’an dernier. Par catégorie, la hausse la plus marquée est encore une fois du côté de la copropriété (+23%), alors qu’elle reste plus modérée pour le plex (+12%) et l’unifamilale (10%).

Sur le plan géographique, c’est sur l’île de Montréal (+19%) à Vaudreuil-Soulanges (+18%) et à Laval (+16%) que la remontée des inscriptions est la plus prononcée; la Rive-Sud et la Rive-Nord de Montréal suivent avec des augmentations respectives de 13% et de 8%.



Indice des prix des propriétés

Voici les données pour juin 2013 :

Marché immobilier : la Rive-Nord fait bonne figure, malgré le ralentissement qui se poursuit

Île-des-Sœurs, 7 juin 2013 – Selon la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers, la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que 4 288 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du mois de mai dans la région métropolitaine de Montréal (RMR), soit une diminution de 8% par rapport au mois de mai 2012, et la plus faible diminution des ventes des sept derniers mois. La Rive-Nord fait bonne figure avec une baisse de 5%.

« Pour un quatrième mois consécutif, c’est la Rive-Nord qui a enregistré la plus faible baisse des ventes », mentionne Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. « Dans un contexte où certains acheteurs ont dû revoir leur budget en raison des nouvelles règles hypothécaires, la Rive-Nord continue de bénéficier du fait qu’il s’agit du secteur le plus abordable de la région montréalaise », ajoute-t-il.

En mai 2013, les trois catégories de propriété ont affiché des diminutions. L’unifamiliale et le plex ont enregistré une même diminution des ventes de 7%, alors que la copropriété affiche une baisse des ventes de 12% par rapport au même mois l’an dernier.

Tous les grands secteurs ont affiché des baisses de vente pour la période comparée des mois de mai 2013 et 2012. Alors que la Rive-Nord (-5%) montre la plus faible diminution de propriétés vendues, Vaudreuil-Soulanges, la Rive-Sud et Montréal enregistraient respectivement des baisses de -7%, de -8% et de -9%. Laval, de son côté, a connu un recul de 14%.

Du côté du prix médian de l’unifamiliale, on observe une augmentation de 4% à l’échelle de la RMR en mai, la plus forte depuis décembre 2012. Par secteur, la Rive-Sud (279 900 $) arrive en tête avec une augmentation de 6%, suivie de Laval (290 000 $), avec un gain de 5%, puis de Vaudreuil-Soulanges (268 000 $) et de la Rive-Nord (240 000 $), avec des hausses respectives de 3% et de 2% du prix médian de l’unifamiliale. L’île de Montréal (380 000 $), quant à elle, est demeurée stable (0%) par rapport au mois de mai 2012.

Le prix médian des copropriétés est demeuré stable (0%) en mai dans la RMR. Une légère baisse de prix (-1%) a été relevée sur l’île de Montréal (274 000 $) et à Laval (208 000 $). Cette baisse, par ailleurs, a été compensée par des hausses de 3% sur la Rive-Nord (175 000 $) et de 4% sur la Rive-Sud (189 500 $).

« On assiste à une stabilisation du prix des copropriétés depuis le début de l’année dans la région métropolitaine de Montréal », souligne Paul Cardinal, directeur, Analyse du marché, de la Fédération des chambres immobilières du Québec. « Malgré une offre de copropriétés légèrement excédentaire, la construction neuve a passablement ralentie au cours des derniers mois, ce qui pourrait favoriser un rééquilibrage de ce segment de marché dans un proche avenir », fait-il remarquer.

Au 31 mai 2013, on dénombrait 32 603 inscriptions en vigueur dans le système Centris®, soit une hausse de 16% par rapport à la même période l’an dernier. Par catégorie, la hausse la plus marquée est encore une fois du côté de la copropriété (+28%), alors qu’elle reste plus modérée pour le plex (+12%) et l’unifamilale (10%).

Sur le plan géographique, c’est sur l’île de Montréal (+25%) et à Laval (+23%) que la remontée des inscriptions est la plus prononcée; Vaudreuil-Soulanges, la Rive-Sud et la Rive-Nord de Montréal suivent avec des augmentations respectives de 16%, 11% et 6%.



Indice des prix des propriétés MLS®

Voici les données pour mai 2013 :

Marché immobilier : la plus faible baisse des ventes résidentielles des six derniers mois

Île-des-Sœurs, 8 mai 2013 – Selon la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers, la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que 4 605 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du mois d’avril dans la région métropolitaine de Montréal (RMR), soit une diminution de 11% par rapport au mois d’avril 2012. Cette diminution, cependant, représente la plus faible baisse enregistrée depuis six mois.

«Nous avons connu un repli des ventes tous les mois depuis l’entrée en vigueur, en juillet dernier, des nouvelles règles hypothécaires», mentionne Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. «Malgré une baisse des ventes, avril 2013 présente une meilleure performance que celle enregistrée en avril 2011 alors que 4 474 transactions avaient été conclues», ajoute-t-il.

En avril 2013, les trois catégories de propriété ont affiché des diminutions similaires. L’unifamiliale a enregistré une diminution de ventes de 11%, la copropriété un recul de 10% et le plex une baisse de 13% par rapport au même mois l’an dernier.

Tous les grands secteurs ont affiché des baisses de vente pour la période comparée des mois d’avril 2013 et 2012. Les diminutions les plus prononcées sont, pour un deuxième mois consécutif, celles observées à Laval (-20%) et à Vaudreuil-Soulanges (-13%), alors que la Rive-Nord (-7%) et la Rive-Sud de Montréal (-6%) enregistraient les diminutions les plus faibles. L’île de Montréal, de son côté, a connu un recul de 12%.

Du côté du prix médian de l’unifamiliale, Laval (285 000 $), la Rive-Sud (270 000 $) et la Rive-Nord (239 000 $) affichent toutes trois une augmentation de 2%, alors que Montréal (380 000 $) a enregistré une hausse de 1%. Vaudreuil-Soulanges, quant à elle, (270 000 $) est demeurée stable par rapport au mois d’avril 2012.

Au 30 avril 2013, on dénombrait 33 099 inscriptions en vigueur dans le système Centris® , soit une hausse de 16% par rapport à la même période l’an dernier. L’augmentation des inscriptions était surtout remarquée, encore une fois, du côté de la copropriété (29%), alors que l’inventaire a augmenté de manière plus modérée pour l’unifamiliale (8%) et les plex (12%).

Sur le plan géographique, c’est sur l’île de Montréal (+26%) et à Laval (+21%) que la remontée des inscriptions est la plus prononcée; Vaudreuil-Soulanges, la Rive-Sud et la Rive-Nord suivent avec des augmentations respectives de 14%, 9% et 4%.

Indice des prix des propriétés MLS®

Voici les données pour mars 2013 :

Marché immobilier : tant les vendeurs que les acheteurs y trouvent leur compte!

Île-des-Sœurs, 8 avril 2013 – Selon la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers, la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que le marché des propriétés unifamiliales est encore à l’avantage des vendeurs alors que le marché des copropriétés est quant à lui à l’avantage des acheteurs.

« Les conditions de marché se détendent rapidement pour la copropriété depuis quelques mois », indique Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. « Au début de 2012, le marché de la copropriété était encore légèrement à l'avantage des vendeurs. Après un court passage en territoire équilibré, ce segment avantage maintenant les acheteurs, et ce, tant sur l'île de Montréal qu'en banlieue », ajoute-t-il.

Le nombre de ventes conclues dans la région métropolitaine de Montréal (RMR) en mars 2013 a diminué de 17% par rapport au nombre de ventes réalisées en mars 2012, pour atteindre un total de 4 435 ventes. La diminution des ventes dans le Grand Montréal a débuté avec l’entrée en vigueur en juillet dernier du dernier resserrement des règles d’emprunt hypothécaire.

En mars 2013, toutes les catégories de propriété ont connu une baisse du nombre de transactions par rapport au même mois l’an dernier. L’unifamiliale a enregistré une baisse de 15%, la copropriété un recul de 18% alors que le plex affichait une diminution de 24%.

On constate une baisse des ventes résidentielles dans les cinq grands secteurs de la RMR de Montréal pour la période comparée des mois de mars 2013 et 2012. Alors que Vaudreuil-Soulanges accusait un recul de 36%, Laval affichait une baisse 23% et l’île de Montréal une diminution de 20%. La Rive-Nord et la Rive-Sud ont accusé les reculs les moins significatifs, soit respectivement 9% et 10%.

Du côté du prix médian de l’unifamiliale, Vaudreuil-Soulanges (285 450 $) domine, avec une augmentation de 7%, suivie de la Rive-Sud (274 500 $) qui enregistre une hausse de son prix médian de 5%, puis de l’île de Montréal (370 000 $) et de la Rive-Nord (235 000 $) qui présentent une augmentation de 3% et 1%. Laval (290 000 $), quant à elle, est demeuré stable par rapport au moins de mars 2012.

De façon plus générale, pour toute la RMR de Montréal, l’unifamiliale (275 000 $) et le plex (417 000 $) ont tous deux enregistré une hausse de 1% de leur prix médian comparé à mars 2012. Le prix médian de la copropriété (222 000 $) a quant à lui diminué de 1%.

Au 31 mars 2013, on dénombrait 32 934 inscriptions en vigueur dans système Centris® , soit une hausse de 12% par rapport à la même période l’an dernier. La hausse est plus marquée du côté de la copropriété, qui voit ses inscriptions en vigueur augmenter de 25% comparé à l’an dernier. Sur le plan géographique, c’est sur l’île de Montréal (+ 22%) que la remontée des inscriptions est la plus prononcée, alors qu’elle est à peine perceptible sur la Rive-Nord (+ 1%).




Indice des prix des propriétés MLS®

Voici les données pour mars 2013 :

Laval et la Rive-Nord se démarque dans un marché immobilier moins actif

Île-des-Sœurs, 11 mars 2013 – Selon la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers, la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que le nombre de ventes conclues dans la région métropolitaine de Montréal (RMR) en février 2013 a diminué de 22% par rapport au nombre de ventes réalisées en février 2012.

«Le recul des ventes résidentielles en février a été généralisé à toutes les catégories de propriété et à tous les secteurs de la RMR de Montréal», indique Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. «Toutefois, c’est sur la Rive-Nord de Montréal que la diminution des ventes a été la moins prononcée. De plus, le nombre d’inscriptions en vigueur y était stable, les conditions de marché équilibrées et on y retrouve la plus forte hausse du prix médian, tant pour l’unifamiliale que pour la copropriété», ajoute-t-il

Un total de 3 415 ventes ont été réalisées en février 2013, le niveau le plus bas pour un mois de février depuis 2009. Toutes les catégories de propriété ont connu une baisse du nombre de transactions par rapport au mois de février 2012. L’unifamiliale enregistrait une baisse de 22%, la copropriété un recul de 23% alors que le plex affichait une diminution de 25%.

La baisse des ventes résidentielles a affecté les cinq grands secteurs de la RMR de Montréal pour la période comparée des mois de février 2013 et 2012. Alors que Vaudreuil-Soulanges accusait un recul de 42%, l’île de Montréal affichait une baisse 28% et la Rive-Sud une baisse de 21%. Laval et la Rive-Nord ont accusé les reculs les moins significatifs, soit respectivement 14% et 12%.

Au chapitre des prix, l’unifamiliale a enregistré une hausse de 2% (270 000 $) de son prix médian par rapport à février 2012, et le plex, une hausse de 6% (435 000 $). Le prix médian de la copropriété (219 000 $) est resté stable.

«Pour l’ensemble de la région métropolitaine de Montréal, le nombre d’inscriptions en vigueur a augmenté de 10% par rapport au mois de février 2012», indique Paul Cardinal, directeur, Analyse du marché pour la Fédération des chambres immobilières du Québec. «La hausse des inscriptions en vigueur est surtout observée sur l’île de Montréal alors que les augmentations sont plus modérées dans les autres grands secteurs. Cette augmentation des inscriptions en vigueur est en grande partie due au fait que les propriétés demeurent sur le marché plus longtemps. En effet, toutes les catégories de propriétés ont affiché des délais de vente moyens plus longs qu’en février 2012. Au total, plus de 31 000 propriétés résidentielles étaient offertes aux acheteurs en février dernier dans la région de Montréal.»




Indice des prix des propriétés MLS®

Voici les données pour février 2013 :



L’année se termine avec des baisses de vente

Île-des-Sœurs, 22 janvier 2013 – Selon la base de données provinciale Centris ® des courtiers immobiliers, la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que le nombre de ventes conclues dans la région métropolitaine de Montréal en décembre 2012 a diminué de 19% par rapport au nombre de ventes réalisées en décembre 2011. Il s’agit d’une cinquième baisse consécutive pour le marché de la revente.

Tous les grands secteurs ont enregistré une diminution du nombre de transactions conclues au cours de la période comparée. Ainsi on observe une baisse de 39% à Vaudreuil-Soulanges, de 20% à Laval, de 19% sur la Rive-Nord et de 18% à Montréal. La Rive-Sud, de son côté, enregistre un recul de 14%.

En ce qui a trait aux ventes par catégories de propriété, l’unifamiliale, la copropriété et les plex ont toutes trois connu des résultats à la baisse par rapport aux résultats enregistrés en décembre de l’année dernière, soit de 13%, de 29% et de 18% respectivement.

Au chapitre des prix, l’unifamiliale a enregistré une hausse de 4% (271 000 $) de son prix médian par rapport à décembre 2011, et la copropriété, une hausse de 8% (240 000 $). Le prix médian des plex (402 000 $) affiche une baisse de 1%.

Pour l’ensemble de la région métropolitaine de Montréal, le nombre d’inscriptions en vigueur a augmenté de 9% par rapport au mois de décembre 2011. Au total, plus de 25 000 propriétés résidentielles étaient offertes aux acheteurs en décembre dernier.




Indice des prix des propriétés MLS ®

Voici les données pour décembre 2012 :


 

Marché immobilier résidentiel : baisse des ventes, mais hausse des prix en novembre

Île-des-Sœurs, le 10 décembre 2012 – Selon la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers, la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que 2 632 transactions ont été conclues dans la région métropolitaine de Montréal (RMR) en novembre 2012, représentant une baisse de 19% par rapport au mois de novembre 2011. Toutefois, le prix médian de toutes les catégories de propriété était en hausse durant la même période.

En novembre 2012, toutes les catégories de propriété ont connu une baisse du nombre de ventes par rapport au mois de novembre 2011. L’unifamiliale enregistrait une baisse de 18%, alors que la copropriété et le plex affichaient une diminution équivalente de 20%.

«Pour les propriétés unifamiliales, la baisse des ventes a touché toutes les gammes de prix», souligne Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. «Du côté de la copropriété, le recul des ventes s’est surtout manifesté dans la gamme de prix de 100 000 $ à 200 000 $, alors que pour les copropriétés de 500 000 $ et plus, les ventes étaient en hausse», ajoute-t-il.

La baisse des ventes résidentielles en novembre 2012 a été généralisée à tous les grands secteurs de la RMR de Montréal. Par rapport à novembre 2011, on observe une baisse de 15% pour Laval, de 17% pour Montréal et la Rive-Nord, de 25% pour la Rive-Sud, alors que le secteur Vaudreuil-Soulanges enregistrait, pour sa part, une diminution de 29% de ses ventes.

Du côté du prix médian de l’unifamiliale, la RMR de Montréal affiche une hausse de 3% en novembre 2012 pour s’établir à 277 000 $. La Rive-Sud (265 000 $) se démarque avec une augmentation de 5%, suivie de l’île de Montréal (383 000 $), Vaudreuil-Soulanges (265 000 $) et la Rive-Nord (233 000 $), qui montrent toutes trois une hausse de 1% du prix médian de l’unifamiliale. Laval (282 550 $), quant à elle, affiche un recul de 1% durant la période comparée.

Au 30 novembre 2012, le nombre d’inscriptions en vigueur dans la base de données provinciale des courtiers immobiliers affichait un gain de 10% par rapport à la même période de l’an dernier.

«La hausse des inscriptions en vigueur est plus marquée du côté de la copropriété», commente Paul Cardinal, directeur, Analyse du marché, de la Fédération des chambres immobilières du Québec. «Depuis un an, le nombre de copropriétés à vendre est en hausse de 23%, alors que l’unifamiliale et les plex enregistrent respectivement une croissance de 2% et 6%. Les conditions de marché sont donc plus détendues pour les acheteurs de copropriétés», précise-t-il.



Indice des prix des propriétés MLS®

Voici les données de l’Indice des prix des propriétés MLS® (IPP MLS® ) pour novembre 2012 :

Marché immobilier résidentiel : baisse des ventes de 7% en octobre

Île-des-Sœurs, le 9 novembre 2012 – Selon la base de données provinciale des courtiers immobiliers, la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que 2 789 transactions ont été conclues dans la région métropolitaine de Montréal (RMR) en octobre 2012, représentant une baisse de 7% par rapport au mois d’octobre 2011.

« Le recul des ventes résidentielles en octobre a été généralisé à toutes les catégories de propriété et à la majorité des secteurs de la RMR de Montréal », souligne Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. « Cependant, la variation des ventes a été moins importante qu’en septembre, alors que le recul enregistré était de 17% par rapport à septembre 2011 », ajoute-t-il.

En octobre 2012, toutes les catégories de propriété ont connu une baisse du nombre de transactions par rapport au mois d’octobre 2011. La copropriété enregistrait une baisse de 10%, alors que l’unifamiliale et le plex affichaient une diminution respective de 6%.

La baisse des ventes résidentielles a affecté quatre des cinq grands secteurs de la RMR de Montréal pour la période comparée des mois d’octobre 2012 et 2011. Alors que l’Île de Montréal et Vaudreuil-Soulanges accusaient tous deux un recul de 14%, Laval affichait une baisse de 11% et la Rive-Sud, une baisse 1% de propriétés vendues. De son côté, la Rive-Nord s’est démarquée avec une augmentation de 5% de ses ventes.

Du côté des prix médians de l’unifamiliale, la RMR de Montréal affiche une hausse de 3% en octobre 2012 pour s’établir à 275 000 $. L’île de Montréal (380 000 $) arrive en tête, avec une augmentation de 6%, suivie de Laval (280 000 $) et la Rive-Nord (235 000 $) qui ont connu une hausse équivalente de 4% du prix médian de leur unifamiliale. Les secteurs de la Rive-Sud (261 000 $) et de Vaudreuil-Soulanges (275 504 $) ont maintenu le même prix médian qu’en octobre 2011.

« Du côté de la copropriété, la baisse de 2% à l’échelle de la région métropolitaine en octobre est en partie attribuable à un effet de composition, alors que la proportion de transactions réalisées sur l’île de Montréal, où les prix sont plus élevés, a diminué au profit de la banlieue. Il n’en demeure pas moins que certains secteurs de l’île de Montréal et de la Rive-Sud ont connu des baisses de prix des copropriétés, ce qui n’a pas été le cas à Laval et sur la Rive-Nord », commente Paul Cardinal, directeur, Analyse du marché, de la Fédération des chambres immobilières du Québec.

Au 31 octobre 2012, le nombre d’inscriptions en vigueur sur le système MLS® affiche un gain de 8% par rapport à la même période de l’an dernier.



Indice des prix des propriétés MLS®

Voici les données de l’Indice des prix des propriétés MLS® (IPP MLS® ) pour septembre 2012 :



Le marché de la copropriété est maintenant équilibré dans l’ensemble de la RMR de Montréal

Île-des-Sœurs, le 9 octobre 2012 – Selon la base de données provinciale des courtiers immobiliers, la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que le marché de la copropriété est maintenant équilibré dans l’ensemble de la région métropolitaine de recensement de Montréal (RMR).

« Alors que le marché était à l’avantage des vendeurs depuis 2001, il faut noter que, pour la première fois, le marché de la copropriété est maintenant équilibré sur l’île de Montréal », souligne Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. « Sur la Rive-Nord de Montréal, ce marché se rapproche même de plus en plus d’un marché d’acheteurs », précise-t-il.

Dans la RMR, 2 228 transactions ont été conclues au cours du mois de septembre, ce qui représente une baisse de 17% par rapport à la même période en 2011. Avec des diminutions respectives de 26% et 22%, les secteurs de Vaudreuil-Soulanges et de l’île de Montréal affichent les plus fortes baisses. Suit la Rive-Sud, avec un recul de 18%. Laval et la Rive-Nord enregistrent une diminution plus modeste de 10% des ventes de propriétés.

En septembre 2012, toutes les catégories de propriété ont connu une baisse du nombre de transactions par rapport au mois de septembre 2011. L’unifamiliale affiche la baisse la moins prononcée, avec un recul de 16%, tandis que la copropriété et le plex enregistrent des diminutions à peu près similaires, soit de 19% et 20% respectivement.

Du côté des prix médians de l’unifamiliale, la RMR de Montréal affiche une hausse de 5% en septembre 2012 pour s’établir à 280 000 $. Laval (298 000 $) arrive en tête avec une augmentation de 14%. Vaudreuil-Soulanges (265 000 $) et l’île de Montréal (385 000 $) suivent plus loin derrière avec des augmentations respectives de 5% et 4%. La Rive-Sud (265 000 $) et la Rive-Nord (232 000 $) montrent toutes deux une légère augmentation de 1% comparativement à la même période l’année dernière. « Par ailleurs et contre toute attente, la hausse de 7% du prix médian de la copropriété s’explique par la baisse plus forte des ventes de copropriétés de moins de 300 000 $, alors que les ventes de copropriétés de 300 000 $ et plus sont demeurées stables », mentionne Paul Cardinal, directeur, Analyse du marché, de la Fédération des chambres immobilières du Québec. « Tout indique que les récents resserrements hypothécaires du gouvernement fédéral ont eu une incidence chez les premiers acheteurs qui ont été moins présents sur le marché en septembre », ajoute-t-il.

Au 30 septembre 2012, le nombre d’inscriptions en vigueur sur le système MLS® confirme un gain de 8% par rapport à la même période de l’an dernier.

 

Première baisse des ventes en quinze mois

Île-des-Sœurs, le 10 septembre 2012 – Selon la base de données provinciale des courtiers immobiliers, la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que 2 323 transactions ont été conclues dans la région métropolitaine de Montréal (RMR) en août 2012, représentant une baisse de 7% par rapport au mois d’août 2011.

« Il se pourrait que les resserrements hypothécaires mis en place par le gouvernement fédéral, dont le plus récent entrait en vigueur en juillet dernier, commence à faire sentir ses effets, mais il ne faut pas tirer de conclusion maintenant et nous verrons s’il s’agit d’une tendance au cours des prochains mois », souligne Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. « Par ailleurs, les ventes MLS® étaient aussi en baisse à Toronto (-12,4%) et à Vancouver (-30,7%), où l’accession à la propriété est plus difficile qu’au Québec », ajoute-t-il.

En août 2012, toutes les catégories de propriété ont connu une baisse du nombre de transactions par rapport au mois d’août 2011. Toutefois l’unifamiliale affiche la baisse la moins prononcée, avec une diminution de 5% alors que la copropriété et le plex accusent toutes deux un recul de 8%.

Dans les cinq grands secteurs de la RMR de Montréal, on constate une baisse des ventes résidentielles pour la période comparée des mois d’août 2012 et 2011. Le recul le plus faible, de 4%, est celui de la Rive-Sud, suivi de 5% pour l’île de Montréal. Laval et Vaudreuil-Soulanges affichent des baisses respectives de 20% et 21%. Notons enfin que la Rive-Nord se démarque, elle, par une augmentation de 1% de ses ventes.

Du côté des prix médians de l’unifamiliale, la RMR de Montréal affiche une hausse de 4% en août 2012 pour s’établir à 280 000 $. L’île de Montréal (382 000 $) domine, avec une augmentation de 6%, suivie de la Rive-Nord (237 500 $) qui élève son prix médian de 4%, puis de Laval (283 000 $) et de la Rive-Sud (270 000 $) qui présentent la même augmentation de 3%. Vaudreuil-Soulanges (263 000 $), quant à elle, montre un léger recul de 3% par rapport au moins d’août 2011.

Au 31 août 2012, le nombre d’inscriptions en vigueur sur le système MLS® confirme un gain de 7% par rapport à la même période de l’an dernier.

 

Unifamiliale : la plus performante pour un 5e mois d’affilée

Île-des-Sœurs, le 7 août 2012 – Selon la base de données provinciale des courtiers immobiliers, la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que 2 643 transactions ont été conclues dans la région métropolitaine de Montréal (RMR) en juillet 2012, représentant une hausse de 3% par rapport au mois de juillet 2011. Sur le plan des ventes par catégories, c’est l’unifamiliale qui se démarque par une hausse de 6% des propriétés vendues.

« L’unifamiliale enregistre sa sixième augmentation mensuelle consécutive des ventes, et une performance qui la place devant la copropriété pour un cinquième mois d’affilée », souligne Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. « En fait, ces résultats tranchent avec ceux auxquels nous étions habitués ces dernières années, la copropriété ayant obtenu les meilleures performances à tous les mois entre octobre 2009 et novembre 2011 inclusivement », ajoute-t-il.

En juillet 2012, la copropriété affiche aussi un résultat positif, par rapport à juillet 2011, mais par un gain plus modeste de 1%. Le plex, quant à lui, accuse un recul de 9% pour la même période.

Dans les cinq grands secteurs de la RMR de Montréal, c’est Vaudreuil-Soulanges qui arrive en tête, avec une augmentation de 30% de ses ventes au cours de la période comparée de juillet 2012 et juilllet 2011. Suivent les secteurs de la Rive-Nord et de la Rive-Sud, avec des hausses respectives de 16% et de 8%. Avec 6% d’augmentation de ses ventes, Laval est en quatrième place, après avoir occupé la première position le mois dernier. Enfin, l’île de Montréal affiche une baisse des ventes de 8%.

Du côté des prix médians de l’unifamiliale, la RMR de Montréal montre une stabilité en maintenant à 275 000 $ son prix de vente médian. On observe une même hausse de 3%, en juillet 2012, pour Laval (280 000 $) et la Rive-Nord (232 000 $), alors que la Rive-Sud (260 000 $) et Vaudreuil-Soulanges (255 000 $) accusent toutes les deux une baisse de 2%. L’île de Montréal (385 000 $) arrive en tête avec une augmentation du prix médian de 8%.

Au 31 juillet 2012, le nombre d’inscriptions en vigueur sur le système MLS® confirme un gain de 8% par rapport à la même période de l’an dernier.

 

Ventes MLS® : la banlieue plus dynamique que l’île de Montréal depuis trois mois

Île-des-Sœurs, le 6 juillet 2012 – Selon les données du système MLS® provincial, la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que 3 496 transactions ont été conclues dans la région métropolitaine de Montréal (RMR) en juin 2012, représentant une hausse de 1% par rapport au mois de juin 2011. Si la RMR de Montréal poursuit une progression des ventes pour un cinquième mois consécutif, c’est la banlieue qui enregistre les hausses les plus notables depuis trois mois, Laval en tête.

« Le secteur de Laval s’est une nouvelle fois démarqué par son dynamisme », souligne Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. « Avec un total de 419 transactions en juin 2012, Laval enregistre une augmentation de 12% de ses transactions par rapport à juin de l’an dernier, ainsi que la plus forte croissance du prix médian de l’unifamiliale. »

L’unifamiliale est la seule catégorie à avoir affiché une hausse du nombre des transactions, soit 5% en juin 2012 dans la RMR par rapport à juin 2011, alors qu’on dénote une baisse de 5% du côté des copropriétés et des plex.

Dans les cinq grands secteurs de la RMR de Montréal, la Rive-Sud de Montréal est l’autre secteur, après Laval, à avoir affiché une hausse des ventes, soit un gain de 7% en juin 2012, par rapport à juin 2011, et ce, pour un septième mois consécutif. Par ailleurs, l’activité est demeurée stable du côté de la Rive-Nord, tandis que les secteurs de l’île de Montréal et Vaudreuil-Soulanges affichent tous deux un recul des ventes, de 4% et 6% respectivement.

Au chapitre des prix médians, on observe la même hausse de 2%, en juin 2012, pour l’île de Montréal (379 000 $), la Rive-Sud (269 250 $) et Vaudreuil-Soulanges (268 151 $). La Rive-Nord, quant à elle, a connu une hausse de 1% (235 000 $) par rapport à juin 2011. C’est Laval, cette fois encore, qui atteint la première place avec une croissance de 3% du prix médian de l’unifamiliale (289 000 $).

Au 30 juin 2012, le nombre d’inscriptions en vigueur sur le système MLS® confirme un gain de 9% par rapport à la même période de l’an dernier.

 

Ventes MLS® : un mois de mai record pour la copropriété

Île-des-Sœurs, le 7 juin 2012 – Selon les données du système MLS ® provincial, la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que 4 711 transactions ont été conclues dans la région métropolitaine de Montréal (RMR) en mai 2012, représentant une hausse de 13% par rapport au mois de mai 2011. L’évolution des ventes est particulièrement remarquable du côté de la copropriété puisqu’elle enregistre une hausse de 14% des transactions conclues (1 484) par rapport à la même période l’an dernier.

« Mai 2012 a été plus qu’un excellent mois pour la copropriété, marquant un record de tous les temps pour un mois de mai », souligne Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. « Ce résultat est d’autant plus significatif que la copropriété avait été la seule catégorie à avoir connu une hausse de ventes en mai 2011. On constate que la copropriété continue de gagner la faveur populaire dans la région métropolitaine. »

Les ventes d’unifamiliales affichent la même hausse de 14% par rapport au mois de mai 2011. Quant aux plex, c’est une augmentation des ventes de 8% qui est enregistrée pour le mois de mai 2012, comparativement à l’an dernier, et qui confirme la vigueur du marché dans la RMR de Montréal.

Dans les cinq grands secteurs de la RMR de Montréal, c’est Laval qui s’est distinguée par une croissance de 21% des ventes résidentielles enregistrées en mai 2012. La Rive-Nord et la Rive-Sud de Montréal occupent les deuxième et troisième rangs avec des augmentations respectives de 15% et de 13%.

Les secteurs de l’île de Montréal et de Vaudreuil-Soulanges présentent tous deux un niveau de ventes résidentielles de 11% supérieur à celui de mai 2011. Soulignons que pour Vaudreuil-Soulanges, il s’agit du meilleur résultat pour un mois de mai depuis 12 ans. Au chapitre des prix médians, les trois catégories de propriétés ont enregistré une variation positive. Le prix médian de l’unifamiliale, qui atteint 275 000 $, et celui de la copropriété, qui s’établit à 227 000 $, enregistrent une même augmentation de 3%. Le prix médian des plex, fixé à 420 000 $, affiche une croissance de 8%.

Au 31 mai 2012, le nombre d’inscriptions en vigueur sur le système MLS ® confirme un gain de 8% par rapport à la même période de l’an dernier.

 

Ventes MLS® : plusieurs records de ventes dans la RMR de Montréal

Île-des-Sœurs, le 8 mai 2012 – Le marché immobilier résidentiel en avril 2012 a le vent dans les voiles et enregistre un 11e mois consécutif de croissance dans la Région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal. Selon les données du système MLS® provincial, la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que les ventes résidentielles MLS® étaient en hausse de 16% par rapport aux données d’avril 2011, ce qui représente le deuxième meilleur résultat pour un mois d’avril après le sommet atteint en 2010.

« La hausse des ventes enregistrées en avril 2012 dans la RMR de Montréal est la plus vigoureuse parmi les six RMR de la province, affirme Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. C’est grâce à la bonne performance de la banlieue de Montréal que les ventes résidentielles ont fortement augmenté par rapport au même mois de l’année dernière à l’échelle de la RMR. »

En effet, le secteur de Vaudreuil-Soulanges a enregistré le meilleur mois d’avril de tous les temps avec une augmentation des ventes résidentielles de 27%. Quant aux ventes enregistrées sur la Rive-Sud de Montréal, celles-ci ont crû de 26%, soit un rattrapage par rapport au même mois de l’an dernier, alors que ce secteur avait enregistré la plus forte baisse.

La Rive-Nord et Laval ont aussi enregistré leur deuxième meilleur mois d’avril avec des hausses respectives de 17% et de 19% des ventes MLS®. L’île de Montréal ferme la marche avec une croissance très respectable de 8%.

Par catégorie de propriété, l’unifamiliale a enregistré le meilleur résultat avec une croissance des ventes de 18% (3 130 transactions), suivie de la copropriété avec une augmentation de 14% (1 589 transactions), pour terminer avec le plex qui a enregistré une hausse de 12% des ventes (472 transactions). Les inscriptions en vigueur étaient en hausse de 10% en avril 2012 par rapport au même mois en 2011, avec un total de 28 632 propriétés résidentielles à vendre par un courtier immobilier, soit l’offre de propriétés la plus généreuse depuis huit ans pour ce mois.

Au chapitre des prix médians, les trois catégories de propriétés ont enregistré une variation positive. Le prix médian de l’unifamiliale a crû à un rythme moins élevé que lors des trois mois précédents pour s’établir à 3% et atteindre 272 000 $. Celui de la copropriété a aussi été plus modéré avec une augmentation de 2%, pour s’établir à 223 950 $. Quant aux plex, cette catégorie de propriété a vu son prix médian augmenter de 6% et atteindre 412 000 $ dans la RMR de Montréal.

 

Ventes MLS® : dixième mois consécutif de croissance

Île-des-Sœurs, le 10 avril 2012 – Le marché immobilier résidentiel est toujours vigoureux et enregistre un dixième mois consécutif de croissance dans la RMR de Montréal. Selon les données du système MLS ® , la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) rapporte que les ventes résidentielles MLS ® étaient en hausse de 4% en mars 2012, comparativement aux données de mars 2011. Le mois de mars 2012 devient ainsi le deuxième meilleur mois de mars, ex aequo avec celui de 2007.

« Après avoir été la catégorie la plus performante depuis plusieurs mois, la copropriété est détrônée par les plex qui enregistrent une augmentation des ventes de 8% en mars », a déclaré Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. « Du côté des inscriptions en vigueur, les courtiers immobiliers présentent sans contredit la plus grande offre avec plus de 29 000 propriétés à vendre dans la région métropolitaine de Montréal », précise M. Juanéda.

Du côté des secteurs, Vaudreuil-Soulanges (-6%), le secteur le plus performant de la RMR entre novembre 2011 et février 2012, cède sa place à la Rive-Nord avec des ventes MLS ® en hausse de 9%. La Rive-Sud et l’Île de Montréal ont vu leurs ventes augmenter de 4%, alors que Laval a maintenu son rythme par rapport à mars 2011.

En ce qui concerne les catégories de propriété, les plex prennent la tête du peloton avec 530 ventes MLS ® , en hausse de 8%. Après avoir été la catégorie de propriété la plus populaire durant 23 mois, la copropriété affiche une légère croissance de 2% avec 1 657 transactions. Quant à l’unifamiliale, elle se maintient avec une hausse de 5%, avec 3 173 propriétés vendues.

Au chapitre des prix médians, les trois catégories de propriétés ont enregistré une croissance. Le prix médian de la copropriété a augmenté de 7% pour atteindre 225 000 $, ce qui constitue la plus forte hausse depuis mai 2011. Quant à l’unifamiliale, elle a enregistré une augmentation de 5%, pour atteindre 272 000 $ et le plex de 1%, pour s’établir à 414 500 $.

 

Février 2012 : les ventes MLS® ont le vent dans les voiles

Île-des-Soeurs, le 7 mars 2012 – L’habituelle grisaille du mois de février ne semble pas avoir affecté le marché immobilier. En effet, selon les données du système MLS ® , la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) révèle une augmentation de 9% des ventes conclues sur le territoire de la région métropolitaine de Montréal comparativement à février 2011. Cette progression marque la neuvième hausse consécutive et constitue l’augmentation la plus forte depuis le mois d’avril 2010.

«Les inscriptions en vigueur en février affichent une hausse de 13% avec près de 29 000 propriétés résidentielles offertes aux consommateurs par les courtiers immobiliers de la grande région de Montréal», indique Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. «Les consommateurs qui font affaire avec un courtier ont donc accès au plus grand inventaire de maisons à vendre qui soit», de renchérir M. Juanéda.

Le secteur de Vaudreuil-Soulanges continue de se démarquer par une hausse générale de 26% pour ses ventes résidentielles, toutes catégories confondues pour le mois de février 2012. Il est suivi ex aequo par les secteurs de Laval et de la Rive-Sud affichant tous les deux une progression de 11% suivi par l’Île de Montréal avec 7% et la Rive-Nord avec 5% par rapport à la même période l’an dernier.

Pour un 23 e mois consécutif, la copropriété demeure grande gagnante pour sa performance vis-à-vis des autres catégories de propriétés, avec un bilan de 1 394 transactions, soit 15% de plus comparativement à février 2011. L’unifamiliale a tout de même enregistré une progression de 6% alors que le mois de janvier 2012 affichait un léger recul de 2%. Concernant les ventes de plex, celles-ci ont augmenté de 7%.

Du côté des prix médians, les trois catégories de propriétés continuent de bien se porter. En effet, l’unifamiliale et le plex ont enregistré une augmentation de 5% pour février 2012 pour se fixer respectivement à 266 000 $ et à 411 500 $. Quant à la copropriété, son prix médian a augmenté de 2% pour atteindre 219 295 $.

 

Janvier 2012 : l’année débute sur une note positive

Île-des-Sœurs, le 6 février 2012 – Selon les données du système MLS® , la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que le nombre de ventes conclues dans la région métropolitaine de Montréal en janvier 2012 a augmenté de 1% par rapport au nombre de ventes réalisées en janvier 2011. Il s’agit d’une huitième hausse consécutive pour le marché de la revente.

« Pour un quatrième mois consécutif, le secteur Vaudreuil-Soulanges se démarque avec une hausse de 25% des ventes MLS® », indique Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. « Il s’agit d’un nouveau record de transactions pour un mois de janvier ».

Outre Vaudreuil-Soulanges, deux autres grands secteurs de la région métropolitaine de Montréal ont affiché des hausses des ventes. La Rive-Sud affiche une hausse de 5%, tandis que la Rive-Nord a vu son nombre de transactions augmenter de 2%. De leur côté, l’Île de Montréal et Laval ont enregistré des baisses respectives de 2% et 11% par rapport à janvier 2011.

Alors que l’unifamiliale enregistre une légère baisse des ventes de 1%, la copropriété poursuit sa lancée, enregistrant une augmentation de 3%. Janvier 2012 est d’ailleurs le 22e mois consécutif où la copropriété enregistre la meilleure performance par rapport aux autres catégories de propriété. Les plex affichent également des hausses de ventes de 2% en janvier.

Au chapitre des prix, les trois catégories de propriété ont vu leur prix médian augmenter en janvier 2012 comparativement à janvier 2011. Le prix médian de l’unifamiliale s’est fixé à 262 500 $ (+4%), celui des copropriétés à 220 000 $ (+5%) et celui des plex à 399 500 $ (+3%).

Pour l’ensemble de la région métropolitaine de Montréal, le nombre d’inscriptions en vigueur a augmenté de 11% par rapport au mois de janvier 2011. Au total, plus de 26 000 propriétés résidentielles étaient offertes aux acheteurs en janvier, l’offre la plus généreuse de propriétés des cinq dernières années.

 

Décembre 2011 : L’année se termine avec des hausses de vente

Île-des-Sœurs, le 24 janvier 2012 – Selon les données du système MLS®, la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que le nombre de ventes conclues dans la région métropolitaine de Montréal en décembre 2011 a augmenté de 7% par rapport au nombre de ventes réalisées en décembre 2010. Il s’agit d’une septième hausse consécutive pour le marché de la revente.

Parmi les grands secteurs, Vaudreuil-Soulanges est en tête avec une augmentation de 39% de son nombre de transactions. La Rive-Nord affiche une hausse de 28%, Laval une hausse de 9% et la Rive-Sud une augmentation du nombre de transactions de 2%. Seule l’île de Montréal a enregistré une baisse de 4%.

Toutes les catégories de propriété ont affiché une hausse des ventes. C’est l’unifamiliale qui arrive en tête de liste en décembre avec une hausse de 8%, alors que la copropriété et les plex ont affiché une augmentation de 6% et 3% respectivement.

Au chapitre des prix, l’unifamiliale a enregistré une baisse de 1% de son prix médian par rapport à décembre 2010 pour se fixer à 260 000 $. Le prix médian de la copropriété s’est fixé à 222 000 $, celui des plex à 405 950 $, respectivement en hausse de 2% et de 5%.

Pour l’ensemble de la région métropolitaine de Montréal, le nombre d’inscriptions en vigueur a augmenté de 13% par rapport au mois de décembre 2010. Au total, près de 23 000 propriétés résidentielles étaient offertes aux acheteurs en décembre. La Rive-Sud s’est démarquée comme étant le secteur avec la plus importante augmentation du nombre d’inscriptions en vigueur (+ 22%), mais tous les autres secteurs ont également enregistré une hausse. Par catégorie de propriété, ce sont les inscriptions de copropriétés (+ 21%) qui ont le plus fortement augmenté en décembre, suivi par les plex (+ 17%) et les unifamiliales (+ 12%).

 

Novembre 2011 : les ventes MLS® encore en hausse

Île-des-Sœurs, le 7 décembre 2011 – Selon les données du système MLS®, la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que le nombre de ventes conclues dans la région métropolitaine de Montréal en novembre 2011 a augmenté de 3% par rapport au nombre de ventes réalisées en novembre 2010. Il s’agit d’une sixième hausse consécutive pour le marché de la revente.

« Le marché immobilier dans la région de Montréal a connu un excellent mois de novembre. Le marché de la revente est particulièrement actif depuis le début de l’été, ce qui avantage tant les acheteurs que les vendeurs », indique Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM.

Tous les grands secteurs ont affiché des hausses des ventes, mise à part la Rive-Sud. Vaudreuil-Soulanges est en tête avec une augmentation de 26% de son nombre de transactions. La Rive-Nord affiche une hausse de 3%, tandis que Laval et l’île de Montréal ont vu leur nombre de transactions augmenter de 2%. Les ventes de la Rive-Sud sont demeurées stables par rapport à novembre 2010.

La copropriété s’est encore une fois démarquée en novembre, avec une hausse des ventes de 6%. Les performances de l’île de Montréal (+ 7%) et de la Rive-Nord (+ 5%) expliquent principalement la hausse des ventes de copropriétés à l’échelle de la région. L’unifamiliale et les plex affichent également des hausses de ventes en novembre, soit de 1% et 3%.

Au chapitre des prix, les trois catégories de propriété ont vu leur prix médian augmenter de 4% en novembre 2011 comparativement à novembre 2010. Le prix médian de l’unifamiliale s’est fixé à 270 000 $, celui des copropriétés à 226 750 $ et celui des plex à 400 000 $.

Pour l’ensemble de la région métropolitaine de Montréal, le nombre d’inscriptions en vigueur a augmenté de 15% par rapport au mois de novembre 2010. Au total, près de 26 000 propriétés résidentielles étaient offertes aux acheteurs en novembre. La Rive-Sud s’est démarquée comme étant le secteur avec la plus importante augmentation du nombre d’inscriptions en vigueur (+ 21%), mais tous les autres secteurs ont également enregistré une hausse. Par catégorie de propriété, ce sont les inscriptions de copropriétés (+ 20%) qui ont le plus fortement augmenté en novembre, suivi par les plex (+ 17%) et les unifamiliales (+ 10%).

 

Octobre : le meilleur mois sur le marché de la revente depuis le début de l’année

Île-des-Sœurs, le 8 novembre 2011 – Selon les données du système MLS® , la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que le nombre de transactions conclues dans la région métropolitaine de Montréal en octobre 2011 a augmenté de 7% par rapport à octobre 2010. Il s’agit de la meilleure croissance des ventes sur le marché de la revente depuis le début de l’année.

« C’est un bon temps pour acheter une propriété », indique Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. « En effet, les taux hypothécaires se maintiennent à un bas niveau et l’inventaire de propriétés est en hausse, ce qui offre un plus grand choix aux acheteurs. Les consommateurs prennent d’ailleurs un peu plus leur temps pour acheter, comme le démontre les conditions du marché qui sont maintenant équilibrées dans plusieurs secteurs. »

Tous les grands secteurs ont affiché des hausses des ventes, mise à part la Rive-Sud. Laval est en tête avec une augmentation de 12% de son nombre de transactions, suivi de près par l’île de Montréal et la Rive-Nord, qui affichent des hausses respectives de 10% et 9%. Vaudreuil-Soulanges a vu le nombre de transactions augmenter de 4% alors que la Rive-Sud subit une nouvelle baisse, avec une diminution des ventes de 2% par rapport à octobre 2010.

Pour un sixième mois consécutif, la copropriété a affiché une hausse des ventes marquée, soit une augmentation de 13% en octobre 2011. L’unifamiliale a enregistré pour sa part une hausse de 5%, tandis que les plex affichent une augmentation de 6%.

Au chapitre des prix, le plex mène le bal avec une hausse de son prix médian de 8% en octobre 2011 par rapport au même mois l’an dernier, pour s’établir à 410 000 $. Le prix médian des copropriétés a augmenté de 5% pour atteindre 228 900 $, alors que celui d’une maison unifamiliale s’élevait à 268 000 $, une hausse de 3%. Pour l’unifamiliale, il s’agit de la croissance de prix la plus modeste depuis le mois de septembre 2010.

Pour l’ensemble de la région métropolitaine de Montréal, le nombre d’inscriptions en vigueur a augmenté de 15% par rapport au mois d’octobre 2010. Il s’agit de la 14e hausse mensuelle consécutive, mais l’ampleur de la hausse a été moindre que celles des derniers mois. L’île de Montréal et la Rive-Nord ont respectivement affiché des augmentations de 13% et 14% alors que le nombre de propriétés à vendre était de 24% et 20% plus élevé sur la Rive-Sud et à Vaudreuil-Soulanges.

Par catégorie de propriété, ce sont les plex qui ont affiché la plus forte hausse des inscriptions, soit 19%. Les copropriétés ont suivi de près avec une augmentation de 18% alors que le nombre d’unifamiliales inscrites au système MLS® a augmenté de 13% par rapport à octobre 2010.

 

Le marché immobilier demeure actif dans la région de Montréal en septembre 2011

Île-des-Sœurs, le 12 octobre 2011 – Selon les données du système MLS® , la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que le nombre de transactions conclues dans la région métropolitaine de Montréal en septembre 2011 a augmenté de 1% par rapport à septembre 2010. Cette quatrième hausse consécutive des ventes est particulièrement marquée sur l’île de Montréal.

« L’île de Montréal et Laval ont été les secteurs où l’activité immobilière a été la plus dynamique en comparaison avec septembre 2010 », indique Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. « En effet, l’île de Montréal affiche une hausse du nombre de transactions de 8% et Laval de 5%. Pour l’île de Montréal, il s’agit du deuxième mois de septembre le plus achalandé depuis plus de 10 ans. »

La Rive-Nord (- 2%), la Rive-Sud (- 8%) et Vaudreuil-Soulanges (- 6%) ont affiché des reculs par rapport aux ventes de septembre 2010.

Encore une fois, la hausse des ventes dans la région métropolitaine s’explique par la performance de la copropriété. Cette performance est surtout attribuable au dynamisme des secteurs de Laval (+ 40%) et de l’île de Montréal (+ 10%). La Rive-Nord a également contribué à cette hausse, mais de manière plus limitée, affichant une augmentation de 1%. La Rive-Sud a affiché une diminution des ventes de copropriétés de 11%. Pour sa part, l’unifamiliale a globalement affiché une diminution de 1% de ses ventes comparativement à septembre 2010. Finalement, les plex ont enregistré une baisse de 6%.

Au chapitre des prix, la moitié des maisons unifamiliales ont été vendues à un prix supérieur à 266 750 $ dans la région de Montréal, soit une augmentation de 6% par rapport au prix médian de septembre 2010. Les prix des plex ont affiché une hausse identique à celle des unifamiliales, soit de 6%, atteignant un prix médian de 400 000 $. Finalement, la copropriété a affiché une augmentation de son prix médian de 2%, pour atteindre 220 000 $. Il s’agit de la hausse la plus modeste depuis juillet 2009.

Pour l’ensemble de la région métropolitaine de Montréal, le nombre d’inscriptions en vigueur a augmenté de 15% par rapport au mois de septembre 2010. Bien qu’il s’agisse de la 13e hausse consécutive, l’ampleur de la hausse a été plus petite que celles observées lors des cinq derniers mois, qui oscillaient entre 17% et 19%. Les augmentations les plus marquées ont été recensées dans les secteurs de la Rive-Sud (+ 24%) et de Vaudreuil-Soulanges (+ 16%). Par catégorie de propriété, on trouvait sur le marché 13 621 propriétés unifamiliales à vendre (+ 13%), 8 140 copropriétés (+ 18%) et 2 521 plex (+ 20%).

 

La copropriété est encore une fois la grande gagnante en août 2011

Île-des-Sœurs, le 10 août 2011 – Selon les données du système MLS®,la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que le nombre de transactions conclues dans la région métropolitaine de Montréal en août 2011 a augmenté de 5% par rapport à août 2010. Cette troisième hausse consécutive des ventes dans la région de Montréal est menée par la copropriété, qui a vu ses ventes augmenter de 9% en août.« Les ventes de copropriétés ont augmenté dans tous les secteurs géographiques de la grande région de Montréal. La popularité indéniable de la copropriété ne cesse de croître, comme le démontrent les résultats des quatre derniers mois », indique Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM.
Les ventes de copropriétés ont augmenté dans tous les secteurs géographiques, mais la région de Laval s’est particulièrement démarquée avec une hausse des ventes de 33%. L’unifamiliale n’est pas en reste puisqu’on note une augmentation de 4% des ventes dans le Grand Montréal. En revanche, le nombre de plex vendus a connu une légère baisse de 1% pour le mois d’août 2011.

Au chapitre des prix, la moitié des copropriétés ont été vendues à un prix supérieur à 228 761 $ dans la région de Montréal, une croissance de 6% par rapport au prix enregistré en août l’an dernier. Le prix médian des unifamiliales a aussi affiché une hausse de 6% pour se fixer à 270 000 $, alors que celui des plex a augmenté de 3% pour s’établir à 405 000 $.

Pour l’ensemble de la région métropolitaine de Montréal, le nombre d’inscriptions en vigueur a augmenté de 17% par rapport au mois d’août 2010. Cette hausse est néanmoins légèrement moins importante que celles observées en juillet, juin et mai 2011. Pour un cinquième mois consécutif, la Rive-Sud s’est démarquée comme étant le secteur avec la plus forte augmentation du nombre d’inscriptions en vigueur, mais tous les autres secteurs ont également enregistré une hausse. Par catégorie de propriété, ce sont les inscriptions de plex (+ 22%) et de copropriétés (+ 23%) qui ont le plus fortement augmenté en août.

 

Les ventes de copropriétés mènent le bal en juillet 2011

Île-des-Sœurs, le 10 août 2011 – Selon les données du système MLS®, la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que le nombre de transactions conclues dans la région métropolitaine de Montréal en juillet 2011 a augmenté de 6% par rapport à juillet 2010. Cette deuxième hausse consécutive des ventes dans la région de Montréal est principalement attribuable au dynamisme de la copropriété, qui a vu ses ventes augmenter de 19% en juillet.

« La popularité de la copropriété ne se dément pas dans la grande région de Montréal. Les ventes de copropriétés enregistrées en juillet dans la région représentent 77% des parts de marché de la province pour cette catégorie de propriété, ce qui démontre qu’il s’agit surtout d’un phénomène urbain », indique Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. « En juillet, la performance de la copropriété dans la région montréalaise, en termes de ventes, a d’ailleurs été nettement supérieure à celle des autres catégories de propriété, alors que la maison unifamiliale a enregistré une stabilité des ventes et les plex, une hausse de 6%. »

Les ventes de copropriétés étaient en forte hausse dans tous les secteurs du Grand Montréal en juillet 2011. L’île de Montréal, où la copropriété représente près de 50% du marché, a enregistré la croissance la plus importante, avec une augmentation des ventes de 23% par rapport à juillet 2010. La Rive-Nord suit de près avec une augmentation de 22%. Enfin, le nombre de copropriétés vendues à Laval et sur la Rive-Sud a progressé respectivement de 15% et 11%.

Au chapitre des prix, la croissance était au rendez-vous pour toutes les catégories de propriété. La maison unifamiliale a vu son prix médian se fixer à 275 000 $ dans la région de Montréal, une hausse de 7% par rapport au prix enregistré en juillet l’an dernier. Le prix médian des copropriétés a augmenté de 5% en juillet 2011 à 232 000 $, alors que celui des plex a enregistré une croissance de 6%, atteignant 407 000 $.

Au 31 juillet 2011, 22 826 inscriptions étaient en vigueur sur le système MLS®, ce qui représente une hausse de 18% par rapport à la même date l’an dernier.

 

Première hausse des ventes MLS® en 14 mois

Île-des-Sœurs, le 13 juillet 2011 – Selon les données du système MLS® , la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que 3 501 transactions ont été conclues dans la région métropolitaine de Montréal en juin 2011, une augmentation de 5% par rapport à juin 2010. Il s’agit de la première hausse des ventes dans la région en 14 mois.

« Même si l’augmentation des ventes enregistrée en juin est encourageante, elle doit être interprétée avec prudence, comme on compare les résultats de 2011 à ceux de juin 2010, qui avait enregistré une baisse des ventes de 20% », indique Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. « Avec cette croissance, les ventes dans la région de Montréal se rapprochent des niveaux enregistrés en juin 2007 et 2008, deux années fastes pour le marché immobilier. »

Toutes les catégories de propriété ont enregistré une hausse des ventes en juin 2011 dans la région de Montréal. La copropriété a encore une fois mené le bal avec une croissance de 12% par rapport à juin 2010. Les ventes de maisons unifamiliales ont augmenté de 1% et celles de plex, de 3%.

Sur le plan géographique, l’île de Montréal s’est démarquée, enregistrant une hausse des ventes de 12% comparativement à la même période l’an dernier. Le marché de la copropriété y a été particulièrement actif, avec une croissance des ventes de 17%. Le secteur de Vaudreuil-Soulanges et la Rive-Nord ont aussi affiché une augmentation des ventes résidentielles en juin 2011, avec des hausses respectives de 5% et 3%. Le nombre de transactions conclues sur la Rive-Sud et à Laval a plutôt reculé respectivement de 2% et 5%.

Au chapitre des prix, la moitié des maisons unifamiliales ont été vendues à un prix supérieur à 275 000 $ dans la région de Montréal, une croissance de 6% par rapport au prix enregistré en juin l’an dernier. Le prix médian des plex a aussi affiché une hausse de 6% pour se fixer à 409 000 $, alors que celui des copropriétés a augmenté de 5% à 223 750 $.

Au 30 juin 2011, le nombre d’inscriptions en vigueur sur le système MLS® était en hausse de 19% par rapport à la même date l’an dernier.

 

La copropriété tire son épingle du jeu en mai

Île-des-Sœurs, le 08 juin 2011 – Selon les données du système MLS® , la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que 4 186 transactions ont été conclues dans la région métropolitaine de Montréal en mai 2011, une baisse de 4% par rapport à mai 2010. Malgré ce léger recul de l’activité immobilière à Montréal, la copropriété a su tirer son épingle du jeu, enregistrant une hausse des ventes de 4%.

« La popularité grandissante de la copropriété qu’on remarque depuis quelques années est un phénomène urbain et Montréal n’échappe pas à cette nouvelle réalité sur le marché », indique Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. « On constate, entre autres, que plusieurs premiers acheteurs se tournent vers cette catégorie de propriété due à son abordabilité. Comme le printemps est une période où les premiers acheteurs sont très actifs sur le marché, il n’est pas surprenant que la copropriété se démarque à cette période-ci de l’année. »

La maison unifamiliale et les plex ont plutôt enregistré un recul des ventes en mai 2011, avec une baisse respectivement de 8% et 9% dans la région de Montréal comparativement à mai l’an dernier.

Sur le plan géographique, la copropriété s’est encore une fois démarquée. Alors que les ventes résidentielles étaient en baisse de 5% sur l’île de Montréal, les ventes de copropriétés y ont augmenté de 6%. Les secteurs centraux de l’île ont été particulièrement actifs : les ventes de copropriétés ont augmenté de 29% à Rosemont/Villeray, de 21% dans Le Plateau et de 16% dans le Sud-ouest de l’île. À Laval, les ventes résidentielles ont diminué de 14%, mais celles de copropriétés sont demeurées stables. Sur la Rive-Sud et la Rive-Nord, la copropriété a enregistré une hausse respective des ventes de 1% et 6%, alors que les ventes résidentielles y ont reculé respectivement de 2% et 1%.

Le secteur de Vaudreuil-Soulanges se distingue des autres secteurs. D’une part, parce que le marché de la copropriété y est très peu développé et que le nombre de ventes y est insuffisant pour produire une statistique fiable. D’autre part, parce qu’il est le seul secteur de la région montréalaise à avoir enregistré une hausse des ventes résidentielles en mai 2011, avec une augmentation de 1% par rapport à mai 2010.

Au chapitre des prix, le prix médian de la copropriété a atteint 220 739 $ dans la région de Montréal, une croissance de 7% par rapport au prix enregistré en mai l’an dernier. Le prix médian d’une maison unifamiliale a augmenté de 4% pour se fixer à 266 500 $, alors que celui des plex est demeuré stable à 390 000 $.

« La popularité de la copropriété s’est reflétée sur la croissance des prix, alors que cette catégorie de propriété a enregistré la hausse la plus importante en mai. Dans le cas de la maison unifamiliale et des plex, l’augmentation a été plus modérée, comme nous l’avions anticipé », précise M. Juanéda.

Au 31 mai 2011, le nombre d’inscriptions en vigueur sur le système MLS® était en hausse de 19% par rapport à la même date l’an dernier.

 

Les ventes diminuent pour un 12e mois consécutif en avril 2011

Île-des-Sœurs, le 10 mai 2011 –Selon les données du système MLS®, la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que 4 509 transactions ont été conclues dans la région métropolitaine de Montréal en avril 2011, une baisse de 18% par rapport à avril 2010 et le douzième recul mensuel consécutif.

« En plus de la baisse des ventes, le nombre de propriétés offertes sur le marché a augmenté pour un huitième mois consécutif, ce qui s’est traduit par des conditions de marché plus détendues, comme nous l’avions anticipé. Elles ont même atteint l’équilibre dans certains secteurs de la région montréalaise en avril », indique Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. « Le marché était équilibré pour la maison unifamiliale dans le secteur de Vaudreuil-Soulanges et sur la Rive-Nord, alors que pour la copropriété, les conditions avantageaient autant les vendeurs que les acheteurs à Vaudreuil-Soulanges, sur la Rive-Nord et à Laval. »

Par catégorie de propriété, ce sont les plex qui ont affiché le plus grand ralentissement en avril 2011, avec une baisse des ventes de 31% par rapport au même mois en 2010. Les ventes de maisons unifamiliales ont diminué de 16% et celles de copropriétés, de 15%.

Sur le plan géographique, le nombre de transactions conclues sur la Rive-Nord en avril 2011 a reculé de 10% par rapport au même mois l’an dernier. Dans le secteur de Vaudreuil-Soulanges, les ventes étaient en baisse de 13%, alors qu’elles ont diminué de 17%, 24% et 25% respectivement sur l’île de Montréal, à Laval et sur la Rive-Sud.

« Signe que le marché est plus détendu, la croissance des prix a encore une fois été plus modérée ce mois-ci, comme nous l’avions prévu », ajoute M. Juanéda.

En avril 2011, le prix médian d’une maison unifamiliale dans la région de Montréal s’est fixé à 265 000 $, une hausse de 6% par rapport au prix enregistré en avril 2010. La copropriété et les plex ont tous deux enregistré une croissance de 4%, leur prix médian atteignant respectivement 219 000 $ et 390 000 $. À la même période l’an dernier, le prix médian de l’unifamiliale augmentait de 9%, celui des copropriétés de 10% et celui des plex de 9%.

Au 30 avril 2011, le nombre d’inscriptions en vigueur sur le système MLS® était en hausse de 17% par rapport à la même date l’an dernier.

 

Mars 2011 : un excellent mois malgré une baisse des ventes

Île-des-Sœurs, le 07 avril 2011 – Selon les données du système MLS®, la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que 5 188 transactions ont été conclues dans la région métropolitaine de Montréal en mars 2011, une baisse de 13% par rapport à mars 2010. Malgré ce recul, le mois de mars 2011 figure parmi les meilleurs mois de mars au chapitre des ventes depuis le début des années 2000.

«Il faut se rappeler que mars 2010 avait été exceptionnellement actif, établissant un nouveau record de ventes dans la région de Montréal. Avec 5 188 transactions, mars 2011 affiche un des meilleurs résultats des années 2000, étant dépassé seulement par mars 2010 (5 967 ventes), mars 2007 (5 354 ventes) et mars 2002 (5 307 transactions)», indique Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. «La copropriété se démarque davantage avec 1 641 ventes dans la région de Montréal en mars 2011, soit seulement 2% de moins qu’en mars 2010 et la deuxième meilleure performance pour un mois de mars.»

En ce qui a trait aux autres catégories de propriété, la maison unifamiliale a affiché un recul d’activité de 17% en mars 2011 et les plex, de 21%.

Sur le plan géographique, mars 2011 demeure un des meilleurs mois de mars pour la majorité des secteurs de la région montréalaise, malgré les reculs d’activité enregistrés. Vaudreuil-Soulanges se démarque avec une baisse des ventes de seulement 3% par rapport à mars 2010. Le nombre de transactions conclues sur l’île de Montréal a diminué de 9%, alors que Laval et la Rive-Nord ont affiché des reculs respectifs de 12% et 14%. Seule exception à la règle, la Rive-Sud a connu un mois de mars plus difficile avec 1 128 ventes, une baisse de 21% par rapport à la même période l’an dernier et un des moins bons résultats des années 2000, dépassant seulement mars 2009 et mars 2003. Ce ralentissement s’explique principalement par les reculs d’activité marqués observés dans le Centre de la Rive-Sud (Brossard, Saint-Lambert, Candiac, La Prairie), le Sud ouest de la Rive-Sud (Delson, Saint-Constant, Sainte-Catherine, Saint-Mathieu, Saint-Philippe) et à Châteauguay (Beauharnois, Châteauguay, Léry, Mercier, Saint Isidore).

Au chapitre des prix, le prix des propriétés a continué d’augmenter dans la région de Montréal en mars 2011, mais de façon plus modérée. Avec un prix médian à 260 000 $, la maison unifamiliale a affiché une hausse de 6% par rapport à mars 2010. Le prix médian des copropriétés a augmenté de 3% à 210 000 $, alors que le prix médian des plex a enregistré une croissance de 8% pour s’établir à 405 500 $.

«Comme nous l’avions anticipé, la hausse des prix est plus modérée en 2011, en raison d’un ralentissement des ventes et des conditions de marché qui se rapprochent de l’équilibre», conclut M. Juanéda.

Au 31 mars 2011, le nombre d’inscriptions en vigueur sur le système MLS® était en hausse de 13% par rapport à la même date en 2010.

 

Les conditions du marché immobilier se rapprochent de l’équilibre dans la région de Montréal

Île-des-Sœurs, le 09 mars 2011 – Selon les données du système MLS ® , la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que les conditions de marché se sont détendues dans la région métropolitaine de Montréal en février 2011, même si elles avantagent toujours les vendeurs. C’est à Vaudreuil-Soulanges et sur la Rive-Nord que les conditions de marché étaient les plus détendues pour la maison unifamiliale, alors que pour la copropriété, c’est sur la Rive-Nord et à Laval qu’elles étaient le plus près de l’équilibre.

«Comme nous l’avions anticipé, les conditions de marché se sont à nouveau rapprochées de l’équilibre en février. Même si les vendeurs demeurent avantagés, les acheteurs ont gagné un peu de pouvoir de négociation, une situation qu’on remarque depuis avril 2010», indique Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. «C’est sur l’île de Montréal que les vendeurs étaient les plus avantagés, tant pour la maison unifamiliale que pour la copropriété.»

Signe que le marché est plus détendu : la hausse des prix a été plus modérée en février 2011. Le prix médian d’une maison unifamiliale a augmenté de 4% par rapport à février 2010, pour se fixer à 254 000 $ dans la région de Montréal. Le prix médian des plex a enregistré une hausse de 3%, pour s’établir à 390 000 $. Seule la copropriété a affiché une croissance soutenue de 9%, son prix médian atteignant 214 500 $.

Au chapitre des ventes, 4 104 transactions résidentielles ont été conclues dans la région de Montréal en février 2011, une baisse de 7% par rapport à février 2010. Les plex sont la catégorie de propriété ayant enregistré le recul d’activité le plus marqué en février, avec une diminution de 11%. La maison unifamiliale et la copropriété ont toutes deux affiché une baisse des ventes de 7%.

Sur le plan géographique, l’île de Montréal a été le secteur le plus dynamique de la région montréalaise en février 2011, avec une légère baisse des ventes de 3% comparativement au même mois l’an dernier. Vaudreuil-Soulanges et la Rive-Nord suivent de près, avec un recul respectif des ventes de 4% et de 6%. Enfin, le nombre de transactions conclues à Laval et sur la Rive-Sud a diminué respectivement de 10% et de 14%.

Au 28 février 2011, le nombre d’inscriptions en vigueur sur le système MLS® était en hausse de 13% par rapport à la même date en 2010.

«Avec la hausse du nombre de propriétés à vendre, ce qui procure plus de choix aux acheteurs, et le ralentissement des ventes qu’on enregistre depuis maintenant dix mois, il faut s’attendre à ce que les conditions de marché continuent à tendre vers l’équilibre au cours des prochains mois», conclut M. Juanéda.

 

Un début d’année au ralenti pour le marché immobilier de la région de Montréal

Île-des-Sœurs, le 09 février 2011 – Selon les données du système MLS® , la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que 2 477transactions ont été conclues dans la région métropolitaine de Montréal en janvier 2011, une baisse de 10% par rapport à janvier 2010. Malgré ce recul d’activité, le prix des propriétés a continué d’augmenter dans la région montréalaise en janvier 2011.

«Il faut se rappeler que 2010 avait été particulièrement active en début d’année en raison de la hausse attendue des taux hypothécaires. Il n’est pas surprenant que cette année le marché soit en baisse par rapport à 2010», indique Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. «En 2011, nous prévoyons un léger ralentissement du marché au chapitre des ventes; raison de plus pour ne pas se surprendre du recul enregistré en janvier.»

Au chapitre des prix, les prix ont continué d’augmenter en janvier 2011, malgré le recul d’activité enregistré. La maison unifamiliale et les plex ont tous deux affiché une croissance de 7%, leur prix médian se fixant respectivement à 252 000 $ et 390 000 $. Le prix médian d’une copropriété a connu une hausse plus modérée de 4%, atteignant 210 000 $.

«Quand on regarde le prix des propriétés ailleurs au Canada, on constate que Montréal demeure une des grandes villes canadiennes les plus abordables du pays. Par exemple, à Calgary, qui publie un prix médian comme nous, le prix médian d’une maison unifamiliale est de 390 000 $, soit 55% de plus que celui de 252 000 $ enregistré à Montréal», ajoute M. Juanéda.

Toutes les catégories de propriété ont vu leurs ventes diminuer en janvier 2011 dans la région de Montréal. Les ventes de maisons unifamiliales ont reculé de 11% par rapport à janvier 2010, celles de copropriétés, de 8% et les ventes de plex, de 9%. Pour la copropriété, même si les 782 unités vendues n’ont pas dépassé le nombre de ventes de janvier 2010, elles représentent tout de même le deuxième meilleur résultat de cette catégorie pour un mois de janvier, ce qui démontre la popularité grandissante de ce type d’habitation.

Sur le plan géographique, l’île de Montréal et Laval n’ont enregistré qu’un léger recul de leurs ventes en janvier 2011, affichant tous deux une baisse de 3% par rapport à janvier 2010. Les ventes dans le secteur de Vaudreuil-Soulanges ont diminué de 7% et celles sur la Rive-Nord, de 11%. Finalement, la Rive-Sud a enregistré un recul plus marqué de son activité immobilière, avec une diminution des ventes de 22%.

Au 31 janvier 2011, le nombre d’inscriptions en vigueur sur le système MLS® était en hausse de 13% par rapport à la même date en 2010.

«En raison de la baisse des ventes et de la hausse de propriétés à vendre, les conditions de marché se sont détendues dans la région de Montréal. Même si elles avantagent toujours les vendeurs, on remarque depuis quelques mois qu’elles se dirigent tranquillement vers l’équilibre», conclut M. Juanéda.

 

L’année 2010 se termine sur une note positive

Île-des-Sœurs, le 11 janvier 2011 – Selon les données du système MLS® , la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que le nombre de transactions conclues dans la région métropolitaine de Montréal en 2010 a augmenté de 1% par rapport à 2009, avec 42 347 ventes. Avec cette hausse, 2010 devient la deuxième meilleure année de l’histoire de la CIGM en termes de ventes.

«L’année 2010 s’est déroulée en deux temps. Les quatre premiers mois de l’année ont été très actifs, alors que plusieurs consommateurs ont devancé leur achat, prévoyant une hausse des taux hypothécaires. Par la suite, le marché immobilier a ralenti, enregistrant huit baisses mensuelles consécutives des ventes», indique Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. «Le dynamisme du début d’année a toutefois su compenser la perte de vitesse des derniers mois, ce qui fait que le marché immobilier termine l’année avec un nombre de transactions légèrement supérieur à celui de 2009, mais inférieur au record établi en 2007.»

La copropriété est la catégorie de propriété ayant connu les meilleurs résultats de vente en 2010 et est la seule à avoir enregistré une croissance dans la région de Montréal. Les 12 668 copropriétés vendues ont même dépassé de 7% le précédent record établi en 2009. Les ventes de maisons unifamiliales et de plex sont, quant à elles, demeurées relativement stables en 2010 par rapport à 2009, diminuant légèrement de 1%.

Par secteurs géographiques, Laval et Vaudreuil-Soulanges ont enregistré les hausses d’activité les plus importantes en 2010 avec chacun une croissance des ventes de 4% par rapport à 2009. La popularité de la copropriété dans ces secteurs a grandement contribué à ces bons résultats, alors que les ventes de copropriétés ont augmenté de 28% dans le secteur de Vaudreuil-Soulanges et de 15% à Laval. La hausse des ventes de copropriétés sur l’île de Montréal (+7%) et sur la Rive-Nord (+10%) a également contribué au dynamisme de ces deux secteurs, qui ont terminé l’année 2010 avec une hausse des ventes résidentielles de 2% par rapport à 2009. Seule la Rive-Sud a enregistré un nombre de ventes résidentielles inférieur à celui de 2009, avec une légère baisse de 2%.

«La copropriété est la principale responsable du dynamisme du marché en 2010. Sa popularité s’explique sans doute par son prix abordable. Il est aussi possible de croire que les premiers acheteurs, qui se tournent souvent vers cette catégorie de propriété, ont été plus nombreux sur le marché en 2010, voulant profiter des faibles taux d’intérêt», ajoute M. Juanéda.

Au chapitre des prix, les trois catégories de propriété ont conclu l’année 2010 avec un prix médian supérieur à celui enregistré en 2009. La maison unifamiliale, dont le prix médian s’est fixé à 252 000 $ dans la région de Montréal, a connu une croissance de 7%. Le prix médian des copropriétés a augmenté de 8% à 210 000 $, alors que celui des plex s’est établi à 380 000 $, une hausse de 9%.

 

Ventes MLS® en novembre 2010 : nouveau record sur l’île de Montréal

a   

Île-des-Sœurs, le 9 décembre 2010 – Selon les données du système MLS®, la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que le nombre de ventes conclues sur l’île de Montréal en novembre 2010 a atteint un nouveau sommet pour un mois de novembre. Les 1 370 transactions enregistrées ont légèrement dépassé de 1% le précédent record établi en novembre 2009. Dans l’ensemble de la région métropolitaine de Montréal, les ventes ont diminué de 5% en novembre 2010, ce qui se traduit par une croissance des ventes de 2% depuis le début de l’année.

«Le marché immobilier dans la région de Montréal a connu un bon mois de novembre. Il est vrai que les ventes MLS® étaient en baisse pour un septième mois consécutif, mais la baisse était beaucoup moins importante que celles enregistrées au cours des derniers mois. De plus, certains secteurs se sont démarqués, comme Laval qui a affiché une hausse des ventes de 3% et l’île de Montréal qui a établi un nouveau record», indique Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM.

La copropriété s’est aussi démarquée en novembre 2010, étant la seule catégorie de propriété à connaître une hausse des ventes dans la région de Montréal. Les 983 copropriétés vendues représentent même un record pour un mois de novembre, dépassant de 3% le sommet de novembre 2009. Les ventes de copropriétés ont d’ailleurs augmenté dans la majorité des grands secteurs de la région en novembre 2010. Seule la Rive-Sud a vu ses ventes de copropriétés diminuer (- 9%). Sur l’île de Montréal, à Laval et sur la Rive-Nord, le nombre de copropriétés vendues en novembre 2010 a augmenté respectivement de 4%, 23% et 15% comparativement à novembre 2009.

La popularité de la copropriété n’a toutefois pas réussi à compenser les baisses d’activité de la maison unifamiliale (- 7%) et des plex (- 13%) dans la région de Montréal. Par secteurs géographiques, ce sont principalement la Rive-Nord (- 10%) et la Rive-Sud (- 14%) qui ont tiré les ventes résidentielles de la région vers le bas. Dans le secteur de Vaudreuil-Soulanges, les ventes ont légèrement reculé de 3%.

Au chapitre des prix, les trois catégories de propriété ont vu leur prix médian augmenter de 7% en novembre 2010 comparativement à novembre 2009. Dans la région de Montréal, le prix médian de l’unifamiliale s’est fixé à 260 750 $, celui des copropriétés à 218 000 $ et celui des plex à 385 000 $.

«La hausse des prix est une bonne nouvelle pour les vendeurs, car elle leur démontre que l’immobilier demeure un bon investissement. De plus, les délais de vente étaient toujours en baisse en novembre, ce qui est encourageant pour les vendeurs. Quant aux acheteurs, ils ont plus de choix sur le marché qu’en novembre 2009, alors que les inscriptions en vigueur étaient en hausse de 7%. Il s’agit donc d’une bonne nouvelle pour eux», conclut M. Juanéda.

a

 

Les ventes MLS® ralentissent en octobre, mais les prix augmentent

a   

Île-des-Sœurs, le 9 novembre 2010
– Selon les données du système MLS®, la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que 2 839 transactions ont été conclues dans la région métropolitaine de Montréal en octobre 2010, une baisse de 19% comparativement à octobre l’an dernier. Malgré ce recul, les ventes sont en hausse de 3% depuis le début de l’année par rapport aux dix premiers mois de 2009.

«Après avoir connu un record de ventes en octobre 2009, il est normal que le marché immobilier de la région de Montréal ait été moins actif en octobre 2010. De plus, 2009 et 2010 ont été des années biens différentes l’une de l’autre pour le marché immobilier. L’année 2009 a débuté avec des baisses de ventes importantes en raison de la récession et a terminé l’année avec des sommets au chapitre des ventes. À l’inverse, 2010 a commencé l’année en force avec des mois records et depuis, les ventes reviennent à des niveaux habituels», indique Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM.

Au chapitre des prix, les prix ont continué d’augmenter dans la région de Montréal en octobre 2010. La maison unifamiliale a vu son prix médian se fixer à 260 000 $, une hausse de 8% par rapport à octobre 2009. La moitié des copropriétés ont été vendues à un prix supérieur à 218 000 $, soit 12% de plus qu’à la même période l’an dernier. Enfin, le prix médian des plex a augmenté de 9% à 380 000 $.

«Les conditions de marché sont demeurées à l’avantage des vendeurs, ce qui explique que le prix des propriétés soit toujours en hausse dans la région. Les consommateurs continuent de se tourner vers l’immobilier, car la croissance des prix leur démontre que l’achat d’une propriété demeure un bon investissement. De plus, Montréal est une des régions les plus abordables du pays», précise M. Juanéda.

En ce qui a trait aux ventes par catégorie de propriété, la copropriété est celle qui a perdu le moins en popularité, enregistrant un recul de 14% par rapport à octobre 2009. Les ventes de maisons unifamiliales ont diminué de 21% dans la région de Montréal et celles de plex, de 26%.

Sur le plan géographique, la Rive-Nord, Vaudreuil-Soulanges et l’Île de Montréal ont enregistré des baisses d’activité similaires avec des reculs respectivement de 14%, 15% et 16%. La Rive-Sud et Laval ont affiché des baisses plus importantes avec une diminution respective des ventes de 24% et 31%.

a

 

Les ventes MLS® reviennent à un niveau habituel dans la région de Montréal

a   

Île-des-Sœurs, le 13 octobre 2010 
– Selon les données du système MLS®, la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que 2 704 transactions ont été conclues dans la région métropolitaine de Montréal en septembre 2010, une baisse de 13% comparativement à la même période en 2009, mais un niveau similaire à ceux enregistrés de septembre 2003 à 2008. 

« En septembre l’an dernier, nous sortions de la récession et le marché immobilier avait été particulièrement actif, dépassant le cap des 3 000 transactions, une première pour un mois de septembre », indique Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. « Cette année, le marché revient à un niveau habituel avec un nombre de ventes similaire à ceux enregistrés de septembre 2003 à septembre 2008. » 

Toutes les catégories de propriété ont vu leurs ventes reculer en septembre 2010 par rapport à septembre 2009. La maison unifamiliale a enregistré une baisse de 16%, les ventes de copropriétés ont diminué de 9% et celles de plex, de 10%. 

Sur le plan géographique, la Rive-Nord a enregistré le plus faible recul d’activité avec une baisse de 6%. Le nombre de transactions conclues dans le secteur de Vaudreuil-Soulanges a diminué de 10%, alors que l’île de Montréal, la Rive-Sud et Laval ont enregistré des baisses respectives de 14%, 19% et 14%. 

Au chapitre des prix, le prix médian d’une maison unifamiliale dans la région de Montréal s’est fixé à 252 000 $ en septembre 2010, une hausse de 3% comparativement au même mois l’an dernier. La copropriété a vu son prix médian augmenter de 8% à 216 000 $, alors que le prix médian des plex a connu une croissance de 9%, pour s’établir à 379 000 $. 

« Comme nous l’avions anticipé, les reculs d’activité enregistrés au cours des derniers mois ont fait ralentir le taux de croissance des prix, notamment pour la maison unifamiliale. Cette situation s’explique aussi par le rééquilibrage de l’offre et la demande, alors qu’au 30 septembre 2010, le nombre d’inscriptions en vigueur était en hausse de 1% par rapport à la même date l’an dernier, une première depuis 13 mois », précise M. Juanéda. « Pour l’instant, le marché est toujours à l’avantage des vendeurs dans la région de Montréal, mais la hausse de l’offre et la baisse de la demande nous laissent croire qu’il tendra vers l’équilibre au cours des prochains mois », conclut-il. 

a

 

Les propriétés se vendent plus rapidement dans la région de Montréal

a 

Île-des-Sœurs, le 14 septembre 2010 
– Selon les données du système MLS®, la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que les propriétés se vendaient plus rapidement dans la région métropolitaine de Montréal en août 2010 comparativement à la même période l’an dernier. 

En août 2010, les maisons unifamiliales dans la région de Montréal se vendaient en moyenne en 69 jours, soit 10 jours de moins qu’en août 2009. Les copropriétés trouvaient preneur en moyenne en 79 jours, une baisse de 11 jours. Ce sont les plex qui se vendaient les plus rapidement avec un délai de vente moyen de 62 jours, soit 29 jours de moins qu’à la même période l’an dernier. 

« Le marché de la revente dans la région de Montréal est présentement à l’avantage des vendeurs : les délais de vente sont très courts et le nombre de propriétés offertes sur le marché était en baisse pour un 13e mois consécutif en août, laissant un peu moins de choix aux acheteurs », indique Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. « Les conditions de marché étant plus serrées, le prix des propriétés a continué d’augmenter en août dans la région. » 

Le prix médian d’une maison unifamiliale dans la région de Montréal s’est fixé à 254 000 $ en août 2010, une hausse de 7% par rapport à août 2009. La copropriété a vu son prix médian augmenter de 9% à 215 000 $, alors que le prix médian des plex a enregistré une croissance de 14% pour s’établir à 395 000 $. 

Au chapitre des ventes, le marché a ralenti en août 2010. Le nombre de transactions résidentielles conclues dans la région de Montréal a diminué de 16% par rapport à août 2009. Les ventes de maisons unifamiliales ont reculé de 16%, celles de copropriétés de 13% et les ventes de plex de 22%. 

Sur le plan géographique, tous les secteurs ont enregistré une baisse des ventes similaire à celle de la région. La Rive-Nord a connu le plus petit recul d’activité, avec une diminution des transactions de 11%. L’île de Montréal a affiché une baisse de 16%, alors que le nombre de transactions conclues à Laval, dans le secteur de Vaudreuil-Soulanges et sur la Rive-Sud a diminué respectivement de 18%, 17% et 18%. 

« L’été est toujours une période plus tranquille pour le marché de la revente. L’an dernier toutefois, le marché avait été plus actif que normalement, comme nous sortions de la récession », indique M. Juanéda. « Il est donc encore trop tôt pour parler d’un ralentissement du marché, d’autant plus que depuis le début de l’année, les ventes sont toujours en hausse de 8%. Il sera intéressant de voir comment le marché se comportera à l’automne, qui est une période habituellement plus active pour le marché de la revente. » 

Au 31 août 2010, le nombre d’inscriptions en vigueur sur le système MLS® était en baisse de 3% par rapport à la même date l’an dernier. 

a 

 

Baisse des ventes, mais hausse des prix en juillet 2010

a 


Île-des-Sœurs, le 5 août 2010 
– Selon les données du système MLS®, la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que le nombre de transactions conclues dans la région métropolitaine de Montréal en juillet 2010 a diminué de 26% par rapport à juillet 2009. Malgré tout, les ventes sont en hausse de 10% depuis le début de l’année. Le prix des propriétés a aussi continué d’augmenter en juillet dans la région. 

« L’été est toujours un moment moins achalandé pour le marché immobilier, » indique Patrick Juanéda, président du conseil d’administration de la CIGM. « De plus, le marché a été très actif en début d’année, plus que normalement, les consommateurs ayant prévu avec justesse une hausse des taux hypothécaires et devançant du même coup leur achat. » 

Sur le plan géographique, la Rive-Sud et Laval ont connu les plus forts reculs d’activité, avec une diminution des transactions de respectivement 31% et 28% en juillet 2010 par rapport à juillet 2009. Dans le secteur de Vaudreuil-Soulanges, les ventes ont enregistré une baisse de 22%, alors qu’elles ont reculé de 23% sur l’île de Montréal et de 25% sur la Rive-Nord.

Au chapitre des prix, la maison unifamiliale, la copropriété et les plex ont tous enregistré une croissance de leur prix médian par rapport à juillet 2009. Dans la région de Montréal, le prix médian d’une maison unifamiliale s’est fixé à 258 000 $ (+5%), celui d’une copropriété à 220 000 $ (+8%) et celui des plex à 381 500 $ (+9%).

« Les conditions de marché avantagent présentement les vendeurs. C’est ce qui explique que les prix sont toujours en hausse, et ce, malgré une baisse des ventes », précise Patrick Juanéda.

Au 31 juillet 2010, le nombre d’inscriptions en vigueur sur le système MLS® était en baisse de 7% par rapport à la même date l’an dernier.

a 

 

Baisse des ventes, mais hausse des prix dans la région de Montréal en juin 2010

a 


Île-des-Sœurs, le 8 juillet 2010 
– Selon les données du système MLS® , la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que le nombre de transactions conclues dans la région métropolitaine de Montréal en juin 2010 a diminué de 19% par rapport à juin 2009, ce qui se traduit par une hausse des ventes de 16% depuis le début de l’année comparativement aux six premiers mois de 2009. Le prix des propriétés a aussi continué d’augmenter dans la région. 

« La baisse des ventes en juin 2010 n’est pas une surprise, car juin 2009 avait été un mois exceptionnel pour le marché de la revente, dépassant le cap des 4 000 transactions, une première pour un mois juin dans la région de Montréal. Il marquait une reprise du marché, après quelques mois plus difficiles dus à la récession. Aujourd’hui, un an plus tard, le marché revient à la normale », indique Michel Beauséjour, FCA, chef de la direction de la CIGM. 

« De plus, les ventes sont en hausse de 16% pour les six premiers mois de 2010. C’est que le marché a été très actif en début d’année, plus que normalement, alors que les consommateurs qui avaient repoussé leur achat en raison de la récession étaient de retour sur le marché », ajoute M. Beauséjour. 

Par catégories de propriété, la copropriété a enregistré une baisse des ventes de 13% en juin 2010 comparativement à juin 2009. Les ventes de maisons unifamiliales dans la région de Montréal ont diminué de 21% et celles de plex de 24%. 

Sur le plan géographique, la Rive-Nord et Laval ont connu les plus faibles reculs d’activité, avec une diminution des transactions de respectivement 12% et 13% en juin 2010 par rapport à juin 2009. Dans le secteur de Vaudreuil-Soulanges, les ventes ont enregistré une baisse de 16%, alors qu’elles ont reculé de 20% sur l’île de Montréal et de 26% sur la Rive-Sud. 

Au chapitre des prix, la maison unifamiliale, la copropriété et les plex ont tous enregistré une croissance de leur prix médian de 8% en juin 2010 par rapport à juin l’an dernier. Dans la région de Montréal, le prix médian d’une maison unifamiliale s’est fixé à 260 000 $, celui d’une copropriété à 214 500 $ et celui des plex à 385 000 $. 

« Les conditions de marché avantagent présentement les vendeurs. C’est ce qui explique que les prix sont toujours en hausse, et ce, malgré une baisse des ventes », précise Michel Beauséjour. 

Au 30 juin 2010, le nombre d’inscriptions en vigueur sur le système MLS® était en baisse de 10% par rapport à la même date l’an dernier. 

a 

 

Le chef de la direction de la Fédération des chambres immobilières du Québec et de la Chambre immobilière du Grand Montréal annonce son départ

Île-des-Sœurs, le 30 juin 2010 – Le président de la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ), Claude Charron, et le président de la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM), Patrick Juanéda, ont annoncé aujourd’hui la démission du chef de la direction de la Fédération des chambres immobilières du Québec et de la Chambre immobilière du Grand Montréal, Michel Beauséjour, FCA. Il demeurera en poste jusqu’à la nomination de son successeur. 

Évoquant les transformations profondes qui confrontent l’industrie immobilière du Québec, M. Beauséjour a estimé qu’un changement de leadership était pertinent pour accompagner l’industrie et les courtiers dans le grand virage qui les interpelle. « Pour ma part, j’ai développé et mis en place tous les outils nécessaires pour assurer le succès de l’industrie et des courtiers face aux indispensables changements auxquels ils doivent procéder », a déclaré, dans sa lettre de démission, Michel Beauséjour qui se dit très confiant dans la capacité de l’industrie à relever les défis auxquels elle fait face. 

Messieurs Charron et Juanéda ont souligné l’apport exceptionnel de Michel Beauséjour à l’industrie immobilière du Québec, au cours des onze années où il en a assuré la direction. « Si la Chambre immobilière du Grand Montréal est perçue aujourd’hui, tant au Canada, qu’aux États-Unis, comme un modèle aux plans technologique, professionnel et organisationnel, nous le devons en grande partie à la vision de Michel Beauséjour qui a toujours su être à l’avant-garde et proposer au secteur immobilier des avenues novatrices, en ligne avec les nouvelles réalités du marché », a déclaré le président de la Chambre immobilière du Grand Montréal, Patrick Juanéda. 

De son côté, le président de la Fédération des chambres immobilières du Québec, Claude Charron, a tenu à souligner l’immense contribution de Michel Beauséjour à la consolidation de l’industrie immobilière au Québec, à l’uniformisation des normes de pratique professionnelle ainsi qu’à l’implantation d’un système MLS® unique au Québec.  

 

Le marché immobilier ralentit en mai 2010 dans la région de Montréal

Île-des-Sœurs, le 9 juin 2010 – Selon les données du système MLS® , la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que 4 403 transactions ont été conclues dans la région métropolitaine de Montréal en mai 2010, une baisse de 8% par rapport à mai 2009. « Le marché de la revente a été très dynamique au cours des derniers mois. Les consommateurs qui avaient repoussé leur achat en raison de la récession étaient de retour sur le marché, alors que d’autres ont devancé leur achat prévoyant une hausse des taux hypothécaires. Il est donc normal que le marché commence à ralentir après un début d’année aussi actif », indique Michel Beauséjour, FCA, chef de la direction de la CIGM. « De plus, l’été est toujours un moment moins achalandé pour le marché immobilier, comme il s’agit d’une période de vacances. » Les ventes de copropriétés dans la région de Montréal ont diminué de 6% en mai 2010 comparativement au même mois l’an dernier, alors que la maison unifamiliale et les plex ont affiché des baisses respectives de 9% et 10%.

Sur le plan géographique, Laval a tiré son épingle du jeu, enregistrant une stabilité des ventes en mai 2010 comparativement à mai l’an dernier. Dans le secteur de Vaudreuil-Soulanges, les ventes ont enregistré une légère baisse de 2%, alors qu’elles ont reculé de 7% sur l’île de Montréal, de 11% sur la Rive-Nord et de 15% sur la Rive-Sud. Ces deux derniers secteurs avaient été les plus dynamiques en mai 2009, ce qui explique leur recul d’activité plus marqué. Malgré ces reculs des ventes, les prix ont continué d’augmenter dans la région de Montréal en mai 2010. Les plex ont mené le bal avec une hausse de leur prix médian de 11% par rapport à mai 2009, pour se fixer à 390 000 $. La maison unifamiliale a vu son prix médian augmenter de 8% à 257 000 $, alors que le prix médian des copropriétés a crû de 7%, pour s’établir à 207 000 $.

 

« Depuis quelques mois, l’inventaire de propriétés à vendre est en baisse dans la région de Montréal, ce qui a resserré les conditions de marché. C’est ce qui explique que les prix soient toujours en hausse, et ce, malgré une diminution des ventes », précise Michel Beauséjour. Au 31 mai 2010, le nombre d’inscriptions en vigueur sur le système MLS® était en baisse de 16% par rapport à la même date l’an dernier. Plus d’information sur centris.ca MD Pour plus d’information et des statistiques trimestrielles pour l’ensemble de la province de Québec, incluant ses régions et municipalités, visitez centris.caMD , le site Web de l’industrie immobilière québécoise. À propos de la Chambre immobilière du Grand Montréal La Chambre immobilière du Grand Montréal est une association à but non lucratif qui compte plus de 10 500 membres; agents et courtiers immobiliers. Deuxième plus grande chambre au Canada, sa mission est de promouvoir et protéger activement les intérêts professionnels et d’affaires de ses membres afin qu’ils accomplissent avec succès leurs objectifs d’affaires et qu’ils conservent leur prédominance dans l’industrie immobilière.

 

Le marché immobilier demeure actif dans la région de Montréal en avril 2010

a 


Île-des-Sœurs, le 6 mai 2010 
– Selon les données du système MLS ® , la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que 5 513 transactions ont été conclues dans la région métropolitaine de Montréal en avril 2010, une hausse de 16% par rapport à avril 2009. 

« À la même période l’an dernier, le marché immobilier montréalais était toujours affecté par la récession, mais montrait des signes de rétablissement. Les ventes n’étaient en baisse que de 6% par rapport à avril 2008 », indique Michel Beauséjour, FCA, chef de la direction de la CIGM. « Avec une croissance des ventes de 16%, le marché immobilier est donc très actif dans la région de Montréal, ce qui s’explique par des conditions économiques favorables. La confiance des consommateurs en l’économie est forte, la création d’emplois s’améliore dans la région et les taux hypothécaires sont toujours faibles. » 

Toutes les catégories de propriété ont enregistré une hausse des ventes en avril 2010 comparativement à avril 2009. Les plex ont mené le bal avec une augmentation de 28%. La copropriété et la maison unifamiliale ont plutôt enregistré une croissance des ventes de respectivement 18% et 12%. 

Sur le plan géographique, les cinq grands secteurs de la région de Montréal ont réussi à dépasser le niveau des ventes enregistré en avril l’an dernier. Laval et l’Île de Montréal ont été les secteurs les plus dynamiques avec une hausse des ventes de respectivement 27% et 21%. Vaudreuil-Soulanges suit de près avec une croissance de 18%, alors que le nombre de transactions conclues sur la Rive-Nord et la Rive-Sud a augmenté de respectivement 14% et 4%. 

Au chapitre des prix, le prix médian d’une maison unifamiliale dans la région de Montréal est passé de 230 000 $ en avril 2009 à 250 000 $ en avril 2010, une hausse de 9%. Le prix médian des copropriétés a connu une croissance de 10% pour s’établir à 210 000 $, alors que celui des plex a augmenté de 9%, se fixant à 375 000 $. 

« Malgré cette hausse des prix, le marché immobilier à Montréal demeure le plus abordable comparativement à celui des autres grandes villes canadiennes. La croissance des prix s’explique par une diminution de l’offre de propriétés à vendre, alors qu’au 30 avril 2010, le nombre d’inscriptions en vigueur était en baisse de 20% par rapport à la même date l’an dernier », précise Michel Beauséjour. « Cela étant dit, la bonne nouvelle pour les acheteurs est que les nouvelles inscriptions sont en hausse depuis quelques mois, par exemple, de 4% en avril 2010. Les acheteurs ont donc encore du choix sur le marché. » 

a



Mars 2010 : nouveau record de ventes dans la région de Montréal

a 


Île-des-Sœurs, le 9 avril 2010 
– Selon les données du système MLS® , la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que le nombre de transactions conclues dans la région métropolitaine de Montréal en mars 2010 a dépassé de 12% le précédent record de ventes pour un mois de mars, établi en 2007. 

Les ventes résidentielles dans la région de Montréal ont dépassé de 38% le nombre de transactions conclues en mars 2009, un mois affecté par la dernière récession. En comparaison avec mars 2008, soit avant le début de la récession, les ventes ont augmenté de 21%. 

En mars 2010, toutes les catégories de propriété ont dépassé le niveau des ventes atteint en mars 2008. Les plex ont mené le bal avec une hausse des ventes de 34%, alors que les ventes d’unifamiliales et de copropriétés ont augmenté de respectivement 21% et 17%. 

« Nous croyons que les premiers acheteurs sont très actifs sur le marché, comme le démontre notre plus récent sondage. Selon les résultats obtenus, la présence des premiers acheteurs n’est pas surprenante, puisque 43% des ménages considérant l’achat d’une propriété au cours des 12 prochains mois sont actuellement locataires », indique Michel Beauséjour, FCA, chef de la direction de la CIGM. « Les conditions économiques favorables et les faibles taux d’intérêt ont certainement encouragé les locataires à devenir propriétaires. Il est aussi possible de croire que certains consommateurs ont devancé leur achat, prévoyant une éventuelle hausse des taux hypothécaires cet été. » 

Sur le plan géographique, les cinq grands secteurs de la région de Montréal ont été très dynamiques en mars 2010, dépassant le nombre de transactions enregistrées en mars 2008. Laval a mené le bal avec une hausse des ventes de 40% par rapport au niveau atteint en mars 2008. Vaudreuil-Soulanges suit avec une progression des ventes de 25%, alors que la Rive-Nord, la Rive-Sud et l’Île de Montréal ont enregistré des croissances respectives de 21%, 20% et 17% par rapport à mars 2008. 

En termes de prix, toutes les catégories de propriété ont enregistré une hausse en mars 2010 comparativement à mars 2009. Le prix médian d’une maison unifamiliale dans la région de Montréal s’est établi à 245 000 $, une croissance de 9%. La copropriété et les plex ont quant à eux vu leur prix médian augmenter de 10%, se fixant à respectivement 202 500 $ et 375 000 $. 

« La hausse des prix s’explique par une question d’offre et de demande. Le marché est très actif en termes de ventes et l’offre de propriétés est en baisse (- 20%), ce qui exerce une pression à la hausse sur les prix. Avec un prix médian pour une unifamiliale à 245 000 $, Montréal demeure tout de même une des régions les plus abordables du pays comparativement à Toronto et Calgary, où le prix médian d’une unifamiliale s’est établi à respectivement 370 000 $ et 423 000 $ en mars 2010, et comparativement à Vancouver, où le prix moyen d’une propriété s’est élevé à 663 000 $ en février 2010, la dernière donnée publiée », ajoute Michel Beauséjour. 

a 

Premier trimestre de 2010 : la copropriété se démarque 

Dans l’ensemble, les ventes résidentielles dans la région métropolitaine de Montréal ont augmenté de 46% au premier trimestre de 2010 par rapport à la même période l’an dernier et de 10% par rapport au premier trimestre de 2008. Au cours des trois premiers mois de l’année, 3 865 copropriétés ont été vendues, une hausse de 13% par rapport au précédent record établi au premier trimestre de 2008. Les ventes d’unifamiliales et de plex ont, quant à elles, augmenté de respectivement 8% et 13% par rapport au premier trimestre de 2008, soit avant le début de la dernière récession. 

Au chapitre des prix, la maison unifamiliale a vu son prix médian se fixer à 243 000 $ au premier trimestre de l’année, une hausse de 8% par rapport au premier trimestre de l’an dernier. La copropriété a aussi enregistré une croissance de 8%, son prix médian s’étant établi à 200 000 $. Le prix médian des plex, qui s’est fixé à 371 000 $, a connu la progression la plus importante, augmentant de 10% par rapport aux trois premiers mois de 2009. 

« L’activité soutenue sur le marché de la revente et la hausse des prix démontrent que Montréal demeure un endroit où il fait bon vivre et investir », conclut M. Beauséjour. 

a 



Les ventes de propriétés dans la région de Montréal reviennent au niveau de 2008

a 


Île-des-Sœurs, le 4 mars 2010 
– Selon les données du système MLS ® , la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que le nombre de transactions conclues dans la région métropolitaine de Montréal en février 2010 est revenu au niveau enregistré en février 2008, soit avant le début de la dernière récession. En février 2010, 4 465 ventes ont été conclues dans la région de Montréal, une hausse de 45% par rapport à février 2009, mais une croissance de seulement 1% comparativement à février 2008. 

« Il faut se rappeler qu’en février 2009, le marché immobilier montréalais était affecté par la récession et avait enregistré une baisse des ventes de 31%. Il est donc normal qu’en comparant février 2010 avec février 2009, on note une forte croissance des ventes (+45%) », indique Michel Beauséjour, FCA, chef de la direction de la CIGM. « Février 2008 offre un autre point de comparaison intéressant, puisque la récession n’était pas encore commencée. » 

En termes de ventes, toutes les catégories de propriété sont revenues à un niveau semblable à celui de 2008. La copropriété a mené le bal avec une hausse des ventes de 5% en février 2010 comparativement à février 2008. Les ventes d’unifamiliales et de plex sont, quant à elles, demeurées relativement stables par rapport à février 2008, alors qu’elles ont respectivement reculé de 1% et augmenté de 1%. 

Au chapitre des prix, le prix médian d’une maison unifamiliale dans la région de Montréal s’est fixé à 245 000 $ en février 2010, une croissance de 9% comparativement à février 2009. Le prix médian d’une copropriété a connu une hausse de 5% pour s’établir à 197 000 $, alors que celui des plex a augmenté de 15% se fixant à 378 500 $. 

« La diminution du nombre de propriétés à vendre (-19%) dans la région de Montréal en février 2010 explique la croissance des prix, notamment pour les plex », ajoute Michel Beauséjour. « Il faut toutefois préciser que les acheteurs ont encore un grand choix sur le marché, avec 22 528 propriétés à vendre dans la région métropolitaine de Montréal. De plus, 7 694 nouvelles inscriptions ont été saisies en février 2010, une hausse de 6% par rapport à février l’an dernier. » 

Sur le plan géographique, les cinq grands secteurs de la région de Montréal ont réussi à rejoindre le niveau des ventes enregistré en février 2008 à l’exception de la Rive-Sud de Montréal, qui a connu un léger repli de 2%. À Laval, le nombre de transactions a progressé de 6% en février 2010 par rapport à février 2008, alors que l’île de Montréal, la Rive-Nord et le secteur de Vaudreuil-Soulanges ont plutôt enregistré des hausses des ventes de respectivement 1%, 2% et 1% comparativement à février 2008. 

a 
 

Les ventes de copropriétés bondissent dans la région de Montréal en janvier 2010

a


Île-des-Sœurs, le 10 février 2010
– Selon les données du système MLS® , la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que c’est la copropriété qui a le plus bénéficié de la reprise économique, enregistrant une hausse des ventes de 98% dans la région métropolitaine de Montréal en janvier 2010 comparativement à janvier 2009, le pire mois de la dernière récession, et dépassant de 20% le sommet historique de janvier 2007.

Au total, 2 784 ventes ont été conclues dans la région de Montréal en janvier 2010, une croissance de 70% par rapport à janvier 2009 et une progression de 7% en comparaison avec janvier 2008.

« Le marché a été très actif en janvier 2010, la copropriété menant le bal avec des nouveaux records de ventes dans les cinq grands secteurs de la région de Montréal », indique Michel Beauséjour, FCA, chef de la direction de la CIGM. « Ces nouveaux sommets pour la copropriété sont principalement dus à la présence des premiers acheteurs sur le marché, comme en témoigne notre plus récent sondage. Les résultats révèlent que 43% des ménages considérant l’achat d’une propriété au cours des 12 prochains mois sont actuellement locataires. »

Sans établir de nouveaux records de ventes, la maison unifamiliale et les plex ont aussi connu de bonnes performances en janvier 2010. Le nombre d’unifamiliales vendues dans la région de Montréal a augmenté de 60% par rapport à janvier 2009 et de 1% par rapport à janvier 2008. Les plex ont quant à eux enregistré une hausse des ventes de 57% comparativement à janvier 2009 et de 3% par rapport à la même période en 2008.

Au chapitre des prix, la copropriété s’est encore démarquée. En janvier 2010, le prix médian d’une copropriété a augmenté de 12% dans la région de Montréal comparativement à janvier 2009, pour s’établir à 201 500 $. La maison unifamiliale a quant à elle vu son prix médian passer de 225 000 $ en janvier 2009 à 235 000 $ en janvier 2010, une croissance de 4%. Finalement, le prix médian des plex a progressé de 7%, pour se fixer à 365 000 $.

« Il n’y a jamais eu de baisse de prix dans la région de Montréal pendant la dernière récession. Cette hausse constante des prix démontre que l’immobilier demeure un bon investissement », précise Michel Beauséjour.

a

Sur le plan géographique, la Rive-Sud s’est démarquée, avec un mois de janvier record en termes de ventes. Le nombre de transactions conclues dans ce secteur en janvier 2010 a augmenté de 74 % par rapport à janvier 2009, de 11% par rapport à janvier 2008 et a dépassé de 2% le sommet de janvier 2007.

L’Île de Montréal a aussi connu une bonne performance en janvier 2010, enregistrant une hausse des ventes de 63% par rapport au même mois l’an dernier, de 7% en comparaison avec janvier 2008 et seulement 3 ventes de moins que le record de janvier 2007. Laval, qui avait été le secteur le plus touché par la récession en janvier 2009, a enregistré la plus forte croissance en ce début d’année (+96%). Les 320 transactions conclues dans ce secteur sont revenues au même niveau que janvier 2008 et n’accusent qu’un léger retard de 9 ventes sur janvier 2007, le record pour un mois de janvier.

Finalement, les secteurs de Vaudreuil-Soulanges et de la Rive-Nord ont vu leurs ventes augmenter de respectivement 75% et 66% par rapport à janvier 2009, mais affichent un recul de respectivement 5% et 2% comparativement à la même période en 2008.

Au 31 janvier 2010, le nombre d’inscriptions en vigueur était en baisse de 19% par rapport à la même date l’an dernier.


Les premiers acheteurs seront toujours au rendez-vous en 2010, selon un sondage

Selon un récent sondage effectué pour le compte de la CIGM sur les intentions d’achat et de vente des consommateurs, 6,7 % des ménages sondés dans la région de Montréal considèrent l’achat d’une propriété au cours des 12 prochains mois, un résultat similaire à celui de l’an dernier.

« Ces sondages se sont révélés assez fiables au fil des ans, ce qui est de bon augure pour le marché immobilier montréalais en 2010 », précise M. Beauséjour. « De plus, les résultats de cette année nous laissent croire que les premiers acheteurs continueront à être actifs sur le marché au cours des prochains mois, comme le démontrent les ventes de copropriétés en janvier. »

Selon les résultats du sondage, 43% des ménages considérant l’achat d’une propriété au cours des 12 prochains mois sont actuellement locataires. Ces premiers acheteurs sont majoritairement en couple avec ou sans enfant (52%) et sont âgés de moins de 40 ans (63%). Près de 18% d’entre eux pensent se tourner vers la copropriété.

En ce qui a trait aux intentions de vente, elles sont également similaires à celles de l’an dernier. Près de 17% des répondants de la région métropolitaine de Montréal ont indiqué qu’il est très ou assez probable qu’ils vendent leur résidence d’ici les cinq prochaines années.

Ce sondage annuel a été réalisé par le Groupe Multi Réso pour le compte de la CIGM. Un sondage électronique a été mené du 2 au 19 octobre 2009 auprès de 2 089 répondants de la région de Montréal. La marge d’erreur est de 2,1% 19 fois sur 20.




Le marché de la revente à Montréal tire son épingle du jeu en 2009

a


Île-des-Sœurs, le 7 janvier 2010
– Selon les données du système MLS®, la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) indique que le nombre de transactions conclues dans la région métropolitaine de Montréal en 2009 a augmenté de 3% comparativement à l’année 2008, avec 41 802 ventes.

« Après avoir enregistré une baisse d’activité au cours des quatre premiers mois de l’année, le marché immobilier a repris de la vigueur dans la région de Montréal pour terminer l’année en territoire positif », indique Michel Beauséjour, FCA, chef de la direction de la CIGM. « La hausse des ventes de 3% en 2009 comparativement à 2008 démontre que le marché de la revente montréalais n’a pas été vraiment affecté par la récession. »

Toutes les catégories de propriété ont enregistré une hausse d’activité en 2009, la maison unifamiliale menant le bal avec une croissance des ventes de 4% par rapport à 2008. La copropriété et les plex suivent de près avec une augmentation de 3%.

En termes de prix, le prix médian d’une maison unifamiliale dans la région de Montréal s’est fixé à 235 000 $ en 2009, une croissance de 4% comparativement à l’année précédente. Le prix médian d’une copropriété a connu une hausse de 5% pour s’établir à 194 500 $, alors que celui des plex a augmenté de 4% se fixant à 349 000 $.

« Non seulement le marché a été plus actif en 2009 en termes de ventes, mais les prix ont continué d’augmenter dans la région de Montréal, lentement mais sûrement, ce qui démontre que l’immobilier demeure un bon investissement », ajoute M. Beauséjour.

Sur le plan géographique, Vaudreuil-Soulanges est le secteur qui a été le plus dynamique en 2009 avec une hausse des ventes de 7% comparativement à 2008. La Rive-Sud et l’Île de Montréal ont quant à elles enregistré une croissance des ventes de 4%, alors que Laval a vu son activité croître de 3%. Le nombre de transactions conclues sur la Rive-Nord est demeuré stable en 2009 par rapport à l’année précédente.

Le niveau moyen d’inscriptions en vigueur sur le système MLS® en 2009 a été de 1% supérieur à celui de 2008.

a

Mois de décembre record

En décembre 2009, 2 819 transactions ont été conclues dans la région de Montréal, une hausse de 67% par rapport à décembre 2008. Ces 2 819 ventes représentent un nouveau record pour un mois de décembre, détrônant le mois de décembre 2006 où 2 466 ventes avaient été enregistrées.

« Il faut se rappeler qu’en décembre 2008, les ventes dans la région de Montréal étaient en baisse de 29% par rapport à décembre 2007. Il faut donc interpréter avec prudence le taux de croissance des ventes de décembre 2009 par rapport à décembre 2008, celui-ci étant amplifié par la piètre performance de décembre 2008 », précise M. Beauséjour.

Le prix des propriétés étaient toujours en hausse dans la région de Montréal en décembre 2009. Les trois catégories de propriété ont vu leur prix médian progresser de 4 % par rapport à décembre 2008. Le prix médian de l’unifamiliale a atteint 240 000 $, celui d’une copropriété, 200 000 $ et celui des plex, 353 000 $.

Au 31 décembre 2009, le nombre d’inscriptions en vigueur sur le système MLS® était en baisse de 19% par rapport à la même date en 2008.

a  





Accueil  |   Propriétés à vendre  |   À propos de moi  |   Mon groupe  |   Témoignages  |   Pour les vendeurs  |   Pour les acheteurs  |   Nouvelles  |   Liens utiles  |  
 
Tous droits réservés EGP TechnoVirtuel inc.